Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Mairie de Libreville : Eugène Mba poussé vers la sortie?

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Jeté en pâture dans une affaire de supposé détournement de fonds relayée dans la presse, Eugène Mba, aurait déposé sa démission de la tête de la municipalité de Libreville, le 26 mai. L’information a été rendue publique par un arrêté du gouverneur de la province de l’Estuaire.

Dans son arrêté, le gouverneur de la province de l’Estuaire, Marie-Françoise Dikoumba est clair. L’article 1 dispose en effet que : « En application des dispositions des articles 63 et 95 de la loi organique n°001/2014 du 15 juin 2015 susvisée, le Conseil municipal est convoqué en session extraordinaire le jeudi 17 juin 2021 à 09heures dans la salle du conseil municipal, en vue de notification de la démission du Maire de la Commune de Libreville »

Le même texte indique que la lettre de démission du maire de Libreville a été transmisse le 26 mai. Une information qui conforte les bruits de couloir sur le départ d’Eugène Mba de la mairie de Libreville, suite aux révélations de soupcons de détournement de fonds.

Eugène Mba lors de sa prise de fonction.

Eugène Mba n’aura donc pas fait long feu à la tête de la mairie de Libreville.  Un peu plus de six mois après sa prise de fonction, tout porte  à croire que son destin à l’hôtel de ville de Libreville pourrait être intimement lié à celui de son prédécesseur, Léandre Nzué, écroué à sans famille pour une affaire de détournement de fonds. En effet, si le profil du cadre du Parti démocratique gabonais (PDG) semblait répondre aux attentes, le soupçon de détournement d’une cagnotte de 338 millions destinée à des travaux d’assainissement de la commune a fait naitre le doute.

Selon les révélations faites par Médias 241, le 17 mai,  l’argent aurait été décaissé par le maire de Libreville en deux jours pour des travaux non exécutés. Et la passation de marché avec l’entreprise Jeta Groupe commise pour les travaux aurait été faite « de gré à gré au mépris des règles usuelles en matière de passation des marchés publics en République gabonaise. »

Si des documents faisant foi ont également été rendus publics, par Médias 241,  le lancement des travaux effectué un peu plus de 48h après la publication de ces révélations ne fera qu’accentuer le doute.

À côté de ce fait et toujours au cours du mois de mai, le maire de Libreville a été pointé du doigt pour d’autres faits jugés contraire à l’éthique qu’impose sa responsabilité. Selon la lettre de recadrage du gouverneur de l’Estuaire, Eugène Mba aurait recruté plusieurs centaines d’agents dont 6 conseillers pour son cabinet en 5 mois. Il lui a également été reproché l’absence de cohérence entre les recrutements et les besoins de service, le manquement au respect de la tutelle, le recrutement illégal en cours d’exercice budgétaire etc.

Au regard de ces nombreux faits, l’annonce de la démission de Eugène Mba est donc loin d’être une surprise. Reste à savoir si il connaitra le même sort que Léandre Nzué.

 

Total Gabon : Patrichi Christian Tanasa révoqué du conseil d’administration

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Ancien administrateur directeur général de Gabon Oil company (GOC), aujourd’hui incarcéré à la prison centrale de Libreville, Patrichi Christian Tanas a été révoqué du conseil d’administration de Total Gabon.

La décision est tombée le 29 mai dernier à Libreville, lors de l’assemblée générale de Total Gabon, filiale de la multinationale française. Malgré son incarcération il y a plusieurs mois déjà, pour soupçon de détournements de fonds publics dans le cadre de la vaste opération dénommée Scorpion, l’ancien administrateur directeur général de la GOC représentait encore l’Etat gabonais au sein du conseil d’administration de la compagnie pétrolière.

Révoqué, il a été remplacé par le Gabonais, Aristide Obiang Mebale, un pur produit de l’industrie pétrolière nationale, par ailleurs ingénieur en génie électrique et télécommunication.

Nicolas Terraz, le patron de la branche exploration-production de Total et le nouveau directeur général de Total Gabon et le franco-sénégalais Stéphane Bassene, ont également fait leur rentrée au Conseil d’administration. La nomination du Gabonais fait cependant débat, alors qu’il  travaille déjà pour Total Gabon.

Opération Scorpion : les avocats de Patrichi Tanassa dénoncent une détention arbitraire

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Les avocats de Christian Patrichi Tanassa Mbadinga, mettent en cause la procédure judiciaire contre leur client. Ils dénoncent une détention arbitraire.

Face à la presse le 9 janvier, les avocats de l’ex administrateur directeur général de Gabon Oil Company (GOC), par ailleurs conseiller du président de la République Patrichi Tanassa, ont dénoncé de nombreuses incohérences dans la procédure judiciaire ayant conduit leur client à Sans famille.

« Les violations du Code de procédure pénale gabonais sont nombreuses, flagrantes et gravissimes », a déclaré Me Anges Kevin Nzigou. A ses côtés, Maitres Jean-Paul Moubembe, Richard Sedillot, Dominique Inchauspe et Calvin Job.

Au nombre des incohérences, les conseils relèvent le placement en détention de Patrichi Tanassa sans que ses conseils aient pu avoir accès au dossier, qu’il s’agisse des pièces de procédure ou des pièces qui auraient justifié de prétendues charges existantes contre lui, au mépris notamment des articles 1,3 et 120 du Code de procédure pénale (CPP).

L’absence d’information sur les faits reprochés à leur client, en violation des articles 115 du CPP qui exigeait que ces faits soient portés à sa connaissance. Et le fait que le mandat de dépôt ait été délivré avant même que le juge ne rende une ordonnance de placement en détention provisoire.

Selon les avocats, deux hypothèses sont envisageables : « soit le dossier de la procédure ne contient aucun élément pouvant justifier des charges invoquées par l’accusation de sorte que le placement en détention, qui n’est fondé sur aucune charge, est parfaitement arbitraire ; soit le dossier contient des pièces pouvant justifier de ces charges et la défense devait alors y avoir accès. »

Soupçons

Au regard de ce constat, ils disent avoir déposé une requête auprès du groupe de travail des Nations-Unies sur la détention arbitraire.

Arrêté dans le cadre de l’opération Scorpion, Patrichi Tanassa avait été placé sous mandat de dépôt en même temps que plusieurs autres cadres de l’administration en novembre 2019. Lors de leur mise en détention, le parquet de la République près du tribunal de première instance de Libreville avait révélé que cette arrestation faisait suite à des soupçons de ‘’détournements de fonds publics’’ et ‘’blanchiment de capitaux’’.