Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Port-Gentil : Que restent-ils des mesures barrières ?

Plusieurs veillées mortuaires et célébrations de mariages se sont déroulées le week-end alors qu’une troisième vague de la pandémie de Covid-19 menace le pays. De quoi s’interroger sur le respect des mesures gouvernementales. Les organisateurs des n’y font presque plus attention.

 

Les mesures restrictives liées à la pandémie à Covid-19 sont-elles toujours d’actualité à Port-Gentil ? La question se pose au regard des débordements enregistrés ces derniers temps.

Le week-end dernier, la ville de sable a vibré au rythme des veillées mortuaires et autres cérémonies de mariages et de retraits de deuil. Avec tous les risques sanitaires que ces rassemblements représentent au moment où une troisième vague plus sévère que les précédentes menace le pays.

Sans inquiétude aucune, les organisateurs mènent la cérémonie qui pendant toute la nuit, qui jusqu’à l’aube. Pourtant jusqu’à très récemment et compte tenu du couvre-feu, aucune manifestation ne pouvait aller au-delà de 21 h. De plus, le respect de la distanciation sociale était exigé.

Démarche infructueuse

Hors, ce n’est plus le cas. Il n’est effectivement pas rare, dans ces rencontres de voir des personnes sans masque ou qui font en toute décontraction des empoignades ou des accolades. Que dire de la mesure sur la limitation du nombre de participants ? Depuis des mois plus personne ne compte personne.

Interrogés sur le caractère légal de leurs initiatives, certains organisateurs assurent avoir obtenu des dérogations. Pour sa part, Séraphin estime que « si certains le font parce qu’ils auraient obtenu des autorisations, d’autres, par manque de courage d’aller faire la procédure auprès des autorités, ou, craignant tout simplement que leur démarche soit infructueuse, le font par suivisme. Quand bien-même ils encourent le risque de se faire prendre ».

Pratique courante au niveau national

D’où la question de Paulin un autre Port-Gentillais qui dit ne plus rien comprendre. « On dit que nous sommes menacés par une troisième vague, mais les autorités donnent les autorisations aux gens. Si les veillées et les mariages ont repris jusqu’au matin, pourquoi donc on parle encore de couvre-feu ?» 

La dérive ne serait pas l’apanage de la seule ville d’Emile Gentil. « A Libreville aussi c’est pareil. Il y a les cérémonies partout de nuit, et même à l’intérieur du pays. Il n’y a qu’à regarder dans le journal l’Union. A la page des avis de décès. Il y a des programmes des obsèques dont les heures vont jusqu’à l’aube et les autorités lisent ce journal et ne disent rien. Alors pourquoi voulez-vous que les autorités portgentillaises ou marigovéennes soient les seules à faire la loi ?», interroge un observateur.