Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Les éco-gardes en grève

Deux mois de salaires impayés, dégradation des conditions de travail et absence de dialogue social, sont autres les raisons de la grève générale illimitée des éco-gardes. Débutée jeudi, elle s’étend dans les 13 parcs nationaux du pays.

Depuis le 12 novembre, c’est le statu quo dans l’ensemble des 13 parcs nationaux que compte le pays. Le syndicat national des éco-gardes du Gabon a décidé de stopper toute activité et d’entamer une grève générale illimitée pour exprimer son mécontentement, après trois mois sans salaire.

 « Depuis bientôt trois ans, nous enregistrons des  impayés de salaires allant parfois jusqu’à quatre mois. Ajouté à cela, la rentrée scolaire, donc on ne sait plus où mettre la tête. C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Nous disons que trop, c’est trop », explique Sosthène Ndong Ekogha, secrétaire général du Syndicat  national des éco-garde du Gabon.

Avant de décider de la grève, le syndicaliste affirme avoir reçu des assurances de l’administration. « Lors de nos derniers entretiens avec le secrétaire exécutif, il nous avait donné des garanties qu’on ne devait plus avoir des impayés de salaires. Or à ce jour, nous sommes quasiment à trois mois de salaires impayés ».

Massacres

Mieux, ils ont soumis leurs attentes au ministère de tutelle. Mais « ça fait trois semaines aujourd’hui que le hiérarchie fait la sourde d’oreille et refuse de nous répondre. C’est au vu de tout cela que nous avons déclenché ce mouvement de grève générale illimitée sur toute l’étendue du territoire gabonais ».C’est donc sans appel qu’ils ont décidé de tout bloquer avant de reprendre toute activité.  « Ça veut dire qu’il faut que nous ayons les deux mois d’arriéré de salaires avant de repartir sur de nouvelles bases », poursuit Sosthène Ndong Ekogha.

La grève des éco-gardes signifie par exemple l’arrêt des patrouilles. Cela constitue  une porte ouverte  aux braconniers et aux massacres d’animaux. Les conséquences de cette grève pourraient s’avérer fâcheuses.