Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Baccalauréat 2019 : 72,13% de réussite à l’enseignement général

Les résultats définitifs du baccalauréat 2019 sont connus. Après l’oral du second tour, 16 499 ont été déclarés admis sur 22 874 candidats de départ. Soit 10,17% de plus que l’année 2018.

Clap de fin pour l’année académique 2018-2019 pour les élèves du secondaire. Les résultats définitifs du second tour du baccalauréat de la session de juillet 2019 ont été proclamés sur toute l’étendue du territoire national.

Compilés aux résultats du premier tour, ce sont finalement 16 499 bacheliers qui frappent aux portes des universités et grandes écoles du Gabon. Ils étaient 22 874 candidats au départ dans les 32 centres du pays. 6 375 ont été ajournés. Soit 27,87% pour un taux de réussite de 72,13 %. Des résultats en hausse de 10,17% par rapport à ceux de l’année précédente qui étaient de 61,96 %

« Depuis plus de dix ans, nous n’avions plus vu le baccalauréat dépasser les 70% », a déclaré le directeur général des Examens et concours, Marc Kaba.

Selon les résultats compilés par la direction générale des Examens et concours, la province de l’Ogooué-lolo enregistre le plus grand nombre d’admis estimé à 92,66%. Elle est suivie par la Nyanga (85,48%) ; la Ngounié (81,01%) ; le Moyen-Ogooué (79,31%) ; le Haut-Ogooué (75,96%), l’Ogooué-maritime (72,50%), l’Estuaire (71,21%), le Woleu-Ntem (60,94%), et l’Ogooué-Ivindo (59,63%)

« La sérénité a été le maître-mot de tout ce processus.  C’est vrai qu’à un moment donné, des soubresauts ont failli éclater par rapport à l’âge d’obtention de la bourse des candidats dont beaucoup sont admis en ce moment. Heureusement que le gouvernement avait eu la sagesse de suspendre les cours pour le retour à la sérénité», confie Marc Kaba.

 Si les nouveaux bacheliers ont des raisons de se réjouir, le plus dur reste à venir, notamment au regard des structures d’accueil dont l’insuffisance est avérée. Une problématique sur laquelle le gouvernement devrait se pencher.