Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Le conseil des ministres proroge l’Etat d’urgence de 45 jours

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Les mesures sanitaires de prévention, de lutte et de riposte contre la COVID19 sont prorogées pour une durée de 45 jours. C’est l’une des grandes décisions entérinées mercredi par l’exécutif réuni en conseil des ministres. Elle fait suite à l’adoption du projet de loi portant prorogation des mesures de prévention, de lutte et de riposte contre la COVID, conformément à l’ordonnance fixant les mesures de prévention, de lutte et de riposte contre les catastrophes sanitaires.

En janvier, les populations avaient exprimé leur ras le bol en lançant un concert de casserole, après le durcissement des mesures de riposte contre la covid-19. Elles réclamaient, entre autres, la levée du couvre-feu établi à 18h. Dès l’annonce de cette nouvelle prorogation, les grincements de dent ont été perceptibles au sein de l’opinion. Mais le gouvernement reste déterminé à tout mettre en œuvre pour limiter la prorogation du coronavirus au Gabon.

Révision de la constitution : Ali Bongo assure-t-il ses arrières ?

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

La question du vide juridique sur l’indisponibilité temporaire du président de la République a été examinée par le conseil des ministres du 18 décembre. Il a adopté un projet de révision de l’article 13 de la constitution. Il prévoit l’intérim de la fonction présidentielle par un collège composé des présidents des deux chambres du parlement et du ministre de la Défense nationale.

« En cas d’empêchement temporaire du Président de la République, l’article 13a nouveau prévoit l’intérim de la fonction présidentielle par un collège composé des présidents des deux chambres du parlement et du ministre de la Défense nationale». Ce changement qui pourrait intégrer dans  la Constitution gabonaise a été adopté le 18 novembre par le conseil des ministres.

La problématique de la vacance du pouvoir a subitement surgi en novembre 2018, lors du malaise du président Bongo à Ryad. Deux ans après, le conseil des ministres veut « combler le vide juridique lié à certains évènements majeurs qui ont impacté le fonctionnement régulier des institutions et des pouvoirs publics ». Mais aussi « éviter à la Nation de s’exposer à l’éventualité d’une interruption de la continuité de l’Etat », en cas d’indisponibilité temporaire du président de la République à exercer ses fonctions et de non renouvellement de l’Assemblée nationale, dans les délais constitutionnels.

L’autre changement majeur de l’article 13 concerne la vacance de la Présidence de la République ou d’empêchement définitif de son titulaire ; Jusque-là assuré par le président du Sénat, à l’exemple de 2009, la nouvelle mouture prévoit un collège composé du président du Sénat, du président de l’Assemblée nationale et du ministre de la Défense Nationale.

2018

Près d’une vingtaine d’articles de la loi fondamentale qui a été révisé. Ils concernent, notamment le renforcement de la protection des membres du parlement et de la cour constitutionnelle, ainsi que de l’inviolabilité des sièges des institutions.

La proposition du gouvernement sera présentée aux deux chambres du parlement en vue d’être adoptée par les députés et les sénateurs. La dernière révision constitutionnelle date de 2018.

Haut-Ogooué : l’intérêt des sages-femmes pour l’Ordre national

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Les sages-femmes du Haut-Ogooué ont suivi une campagne de sensibilisation sur la création d’un ordre national. Il aurait un impact sur  la profession et la qualité des soins.

Réunies au Centre hospitalier Amissa Bongo de Franceville, les sages-femmes de la province de l’Haut-Ogooué ont été nombreuses à prendre part à la sensibilisation sur l’ordonnance portant création, attribution et organisation de l’Ordre national des sages-femmes du Gabon. Elle a été pilotée par Olga Mavoungou Boukoyi Mabiala, présidente de l’Association des sages-femmes du Gabon.  

Pour l’association, les professionnelles doivent s’approprier  la nouvelle mesure avant sa mise en application.

‘’ Cette ordonnance a nécessité une campagne nationale que nous avons lancée depuis le 23 octobre dans le but que chaque sage-femme puisse s’imprégner du document. Qui en fera partie ? Sa faisabilité… Mais aussi que chacune apporte des amendements, des arguments sinon des suggestions pour l’élaboration du règlement intérieur de l’Ordre’’, explique Olga Mavoungou Boukoyi Mabiala.

Des échanges autour de la structuration juridique de la profession.

Départements

Pour la présidente provinciale de l’association des sages-femmes du Haut-Ogooué, Christiane Mateya, cette sensibilisation a été reçue avec intérêt. ‘’ L’ordre est un outil juridique qui nous permettra d’encadrer notre profession, car nous fonctionnons jusque-là en association. Aujourd’hui, nous travaillons avec la présidente, il nous revient, à l’antenne provinciale de repartir vers les départements pour également expliquer aux sages-femmes l’importance de cet ordre’’,  souligne Christiane Mateya.

Sur proposition du ministre de la Santé, le conseil des ministres a adopté le 14 août dernier, un projet d’ordonnance portant création attribution et organisation de l’Ordre national des sages-femmes du Gabon. Il comblera un vide juridique et aura nécessairement un impact sur la profession et la qualité des soins offerts.

COVID-19 : le Gabon durcit les mesures de confinement

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Avec un cas signalé à ce jour, le Gabon prend des mesures drastiques contre le COVID-19. De nouvelles dispositions ont été entérinées par le conseil des ministres.

Rien ou presque n’a été laissé de côté par le conseil des ministres du 16 mars pour limiter la propagation du COVID-19 et veiller à la sécurité sanitaire des Gabonais. Plusieurs mesures additionnelles ont été prises par le gouvernement.

Il s’agit notamment de l’autorisation d’un seul vol international par semaine et par compagnie aérienne exerçant ou desservant le pays ; la fermeture des restaurants au public à l’exception des services à emporter et des livraisons ; la fermeture de tous les lieux de culte et recommandation de prières à domicile.

Mais aussi, l’interdiction des rassemblements de personnes passe de cinquante (50) à trente (30) personnes ; la suspension des audiences dans les tribunaux et cours, à l’exception des contentieux essentiels ; l’interdiction des visites dans les prisons et les hôpitaux, sauf autorisation expresse du corps médical.

Par ailleurs, deux projets de décrets ont été adoptés. Le premier est relatif aux mesures de confinement, notamment la mise en confinement de toute personne en provenance des pays où la pandémie est officiellement déclarée. Elle passerait alors 15 jours correspondant à la phase d’incubation du virus. Le confinement également pour toute personne dont le test au Covid-19 est positif ; de toute personne en contact avec les personnes dont le test au Covid-19 est positif.

Lisibilité

Il y’aurait deux types de confinement. Le confinement dans un centre de référence hospitalier concerne tout cas suspect présentant des symptômes ou toute personne dont le test au Covid19 est positif. Le confinement dans une structure réquisitionnée concerne toute personne ayant été en contact direct avec une personne contaminée au Covid-19. »

Le second porte création et organisation du cabinet Sécurité auprès du ministre en charge de l’Intérieur en vue de donner une meilleure lisibilité et une plus grande efficacité à son action dans les domaines de la sécurité intérieure, de la protection des personnes et des biens.