Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Bourses et stages : la galère des bacheliers de Moanda

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Une cinquantaine de nouveaux bacheliers du lycée Rigobert Landji de Moanda effectuent depuis plusieurs jours des allers-retours entre la direction générale des bourses et stages,  le cabinet du ministre de l’Education nationale et celui du premier ministre.

Rencontrés en début de semaine au boulevard Jean Paul II en face de la primature, les bacheliers du lycée Rigobert Landji confient qu’après, comme plusieurs bacheliers de la session de juillet, ils ont  rallié Libreville pour compléter leurs dossiers aux bourses et stages. Mais à ce jour, en dépit des assurances reçues de leur chef d’établissement, les dossiers restent introuvables.

Lassés d’attendre, ils ont donc décidé de se mettre à la recherche de leurs dossiers. « Nous sommes arrivés le lundi à l’ANBG. On nous a fait comprendre que nos dossiers ne sont pas arrivés. Donc on ne pourra pas nous recevoir. Voilà pourquoi nous sommes ici ce matin à la primature voir le secrétaire du premier ministre pour savoir si nos dossiers étaient déjà arrivés et ils nous demandent de repartir à l’Education nationale.  Nous sommes obligés de repartir à l’éducation nationale pour prendre les renseignements si nos dossiers sont vraiment là-bas », explique Ibrahim.

Le bachelier de série B précise que plus de deux cent bacheliers du lycée Rigobert Landji de Moanda sont dans cette situation. Une situation d’ailleurs  très mal vécue par les jeunes dont les parents sont pour la plupart installés à Moanda.  « Nous sommes abandonnés à nous-mêmes, il y a d’autres qui reviennent de Ntoum, des PK, d’Okala, depuis près de deux mois nous tournons. C’est compliqué, », se désole l’un d’eux.

Négligence

Après avoir menés des investigations, les élèves ont pu avoir des informations sur la destination prise par leurs dossiers. Alors que la tâche de déposer les dossiers à l’ANBG est dévolue à l’administration, la responsable d’orientation les aurait remis à un étudiant. Résultat, les dossiers  ne sont pas arrivés à l’ANBG. «  L’élève a remis au censeur qui est allé déposer au secrétariat du ministère de l’éducation nationale. Il attend l’accord du premier ministre pour pouvoir définir le jour où les élèves de Rigobert Landji seront reçus aux bourses et stages», affirme un élève. 

Un cas de négligence avéré qui devrait attirer l’attention des plus hautes autorités. En premier lieu le premier ministre, sur qui, selon les informations recueillies par ces bacheliers a le dernier mot sur ce dossier.

Bourses : les étudiants devront patienter

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Dans une note, l’Agence nationale des bourses du Gabon annonce la suspension des bourses des étudiants gabonais poursuivant leurs études au Gabon et ayant perçu 12 mois de bourse.

La rationalisation des finances publiques dans laquelle le gouvernement s’est engagé n’épargne aucun secteur. Les signaux étaient déjà perceptibles depuis des mois dans le sillage des allocations des bourses d’études. Il vient de prendre corps avec l’annonce du directeur général de l’Agence nationale des bourses du Gabon, Joël Lehman Sandoungout.

« Le Directeur général de l’ANBG informe les étudiants du gouvernement gabonais poursuivant leurs études au Gabon que le paiement de l’allocation d’études sera suspendu pour les boursiers ayant déjà perçu douze mois de bourse », peut-on lire dans une note signée du directeur général de l’ANBG en date du 2 septembre. « Ainsi les étudiants dont la bourse a été payée à partir du mois d’octobre verront le paiement suspendu à la fin du mois de septembre. Par contre, pour ceux ayant perçu la bourse à partir de janvier, la suspension se interviendra à la fin du mois de décembre ». 

Le document officiel qui circule depuis ce 10 septembre dans les réseaux sociaux précise que la suspension des allocations d’études répond au  souci constant de rationaliser les dépenses liées au paiement des bourses.

À cet effet, l’ANBG affirme étudier différentes stratégies pour minimiser les effets pervers qui sont, entre autres, les bourses indûment perçues, les orientations non respectées, les étudiants absents des procès-verbaux et ayant zéro crédit,  pouvant obérer les ressources financières allouées par l’Etat et permettre le bénéfice de l’allocation d’études au plus grand nombre de nos compatriotes

Fleuve

Selon l’ANBG, cette suspension est  provisoire puisqu’un renouvellement de la bourse est prévu. Un retour d’allocation d’études conditionné par la transmission des résultats académiques et suivant le début effectif des cours.

Cette décision ne va pas améliorer les relations entre l’Agence nationale des bourses du Gabon et les étudiants boursiers. Elles n’ont jamais été un long fleuve tranquille. Si les raisons évoquées par l’ANBG sont fondées, les étudiants déplorent d’autres difficultés relatives, entre autres, au retard de paiement, de décision d’attribution, aux suspensions abusives d’allocation d’études.