Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Gabon : remaniement ministériel à minima

Annoncé lors du «Dialogue politique» d’Angondjé il y a quelques mois, le gouvernement d’ouverture est composé de quelques têtes de l’opposition ayant pris part à la rencontre d’échanges politique.

La nouvelle configuration du gouvernement n’est pas aussi ouverte que l’avait promis le Président de la République, Ali Bongo Ondimba. Ramené à 38 ministres (le Premier ministre compris) au lieu des 40 de l’ancienne équipe, ce gouvernement enregistre la présence de quelques membres de l’opposition ayant pris part au Dialogue politique d’Angondjé tels que Patrick Eyogo Edzang, ancien candidat à l’élection présidentielle de 2016, Jonathan Ndoutoume, membre du directoire de Démocratie nouvelle (DM). Cependant, les postes occupés par ces derniers ne sont pas stratégiques, donc, relayer au second plan.

La nouvelle configuration du gouvernement d’Emmanuel Issozet-Ngondet enregistre davantage une transposition des têtes dans les différentes administrations et la sortie de quelques figures dont Nicole Assélé, cousine du Président de la République et Eloi Ndzondo, ministre sortant du travail. Tous les deux sont des proches de Jean Boniface Assélé, l’oncle du Président lui-même, Président fondateur du Centre des Libéraux Réformateurs (CLR), un parti allié au Partie Démocratique Gabonais (PDG). En dépit des positions partisanes observées dès l’annonce de ce gouvernement, sa composition est sans surprise pour une certaine opposition puisque que, selon le porte-parole de Jean Ping, Ntoutoume Ayi, ce gouvernement récompense ceux qui ont soutenu Ali Bongo avant et après l’élection présidentielle d’août 2016. Pour lui, on ne peut pas parler d’ouverture car « on a un remaniement pour remercier ceux qui ont accompagné le putsch ». Dans l’environnement du PDG, on considère cet acte comme une preuve du lien qui uni les gabonais.

De nouveaux défis
S’il en est une chose d’avoir pris acte de ce nouveau gouvernement, il est une autre sur laquelle les Gabonais seront très attentifs : celle de voir ce gouvernement répondre aux défis sociaux-économiques auxquels les couches sociales les plus défavorisées sont confrontées chaque jour depuis le déclenchement de la crise il y a près de trois ans. Cette situation est renforcée par des actes dument signé lors du dialogue, lesquels invitent l’Etat principalement, le gouvernement à trouver des réponses aux préoccupations sociaux-économiques posés par les Gabonais. Si le Plan de relance économique (PRE) trace la voie à suivre, sa réussite demeure une préoccupation pour les nouveaux dirigeants.

En effet, avec le Président de la République, on peut reconnaître qu’« il n’est pas hasardeux de dire que ce Dialogue Politique marquera l’histoire de notre pays ». L’urgence de la situation avec les grèves à répétition dans l’administration, le manque de canevas économique solide capable de remettre l’économie nationale sur les rails en dépit de l’adoption du PRE soutenu par le Fonds monétaire international (FMI) invite à se mette au travail. Ce gouvernement est attendu sur les actes.