Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Visites techniques : une arnaque à ciel ouvert ?

Après avoir effectué une tournée des principaux centres de contrôle technique de Libreville et ses environs, le président Syndicat des professionnels du Transport Urbain a poussé un coup de gueule face à ce qu’il qualifie de ‘’ centres d’arnaque’’ à ciel ouvert.

C’est en véritable gendarme que le président du Syndicat des professionnels du transport urbain (STPU), Serge Bertrand Bekale s’est rendu récemment sur les sites abritant les principaux centres de contrôle technique de la capitale et ses environs. Le transporteur a voulu se faire une idée de la réalité des contrôles techniques.

« J’ai été moi-même victime, lorsque j’ai demandé à mon chauffeur d’aller me faire une visite technique. Trois jours après, je me suis retrouvé en train d’exposer ma vie au boulevard parce qu’un cadrant m’a lâché », relate-t-il.

La visite des centres de contrôle technique a, selon Serge Bertrand Bekale, conforté les rumeurs qui circulent depuis des lustres, sur les centres. Cela lui a également fait prendre conscience du danger qui guette des centaines d’usagers au quotidien.

« Depuis des années, nous savons ce qui se dit au Gabon, les centres de contrôle technique sensés assurer la sécurité des automobilistes et des usagers, aujourd’hui, se sont transformés en centres d’arnaque », fait-il remarquer. « Ce n’est pas avec un pont bascule qui ne répond à aucune norme depuis des années, que l’opérateur va délivrer une visite technique qui met en danger la vie des Gabonais », lance-t-il, visiblement dépité par ce qu’il a pu observer.

Si cette énième dénonciation des falsifications des visites techniques devrait raisonner comme une sonnette d’alarme de plus aux oreilles des autorités, le président du STPU ne cache pas son scepticisme. Il n’hésite d’ailleurs pas à affirmer qu’il s’agit d’un réseau volontairement entretenu par les autorités, notamment, la direction générale des transports terrestres et le ministère de tutelle.

« Qui se moque de qui ? On arrive au stade où on nous délivre maintenant des visites techniques à main levée, en forme d’escroquerie. Et tout ça, sous les yeux des dirigeants de ce pays » a-t-il poursuivi.

Sésame indispensable pour qu’un véhicule puisse circuler sur une route ouverte à la circulation publique, la visite technique permet d’identifier les défaillances susceptibles de porter atteinte à la sécurité des usagers de la route et à l’environnement.