Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Port-Gentil : des mariages masqués

La cérémonie de mariage civil fait partie des événements impactés par le coronavirus. Pas de célébration sans masques, ni respect des gestes barrières.   

Officier un mariage dans les conditions imposées par la crise sanitaire du coronavirus n’était pas évident à première vue. En plus, le gouvernement a réduit à 10 le nombre de personnes pouvant se rassembler pour une quelconque manifestation afin de minimiser les risques de propagation de la covid-19. Autant d’exigences qui n’ont pas découragé certains amoureux à convoler en juste noces. Elles ont, toutefois, d’une certaine manière porté atteinte à la beauté de l’événement.

Dans la pratique à proprement parler « rien de particulier n’a changé », assure Robert Nzogan, maire du premier arrondissement de Port-Gentil, excepté dans la disposition de l’assistance. Le respect de la distanciation sociale est obligatoire. « Nous plaçons les témoins à 1 m des futurs mariés. Entre l’officiant, les secrétaires et les futurs conjoints, il y a respectivement 2 m au moins entre les uns et les autres ». La règle est la même pour les quelques invités présents dans la salle, a-t-on appris. 

Le port de la bavette est évidemment de rigueur, poursuit l’édile. « Déjà il est mentionné depuis l’entrée que l’accès à la mairie est subordonnée au port du masque. Peu importe la circonstance pour laquelle vous arrivez ». Par conséquent, tous les occupants de la salle de mariage sont concernés par la mesure, et « les mariés aussi ». Même si ce n’est pas toujours évident au regard de l’étroitesse de la relation qui lie les amoureux, reconnait notre interlocuteur. « Ce que je leur recommande, c’est au moins d’avoir leurs bavettes à la descente de leur voiture, jusque dans la salle. Une fois installés, ils peuvent momentanément les retirer et les remettre à la fin de la cérémonie», indique Robert Nzogan.

Diktat

En revanche, pour les futurs mariés, la chose n’est pas aussi simple à vivre. « Nous n’avions pas eu droit d’emmener nos hôtesses avec nous alors que cela met l’ambiance et aide à gérer le stress. On avait pas non plus droit à nos pages, ni à nos mages qui sont nos enfants. Et pire, nous ne pouvions même pas inviter toutes les personnes de notre choix pour venir partager ce moment exceptionnel avec nous. Parce que le nombre de personnes dans la salle ne doit pas dépasser 10.  Ça casse vraiment l’ambiance le coronavirus », explique Renée, une jeune mariée.

Avec les bavettes sur la bouche, pas moyen pour les invités d’encourager le couple avec des cris de joie et des chansons comme à l’accoutumé.

Ne pouvant accepter de vivre cet événement majeur de la vie sous le diktat de la covid-19, de nombreux couples ont annulé ou tout simplement reporté le mariage. Un vrai manque à gagner pour la mairie du premier arrondissement de la ville de sable à l’instar de bien d’autres d’ailleurs.