Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download
vendredi 25 septembre 2020

Emergence : Ali Bongo Ondimba y croit toujours

Ali Bongo Ondimba nourrit toujours l’idée de voir le Gabon devenir un pays émergent. Lors des vœux au corps diplomatique, il avait brièvement évoqué la question.

Elu pour la première fois président de la République en 2009 sur la base de son projet de société « l’Avenir en confiance » basé sur trois principaux piliers de développement à savoir, le « Gabon vert », le « Gabon industriel » et le « Gabon des services », Ali Bongo Ondimba avait formulé le vœu de faire du Gabon, un pays émergent à l’horizon 2025. En guise d’orientation, un ambitieux programme de développement, le Plan stratégique Gabon émergent (PSGE) a été élaboré pour servir de guide à la réalisation de sa vision de développement.

Selon Ali Bongo Ondimba, pour parvenir à une « prospérité partagée », il fallait inéluctablement passer par cette voie. D’une pertinence convaincante, le PSGE cible non seulement les secteurs clés de développement, mais en définit également les contours de financement et de réalisation, y compris les retombées économiques et sociales à moyen et long termes. De la pléthore des objectifs définis dans ce plan, soit, plusieurs années après son annonce, seuls quelques rares, à l’exemple du Gabon numérique, ont réellement connu une évolution.

Le reste des objectifs, affecté par les défauts de financement et le manque de pragmatisme des dirigeants n’ont pas pu être concrétisé en totalité. Ce flagrant échec ne semble écorcher en rien la volonté la volonté d’Ali Bongo de voir le Gabon atteindre le cap de l’émergence.

Transformation

En effet, près de dix ans après et à cinq ans de l’année butoir de 2025, le président Bongo croit encore en la possibilité du Gabon de devenir un pays émergent. Retenant des leçons du passé, et pour mieux rendre concret cette vision de développement, il invite les gouvernants à être désormais plus efficace pour la concrétisation de « l’émergence » du Gabon. Pour Ali Bongo Ondimba, « c’est à ce prix que nous maintiendrons le cap du développement pour l’émergence de notre pays ». Comment encore concrétiser une telle vision stratégique quand le pays manque des ressources financières nécessaires ?

Maquette d’un projet du PSGE au port Mole de Libreville

Si en toute situation le rêve est permis, la réalité actuelle du Gabon nous montre qu’il sera presque impossible pour le Gabon de parvenir à cet idéal de développement. Certes, comme bien des pays africains, le Gabon a réalisé des efforts pour basculer dans la transformation de certaines de ses ressources et diversifier par la même occasion son économie, mais cela ne suffit pas.

L’impact de cette transformation dans la croissance économique n’est pas assez probant, tout comme d’ailleurs dans la dynamique économique à proprement parlé. Or, l’une des vocations première de l’émergence est de « rénover » l’économie par une accélération souvent continue de la croissance et une nouvelle convergence économique. Ce qui n’est pas réellement le cas pour le Gabon. Avec une croissance en berne, une économie flottante, une intégration économique décroissante, peu compétitive, le Gabon est encore loin du compte pour espérer concrétiser sa vision de devenir « pays émergent » à l’horizon… Et, ces facteurs ne sont pas exhaustifs.