Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Port-Gentil : l’heure de fermeture des marchés en question

Les nouveaux horaires d’ouverture des marchés  pour contenir la pandémie du coronavirus fait débat parmi les commerçants. Pour certains, le volume horaire serait insuffisant pour faire des affaires.  

 

La mesure sur les nouveaux horaires d’ouverture et de fermeture des marchés Grand-Village et Balise, prise par la mairie de Port-Gentil dans le cadre de la  lutte contre le coronavirus, ne fait plus l’unanimité.

Dans une circulaire du 23 mars, le maire indique que les deux plus grands espaces commerciaux de la ville, seraient désormais ouverts de 6h à 15h, jusqu’à nouvel ordre.

Ce qui permet aux équipes du service technique municipal de procéder une fois par semaine, à la désinfection et à la dératisation des lieux.

Pourtant saluée par les commerçants, lors de sa mise en œuvre, la mesure semble ne plus convenir  notamment aux  vendeuses de denrées alimentaires.

Elles se plaignent de ne plus écouler correctement leurs produits. « Nos marchandises pourrissent tellement on ferme le marché tôt. Déjà qu’on les prend à crédit chez nos fournisseurs, comment on fait pour s’en sortir si dès 14h30 on commence à nous demander de ranger nos choses » ? s’interroge l’une d’entre elles. « L’heure de fermeture est trop précitée », renchérit Pauline, une autre commerçante.

Taxes

Une situation qui n’est pas sans conséquences directes sur le quotidien de ces mères de familles.

Si jusqu’ici, aucun cas de coronavirus n’a encore été déclaré dans la ville de sable, pour les commerçants, le maire aurait pu ramener l’heure de fermeture à 17h. « Cela laisserait le temps aux personnes qui sortent du boulot à 15h30 de venir faire aussi leurs courses. Et à nous, de faire un peu de bénéfice », poursuit une autre interlocutrice.

Un bénéfice faible et largement rogné par les taxes municipales qui auraient dû être revus à la baisse selon les vendeuses, le volume horaire d’activités n’étant plus les mêmes.