CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Des Français ont quitté le Gabon dimanche par un vol spécial. Des départs qui suscitent de nombreuses interrogations et rajoutent à la psychose du covid-19.


Depuis Port-Gentil et par vols spéciaux de la compagnie aérienne Afrijet, 154 français ont rallié Libreville, le samedi dernier. Ils ont regagné, dimanche, la France à bord d’un vol Air France autorisée par le gouvernement gabonais, avec d’autres Français qui attendaient déjà à Libreville.

Dans le lot de passagers, il y avait également des Européens et des ressortissants d’autres nationalités.

Surpris par la mesure de fermeture des frontières et d’arrêt des vols dans le cadre de la lutte contre le covid-19, de nombreux Français en séjour de courte durée au Gabon pour la plupart, avaient émis le souhait de rentrer chez eux pour être aux côtés de leurs proches.

Dans un communiqué publié sur le site officiel de l’ambassade, les autorités diplomatiques françaises rassuraient leurs compatriotes. « L’ambassade travaille avec Air France et les autorités gabonaises à l’organisation d’un prochain vol de la compagnie, pour permettre notamment aux Français et aux Européens de passage de rentrer en France », pouvait-on lire.

Ainsi, 280 Français au total ont quitté le Gabon le week-end dernier. L’ambassade de France, dans une communication publiée sur son site, a remercié les autorités gabonaises pour « le succès de cette opération, fruit d’une coopération exemplaire ».

La demande de départs s’étant finalement avérée plus forte, en l’occurrence à Port-Gentil, un autre vol, dont la date reste inconnue, est prévu dans les prochains jours, a-t-on appris.


Les vrais amis

« L’affaire du départ des Français » a suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux. Pour certains compatriotes, les ressortissants français quittent le Gabon « à cause de l’incapacité de nos hôpitaux à faire face à la pandémie au cas où les chiffres s’alourdissent ». D’autres pensent « qu’ils partent parce qu’ils veulent échapper au test du vaccin du covid-19 », faisant ainsi allusion à la polémique suscitée par les propos d’un chercheur français et d’un chef de service d’hôpital parisien, s’interrogeant sur l’opportunité de tester un vaccin en Afrique.

Au festival des rumeurs, il y a aussi l’hypothèse selon laquelle les voyageurs détiendraient des informations négatives sur la situation sanitaire du pays.

Hall de départ à Port-Gentil

A cette agitation, s’ajoute parfois des propos xénophobes demandant aux partants de rester «chez eux et de ne plus jamais revenir au Gabon ». Comme s’il leur était paradoxalement reproché de manquer de solidarité avec le peuple gabonais. Ne reconnait-on pas ses vrais amis dans les moments difficiles ?

La vie du pays

Autant de déclarations qui deviennent au fil des partages et des commentaires passionnés une fausse vérité, au point de cacher la réalité et ses vrais chiffres.

Selon, le site du Sénat français, près de 10 000 ressortissants français sont établis au Gabon. « La communauté française est très bien intégrée à la vie du pays et présente à haut niveau dans de nombreux secteurs de l’économie, », précise-t-il.

De cette majorité silencieuse, les commentateurs de Facebook n’en parlent pas dans leurs publications. Ils préfèrent se focaliser sur 280 personnes qui ont pour la plupart leur vie en France.