Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download
dimanche 26 septembre 2021

Affaire Kanga Guelor : la FECOFA déboutée par la CAF

Après plusieurs semaines de suspicion, la Confédération africaine de football a rendu ce 26 mai son verdict sur l’affaire du footballeur Kanga Guelor. La requêté de la Fédération congolaise de football a purement et simplement été rejetée.

« Le jury disciplinaire de la CAF rejette purement et simplement la plainte de la FECOFA ». C’est la décision rendue ce 26 mai par la Confédération africaine de football (CAF), suite à la requête de la Fédération congolaise de football (FECOFA) sur l’existence d’une fraude orchestrée sur l’identité du joueur Guelor Kanga enregistré à la Fédération Gabonaise de football comme étant originaire du Gabon.

Dans sa plainte, la FECOFA prétendait que la vraie identité du joueur est Kiaku Kiaku Kiangani Guelor né le 08 octobre 1985 à Kinshasa et originaire du Congo. Des allégations que l’enquête ouverte par la CAF a  permis de remettre en cause, notamment au regard des éléments de preuve soumis par la FEGAFOOT.

Par ailleurs, la décision indique que « Guelor Kanga est enregistré sur le système CMS de la CAF comme étant de nationalité Gabonaise et ayant participé depuis 2008 à l’ensemble des compétitions de la CAF avec l’équipe nationale du Gabon et les équipes Gabonaises en compétitions interclubs ».

Le jury a, de ce fait, estimé que les prétentions de la FECOFA ainsi que les éléments présentés par cette dernière n’ont pas été probants et suffisants pour établir la matérialité d’une falsification de l’identité du joueur de la part de la FEGAFOOT. Et a affirmé n’avoir constaté aucune irrégularité concernant l’éligibilité du joueur en question, ni son engagement au sein de la CAF.

En dépit de ces éléments et conformément à la règlementation en la matière, la haute instance du football africain indique, toutefois, que « cette décision peut être attaquée devant le jury d’Appel de la CAF conformément aux dispositions des articles 54, 55, 56,57 et 58 du Code Disciplinaire de la CAF ».