Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download
vendredi 3 décembre 2021

Immigration : 107 clandestins sur le littoral

Leur embarcation avait pris le large le 17 septembre dernier, lors de son interception par les agents de l’agence nationale des parcs nationaux et de la Gendarmerie nationale. Une semaine plus tard, 107 immigrés clandestins en provenance de l’Afrique de l’Ouest se trouvent désormais entre les mains des autorités gabonaises.

A la recherche d’un mieux vivre, une centaine d’immigrés clandestins a décidé de rallier les côtes gabonaises dans une embarcation de fortune en provenance du Nigéria. 107 ont été arrêtés par une patrouille conjointe l’Agence nationale des parcs nationaux et la gendarmerie nationale.

Après une course poursuite qui a débuté avec l’interception de l’embarcation le 17 septembre dernier, vers l’ile Ndendé au nord de Libreville, les agents ont tout d’abord pu mettre la main sur un premier groupe de 38 personnes : des hommes, de femmes, des enfants et même des nourrissons. Les clandestins avaient en leur possession des bottes de chanvre. Quelques jours plus tard, le 22 septembre, 69 immigrés qui s’étaient réfugiés à l’ile Ndendé ont été arrêtés.

« L’avantage qu’on aura c’est que ces recherches vont s’opérer sur une zone qui est entourée d’eau. Donc ils ne peuvent pas s’échapper à moins d’avoir une nouvelle complicité.  Au bout de deux jours tout au plus assaillis par la faim, la soif et autres, ils n’auront d’autres choix que de se rendre », déclarait  un membre de l’équipe de recherche. 

Téléphones

Parmi les 107 ‘’dos mouillés’’, on dénombre des ressortissants nigérians, togolais, nigériens, camerounais, béninois, burkinabé. Deux nigérians sont présentés comme les cerveaux du réseau. Elewurk Adewale, et Ayomide Ayedatiwa, âgés respectivement de 54 et 21 ans. « On est venus travailler. Comme on a un des amis qui travaillent ici, ils nous ont dit qu’ici, ils font seulement des économies mais c’est un peu compliqué. Donc on leur a dit qu’on va venir toucher du doigt et on verra si c’est bon ou pas », a confié l’un d’eux au micro de Gabon télévision.

Placés en  salle de rétention, les clandestins seront transférés à la Direction de l’immigration, pour être renvoyés à leurs pays d’origine. Le Gabon n’est pas à son premier fait du genre. Les autorités gabonaises parlent d’un vaste réseau dont certains complices ont été clairement identifiés, grâce à des téléphones.