Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download
lundi 11 novembre 2019

Le Palais réagit contre un article alarmiste sur l’état de santé d’Ali Bongo

Dans un communiqué, la présidence de la République dément un article de  Bloomberg, alarmiste sur l’état de santé d’Ali Bongo.  Il envisage d’y donner une suite judiciaire.

Selon la présidence de la République, l’information relayée ce 2 septembre par l’agence d’information Bloomberg, selon laquelle  le président Ali Bongo Ondimba serait hospitalisé à Londres dans un état critique ne s’appuie sur aucune source formelle. En effet, le palais affirme que l’agence dit se fonder sur « des sources anonymes et ne rapporte aucun fait, juste des « ouïe dires » et des supputations. Un procédé très éloigné des pratiques professionnelles et de l’éthique journalistique. »

À travers ce démenti, la Présidence de la République gabonaise tient à dénoncer un article mensonger qui ne repose sur aucune information objective. Un article qui ne fait que colporter des rumeurs. « A aucun moment, la santé du Président ne s’est détériorée. Au contraire, S.E. le Président de la République, M. Ali Bongo Ondimba, est en phase de recouvrement de la plénitude de ses capacités physiques », précise le communiqué.

Suites

Contrairement aux allégations de Bloomberg, le communiqué certifie que  le président de la République n’est pas hospitalisé, mais en séjour privé dans sa résidence londonienne où il a pris quelques jours de congé en famille.

Par ailleurs, comme l’indiquaient déjà plusieurs sources, Ali Bongo Ondimba « effectue des examens médicaux de routine et poursuit normalement sa rééducation ».

Bloomberg indique également qu’Ali Bongo Ondimba, aurait quitté le Gabon le 17 août pour se rendre à Londres depuis Paris. « Il s’agit d’une fake news, d’un mensonge grossier et éhonté », atteste le communiqué qui indique par ailleurs que « le président gabonais est aux commandes du pays et sera de retour dans son pays prochainement ». Aussi, la présidence de la République gabonaise qui s’interroge sur les motivations réelles de cet article  dit se réserver le droit d’y donner les suites judiciaires appropriées.