Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

La CNR contre les démons du tribalisme

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Dans une déclaration, la CNR s’insurge contre certaines voix « tentées par les thèses et les démons du tribalisme ». Elle invite les citoyens à faire preuve de vigilance pour éloigner le pays du piège de la discorde.

Ennemi commun au-delà des frontières depuis de nombreux mois, la pandémie du covid-19 ne semble pas être le seul élément à craindre au Gabon actuellement. En effet, depuis plusieurs jours, un nouveau débat tend à prendre de l’ampleur avec pour principal objectif ternir le tissu social déjà peu reluisant depuis ces dernières années, en l’occurrence ‘’le tribalisme’’.

Si plusieurs voix de la société civile se sont aussitôt levées sur les réseaux-sociaux pour condamner cette pratique d’un autre âge, Jean Ping et les siens viennent également de hausser le ton afin d’exprimer leur « ferme volonté de ne pas laisser prospérer les germes du repli ethnique. »

« Dans ce climat particulièrement sombre, le peuple gabonais a plus besoin de se sentir protégé et rassemblé que d’être écrasé et divisé. Cet objectif n’est pas à la portée du régime qui mesure cruellement, l’ampleur de son rejet par nos concitoyens », lance la Coalition pour la nouvelle République.

Pour les opposants radicaux, le constat est amer. « La CNR observe avec une vive préoccupation, que certaines voix, entendues ces derniers jours, sont tentées par les thèses et les démons du tribalisme. Certains veulent entraîner le pays vers d’autres chemins, rejoignant ainsi les rangs des partisans de la terre brûlée qui sont à l’œuvre, depuis qu’ils ont été rejetés par le peuple gabonais aux présidentielles de août 2016 », déclare la CNR.

Guerre civile

Fidèle à sa posture la CNR estime que la responsabilité de cette situation incombe principalement au pouvoir en place. « La reconnaissance de la souveraineté du peuple gabonais, c’est-à-dire le libre choix de ses dirigeants, demeure la principale préoccupation. Les Gabonais sont suffisamment meurtris. Le Gabon est particulièrement éprouvé. Partez, mais ne brûlez pas le Gabon. Aucun Gabonais ne vous le pardonnera », clame-t-elle.

La Coalition pour la nouvelle République

A l’endroit des citoyens, la CNR prône la vigilance et la  résistance afin d’éloigner la Gabon du piège de la discorde. Et face aux partisans de la division, elle réaffirme haut et fort son rôle de repère, de référence et de gardien inlassable de la préservation du Gabon entre toutes les velléités et ruses conduisant à la guerre civile.

Climat socio-politique : les inquiétudes du RPM

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le parti d’Alexandre Barro Chambrier s’inquiète particulièrement des conséquences relatives au manque de transparence sur l’état de santé du Chef de l’exécutif.

Deux sujets ont particulièrement ponctué la réunion du conseil exécutif du Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM), ce 5 septembre : la situation actuelle du Gabon et  les résultats des élections législatives partielles des 10 et 31 août.

Jugeant la situation politique actuelle du Gabon ‘’surréaliste’’  du fait du mystère entretenu sur l’état de santé du président de la République, Alexandre Barro Chambrier et ses compagnons ont dressé un tableau sombre des conséquences sur l’image du Gabon.

« L’image du pays s’en trouve abîmée, ici et là, à travers le monde, au vu de l’exploitation pathétique, et intolérable d’un point de vue humain qui est faite de l’état d’Ali Bongo Ondimba, donné en spectacle de façon éhontée et machiavélique par la volonté diabolique d’un clan qui entend coûte que coûte conserver le pouvoir ; comme s’il pouvait se substituer à la voix du peuple, la voix de Dieu », déclare le RPM.

Unité

Le parti de l’opposition dite radicale estime d’ailleurs que « le Gabon n’a plus à sa tête un dirigeant capable d’imprimer une direction au pays, de jouer le rôle de  Chef de l’Exécutif, ce qui ouvre la voie à tous les abus et errements constatés», avant de présenter de façon alarmante des résultats peu probants de la gouvernance actuelle. Et d’interpeller et inviter, «  une fois de plus, le peuple gabonais à conjurer les plans sordides actuellement en préparation par le système Bongo-PDG- AJEV et tutti quanti, et de poursuivre sans relâche la lutte pour sa libération totale. »

Pour ce qui est des élections partielles des 10 et 31 août, le conseil exécutif du RPM s’est réjoui de la victoire de Maurice Mabiala dans le 1er arrondissement de la commune de Mouila. Une victoire qui, selon eux, confirme l’aspiration du pays profond à l’alternance et au changement, la preuve de la vitalité de leur parti. Mais surtout les vertus de l’unité et la force d’une opposition unie, mettant cette victoire à l’actif de la CNR, l’UN, l’ADERE, l’UPG et le MORENA.