Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Lee White fait disperser des grévistes à coups de lacrymogène

Le ministère des Eaux et Forêts a été le théâtre d’échauffourées, ce mardi matin. En sit-in sur l’esplanade du ministère, des agents ont été dispersés à coups de bombes lacrymogènes. Le dialogue entre les grévistes et le ministre Lee White ne semble pas à l’ordre du jour.

Alors que la rentrée parlementaire a mobilisé toutes les énergies ce 01 septembre, notamment celle de la première ministre et de toute son équipe gouvernementale, non loin des deux institutions parlementaires, au ministère des Eaux et Forêts, dirigé par Lee White, la violence imposait la cadence.

En sit-in depuis plus d’une semaine, les agents,  membres du Syndicat national des professionnels des Eaux et Forêts (Synapef) ont été dispersés à coups de bombes lacrymogènes par la gendarmerie nationale.

Pétition

Dans une vidéo d’un peu plus d’une minute circulant dans les réseaux, on perçoit distinctement la scène de violences qui se déroule devant le ministère. En sus de l’explosion des projectiles et des cris de détresse ou de colère, on y voit des agents vêtus de tee-shirts rouges courir dans tous les sens, essayant soit de fuir, soit de tenir tête aux gendarmes. « On est là, on ne fuit pas. Aujourd’hui, on va mourir», peut-on entendre de la détermination des grévistes. « Le premier ministre est informé ». « Libérez nos collègues », entend-on de façon distincte.

Les grévistes face aux forces de l’ordre.

Sur le pied de guerre depuis plusieurs semaines, les agents des Eaux et Forest réclament le paiement de sept ans de fonds communs et de rappels. Selon le Synagref, après un peu plus de sept mois de négociations,  ponctués par 14 réunions, le statu quo demeure. Pis, les agents déplorent l’indifférence et le mépris de leur ministre Lee White. Ils ont décidé de s’en remettre à la Présidence de la République, par l’entremise d’une pétition générale.