Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Makokou : l’envol de l’élevage de la volaille

L’élevage des poules pondeuses et autres volailles s’intensifie à Makokou. Des personnes d’origines diverses pratiquent cette activité. Elle procure du travail et des revenus à de nombreuses familles.

 

 L’élevage dans son sens large suscite émulation et intérêt depuis quelques temps à Makokou. De plus en plus lucrative, l’activité s’ancre  localement  et contribue à l’autonomie des éleveurs. Poules pondeuses, poulets de chair, canards et petits ruminants (mouton, cabris…) sont au centre de cette engouement. La production s’intensifie.

Jusqu’à un passé récent, les œufs de poules vendus dans les commerces de Makokou provenaient de Libreville. Malgré leur prix élevé ( 150 frs la pièce), des pénuries étaient souvent observées.  Idem pour les poulets de chair, très prisés par les ressortissants chinois vivant à Makokou et le mouton dont la viande notamment braisée est très appréciée. La flambée des prix et la rareté des produits de consommation, ont fini par convaincre des personnes d’origines diverses à se lancer dans l’élevage.

Cérémonies

Pour monsieur N’Na propriétaire de 400  poules pondeuses, sa qualité d’agent de l’État n’entrave en rien sa nouvelle occupation.  << Je  suis avant tout un fonctionnaire, mais ce statut ne m’a pas enlevé cette passion pour l’élevage. Aujourd’hui j’élève des poules pondeuses. Malgré mon travail, je trouve un temps pour m’en occuper avec le soutien de ma femme et de mes enfants à la maison. >> Tous les deux jours, le fonctionnaire fait des  livraisons de paillettes de 30 œufs dans la majorité des magasins et boutiques de la ville.  Les particuliers achètent également des paillettes à domicile.  << Et de plus en plus de personnes viennent solliciter mes conseils >>, poursuit-il.

Visite d’un élevage lors d’une formation initiée par l’IGAD.

Le couple Essomba, spécialisé depuis plusieurs mois dans l’élevage de canards, parlent de quelques difficultés, mais se focalise surtout sur les avantages.  <<  Ce n’est pas facile parce qu’il faut les suivre, ils tombent aussi malades comme les humains. Ils doivent être soignés. Au début, on élevait pour les  manger, ou pour en disposer lors des cérémonies. Mais lorsque les Chinois sont venus, nous avons commencé à vendre. Aujourd’hui , il y en a qui viennent acheter chez nous pour aller faire leur propre élevage. C’est une activité qui lorsqu’on y met du sien  marche bien, >> confie monsieur Essomba.

Valeur ajoutée

L’élevage est aujourd’hui devenu un métier à part entière. La nouvelle donne suscite beaucoup d’espoir chez les personnes sans emploi.  Le secteur reste sensible d’un point de vue sanitaire. Il nécessite aussi le respect de certaines normes comme la construction d’abris,  l’alimentation des bêtes, le suivi phytosanitaire etc. Des formations s’imposent. C’est le cas avec la formation récemment organisée par l’IGAD. Du 03 au 10 décembre, 25 personnes ont pu en savoir un peu sur  l’élevage des poules pondeuses et la production des œufs de poules.

Une meilleure connaissance des exigences du métier permettra de pérenniser  un secteur qui économiquement s’inscrit comme une valeur ajoutée à Makokou et sa périphérie.