Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download
dimanche 26 septembre 2021

La négligence du drapeau

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le vert, jaune, bleu, symbole de l’autorité ne représente pas la République dans certaines contrées. Les bandes tricolores offrent une piètre image accrochées au mât. Elles perdent de leur éclat au fil des années.


Principal élément constitutif des attributs du pouvoir, le domicile d’un auxiliaire de l’administration est reconnu par le drapeau qui flotte au sommet d’un mât. Pourtant dans de nombreux villages, regroupements et cantons, il se présente dans un piteux état. Les couleurs vert, jaune, bleu semblent pales, délavées par les avaries du temps.

Certains drapeaux sont accrochés depuis des années. Les autorités attendent désespérément de procéder à leur changement. Mais la chefferie ne bénéficie pas toujours de dotation au moment opportun. << Le drapeau qui est là, est avec moi depuis que mon frère est décédé. Cela fait bientôt 8 ans. On demande au préfet, à chaque fois, il nous répond qu’il avait déjà fait la demande>>, confie un chef de canton dans le département de la Zadié.

Image

La question de la disponibilité du drapeau national ne date pas d’aujourd’hui. En ville comme au village, se procurer un drapeau relève du parcours du combattant. De nombreuses administrations publiques et parapublique ne disposent pas de drapeau devant leurs sièges. La situation est connue de la haute administration.

La journée nationale du drapeau célébrée le 09 août devrait être mise à profit pour doter les représentations du vert, jaune, bleu. Il en va parfois de l’image de la République.

Mekambo : marche de protestation pour dénoncer le Conflit homme/faune

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Les populations de Mékambo  dans l’Ogooué-Ivindo ont organisé, le 17 Avril 2021, une  grande marche de protestation contre le conflit homme/faune. Le mouvement d’humeur s’est soldé par la lecture d’une motion de protestation en direction des autorités, signe d’un ras-le-bol général.

Les autorités politico administratives et militaires du département de la Zadie, à Mékambo ont fait face, ce samedi à un mouvement de protestation des populations excédées par la dévastation continuelle de leurs plantations par les éléphants.

Arnaud Mouandoma , porte-parole des protestataires a qualifié la situation de  « crise alimentaire et insécurité physique causées par les éléphants ». « Depuis le jardin d’Éden, Dieu a placé l’homme au-dessus des animaux. Et le Chef de l’État, lors de sa prestation de serment, s’engageait à protéger sa population. Mais depuis 2017, les populations de Mékambo constatent avec regret que les éléphants sont plus important  donc, au-dessus de l’homme de Mekambo », s’est-il insurgé.

Cette marche a drainé du monde. Elle a eu pour point de chute, la place des fêtes de la localité où  une motion de protestation à l’endroit des autorités a été lue.  Les populations ont notamment exigé la présence du ministre des Eaux et Forêts dans les tous prochains jours. 

Ils ont également dénoncé « les abus d’autorités, les brutalités, les contrôles intempestifs, l’arrogance, les séquestrations qui sont devenus le mode de fonctionnement de certains responsables administratifs, nommant les gendarmes, les Eco gardes, le WWF et les Eaux et Forêts

Les populations ont menacé de durcir le mouvement dans les prochains jours, si leur requête n’est pas prise en compte. Une mise en garde qui n’entende pas prendre à la légère.