Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download
vendredi 3 décembre 2021

Dépénalisation de l’homosexualité : Faustin Boukoubi cogite

Dans le débat de la dépénalisation de l’homosexualité, Faustin Boukoubi propose de poursuivre la réflexion sur la base de questions essentielles. Elles contribueraient à la consolidation de la cohésion nationale.

 

L’approbation par les deux chambres du parlement du  retrait de l’alinéa 5 de l’article du code pénal décriminalisant l’homosexualité au Gabon ne cesse d’animer le débat. Que ce soit sur la place publique qu’au sein des élus du peuple, l’issue du vote est loin de faire l’unanimité.

Et si d’aucuns, à l’instar des acteurs politiques et des religieux, appellent au retour à la modification adoptée en 2019, qui faisait de la pratique de l’homosexualité au Gabon un délit punit par la loi,  d’autres par contre affirment que le débat devrait être vu sous un autre angle. C’est le cas du président de l’Assemblée nationale,  Faustin Boukoubi, pour qui, le choix des élus découlent de la confrontation des idées, expression de la démocratie, dont l’hémicycle de l’Assemblée nationale est la tribune privilégiée.

« Autant « la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres », comme nous l’avons appris en cours de philo pendant notre jeunesse, autant en politique, « les convictions individuelles des uns s’estompent là où commence la discipline partisane », a-t-il- affirmé, avant d’indiquer que : « A l’issue d’une consultation transparente, comme ce fut le cas du vote qui a permis de retenir la position officielle de l’Assemblée Nationale, un bon citoyen ne saurait faire abstraction du fait majoritaire, au risque de tomber dans l’arbitraire, voire l’autoritarisme. »

Poursuivre le débat autour des questions essentielles

Par ailleurs, le député de Pana, dans l’Ogooué-Lolo reconnait que ce sujet qui touche au fondement de la société, ne peut laisser personnes indifférents. Il relève, à cet effet, la nécessité de regarder de l’avant en se posant des questions essentielles.

Ces questions énumérées par le président de l’Assemblée nationale, sont, entre autres : « Comment protéger les lieux publics, les espaces communautaires, la vue des enfants des attentats éventuels à la pudeur, dans un contexte où le respect de la vie privée s’impose dans un monde en pleine mutation ? » et « Comment assurer la préservation de nos us et coutumes face aux inéluctables évolutions sociétales, dont les média et réseaux sociaux assurent abondamment la promotion, sachant que nos enfants y ont facilement accès ? »

Alors que les questionnements se multiplient au sein de l’opinion, ces éléments devraient sans  doute meubler  les échanges des élus et le peuple au cours de cette session interparlementaire.