Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download
dimanche 28 février 2021

Eaux et forêts : les syndicats dénoncent l’arrestation de Didier Atome Bibang

Jugée arbitraire, l’interpellation du président SYNAPEF fait l’objet de controverse. Des voix appellent à sa libération, tandis que le ministère des Eaux et Forêts précise les raisons de l’arrestation du syndicaliste.

 

La tension ne semble pas redescendre au sein du ministère des Eaux et Forêts dirigé par Lee White. Alors que les agents ont décidé d’interrompre les activités, depuis plusieurs semaines, pour exiger le paiement de primes et autres émoluments, le président de Syndicat national des professionnels des Eaux et Forêts (SYNAPEF) a été interpellé le 7 juillet par la police judiciaire.

Une interpellation aussitôt condamnée par des acteurs de la société civile, à l’instar de la Dynamique unitaire. Elle y voit une volonté de paralyser la grève déclenchée par les agents pour revendiquer leurs droits.

Corruption

Jean Rémy Yama, président de la confédération syndicale Dynamique unitaire a tenu à rappeler que « l’exercice du droit syndical et du droit de grève, étant reconnu par la constitution gabonaise et les normes internationales du travail, Dynamique Unitaire s’insurge contre cette interpellation illégale arbitraire qui est en violation des conventions 87, 98, 135, 151 de l’OIT ». C’est donc au nom de la solidarité et de la, liberté syndicale, qu’elle « exige la relaxe immédiate et sans condition de Monsieur Atome Bibang Didier. »

Pour le  ministère des Eaux et Forêts, il n’en est rien. En effet, réagissant ce 8 juillet, dans un communiqué la tutelle a affirmé que les faits à l’origine de la garde à vue de Atome Bibang Didier n’ont aucun lien avec l’exercice régulier de ses activités syndicales. Cela a un lien avec des accusations de corruption lancées contre des agents du ministère des Eaux et Forêts.

La vérité

« Dans le cadre de cette enquête qui relève du droit commun et pour contribuer à la manifestation de la vérité, plusieurs agents, y compris de hauts responsables, dont le ministre, ont déjà été entendus par les investigateurs. Il en est de même pour la société forestière mise en cause », indique le communiqué.

Par ailleurs, pour éviter tout amalgame, le communiqué indique que le ministre Lee White et l’ensemble des personnels du ministère restent disposés à apporter toute leur collaboration aux services compétents qui œuvrent à la manifestation de la vérité sur ces faits qui dégradent l’image des agents des Eaux et Forêts.