Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Makokou : un jeune de 27 ans se noie dans l’Ivindo    

Lenangoye kobiston,  jeune homme de 27 ans a trouvé la mort par noyade  au débarcadère de Mbolo2. Il assurait la traversée du fleuve à des femmes se rendant à leurs champs. Si l’activité sur l’Ivindo est lucrative, elle peut aussi devenir périlleuse, surtout lorsque le passeur ne sait pas nager.    

Les populations du quartier Mbolo 2, dans le premier arrondissement de Makokou ont vécu un drame vendredi matin, alors que de nombreuses agricultrices attendaient la traversée quotidienne qui les conduit sur l’autre rive de l’Ivindo. Là-bas, se trouvent leurs champs. Le drame s’est déroulé en présence du père de la victime alors qu’il se rendait aussi à sa plantation. << J’ai été surpris en arrivant au débarcadère, on a vu que quelqu’un se noyait. » Le père ignore encore qu’il s’agit de son propre fils de 27 ans.

Lenangoye kobiston, dont les parents sont séparés, vit avec sa mère. Il assurait la traversée des femmes sur la pirogue. Une activité qu’il avait l’habitude de faire mais que son père ignorait. Les   témoins expliquent que le passeur effectuait une première traversée seul à bord d’une petite embarcation, pour aller prendre une plus grande pouvant transporter beaucoup plus de monde.

Deuil

Depuis plusieurs années, de plus en plus de femmes optent pour des activités agricoles sur une presqu’île située sur la rive gauche du fleuve. Elle est réputée pour la fertilité de sa terre. Sur cette presqu’île les récoltes sont également à l’abri de toute destruction par les éléphants. De ce fait, la  traversée du fleuve est devenue une activité lucrative pour les jeunes forts et robustes. A condition de disposer d’une pirogue et, surtout, de savoir nager. Ce qui ne semblait pas être le cas pour Lenangoye kobiston. << Jamais, il n’a nagé devant moi. Jamais, il a pris la pagaie ou fait la traversée. Mais sa mère dit qu’il avait l’habitude de faire la traversée à ces femmes, (NDLR, les agricultrices) » explique le père impuissant. Il découvre dans la douleur les conséquences tragiques de cette activité.  

Dès l’annonce du drame, les autorités policières de la PJ, la brigade de recherche, la croix rouge locale et les éléments du commissariat de police de Makokou se sont rendus sur les lieux. En attendant la sortie du corps de l’eau généralement au bout du troisième jour, les parents espèrent pouvoir faire leur deuil avec le soutien de la communauté.

Témoignage du père de la victime