Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Rentrée scolaire : le silence des associations de parents d’élèves

Comme d’autres parents d’élèves, le citoyen Paul Aimé Bagafou marque son inquiétude face à certaines conditions de cette rentrée scolaire particulière du fait de la pandémie de covid-19. Il reste perplexe  face aux annonces du ministre de l’Education nationale. Il s’interroge aussi sur le silence des associations des parents d’élèves.  

 

Comment avez-vous préparé cette nouvelle année scolaire ?

Nous nous sommes préparés comme d’habitude, en espérant simplement que les conditions seraient réunies. Malheureusement les organisations qui représentent les parents d’élèves sont aphones sur la question. Ce sont elles qui devaient normalement rassembler tout le ressenti des parents d’élèves, toutes les inquiétudes, les porter à la connaissance des gouvernants et prendre position, clairement.

En termes de fournitures scolaires et autres, on s’est préparés parce qu’à un moment ou à un autre, il faut bien que l’école reprenne. Mais, nous ne sommes pas rassurés quant aux conditions dans lesquelles les cours vont reprendre, notamment en ce qui concerne la riposte contre la pandémie.

 

Quelles sont vos inquiétudes ?

Les annonces du ministre de l’Education nationale ne nous rassurent pas. La réalité sur le terrain est différente de ce qui est annoncé. D’abord, si aujourd’hui, nous nous retrouvons  dans une situation où la rentrée au primaire et au secondaire est décalée, cela montre à suffisance que le monde de l’éducation nationale n’est pas prêt à reprendre les cours. Il aurait donc été judicieux qu’on prenne, un mois ou deux pour réunir toutes les conditions pour que la rentrée soit effective partout. On ne va pas avoir deux rentrées alors que c’est le même calendrier académique.

En ce qui concerne le dispositif sanitaire, nous savons qu’il y a des établissements qui n’en ont pas reçu jusqu’à ce jour. Donc les élèves et les enseignants vont évoluer dans un environnement qui n’est pas du tout sécurisé par rapport à la pandémie de covid-19. Il y a également l’effectif de 60 élèves, plus un enseignant, qui nous inquiète. Surtout que personne n’a été testé. Et on sait que toutes ces personnes fréquentent également d’autres lieux susceptibles d’être vecteurs du virus.

« La réalité sur le terrain est différente des annonces. »

Qu’attendez du ministère de l’Education nationale ?

Nous attendons des précisions sur les annonces qui ont été faites. L’autre inquiétude, c’est que plusieurs jeunes Gabonais vont être laissés au bord de la route du fait que les établissements privés qui assuraient l’éducation de proximité, dans les zones enclavées, ont été fermés. C’est vrai qu’ils ne sont pas en situation régulière. On ne peut pas les exonérer de la nécessité de se mettre en règle, mais cette fermeture devait être accompagnée d’une offre en termes de structures d’accueil. Or, le ministre n’a rien proposé de concret.

Il faut que le ministre précise aux parents où est-ce qu’ils peuvent aller inscrire leurs enfants, plutôt que d’avoir des enfants qui parcourent des kilomètres pour rallier un établissement, avec tous les risques de cela comporte.

Propos recueillis par E. A