Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Liberté de la presse : le Gabon perd six places

Le Gabon a perdu six places dans le dernier classement de RSF en rapport avec la liberté de la presse. Les sanctions incessantes de la HAC  en  seraient la cause.

Au Gabon, le renforcement des « dispositifs de censure » rend difficile l’exercice de la profession de journaliste. Aussi, le pays a perdu six places dans le classement 2020 de Reporters sans frontières. En 2019, le Gabon occupait la 115e place mondiale. Sa note a par ailleurs été dégradée de -1,6 points, à 37,20 points en 2020 contre 38,8 point l’année dernière.

La HAC, le régulateur des médias au Gabon est pointé du doigt à cause de sanctions régulières en direction des médias notamment privés. « L’inquiétante érosion de la liberté de la presse, notamment observée depuis l’entrée en fonction de la Haute autorité de la communication en 2018, se poursuit et affecte dangereusement l’exercice du journalisme au Gabon », fait constater RSF qui craint le pire pour les années à venir.

Depuis l’arrivée de cette institution, ils sont nombreux, les journalistes qui ne cessent de critiquer l’action de la HAC pour son rôle coercitif en direction des médias privés. Impuissant face à la situation, les journalistes accueillent avec beaucoup d’aisance ce classement qui met à nue le glissement de la liberté de la presse au Gabon et les dérives d’autorités pratiquées par certaines personnalités dépositaires du pouvoir de l’Etat, malgré la promotion faite autour de la démocratie gabonaise.

Ancien rédacteur en chef de la radio panafricaine défunte, Africa n°1, Jérémie-Gustave Nzamba appelle les autorités gabonaises à accueillir avec beaucoup de recul l’alerte lancée par RSF. « Le rôle des médias est d’apporter aux populations une information juste et vraie. Ce pourquoi, il doit leur être permis d’avoir accès aux sources d’informations surtout officielles pour éviter les dérives », circonscrit-il.

Agences de notation

 « Or, ce n’est pas souvent le cas au Gabon où l’on remarque que la HAC qui semble prendre partie pour la presse publique sanctionne pour le plus petit des détails, les médias privés. Cette institution joue le jeu du pouvoir dont il devient un appendice. Son rôle se limite souvent à être juge et partie ».

Pour l’homme de média, « Reporters sans frontières est aux médias ce que les agences de notation sont pour l’économie, le social et/ou la politique. C’est donc dire le sérieux avec lequel nous devons accueillir leur rapport. Parce que ce rapport, même s’ils sont négligés par certains Etats qui peinent à observer les principes démocratiques, notamment ceux faisant référence à la liberté de la presse et à la multiplicité d’opinions les condamnent et peut les priver du bénéfice de certains avantages ».