Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Ali Bongo Ondimba : « Il ne s’agit pas de faire des annonces »

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le 16 août, le président Ali Bongo Ondimba  a répondu au traditionnel rendez-vous de veille d’indépendance, face à la nation. Dans un discours de près de 25 mn, il a passé en revue non seulement le chemin parcouru par le Gabon ces soixante dernières années, mais surtout les différentes réalisations engrangées depuis son  accession à l’indépendance. S’il relève que le fait que la pandémie de covid-19 a constitué un  obstacle dans  la mise en œuvre de certaines actions, il reste déterminé à répondre aux attentes de ses concitoyens dans les domaines des infrastructures, de l’éducation, de l’emploi, de la concorde, entres autres. L’intégralité du discours à la nation

Gabonaises, Gabonais,

Mes chers compatriotes,

C’est avec émotion et, conscient du poids de l’Histoire, que je m’adresse à vous en ce jour solennel. 60 ans. Cela fait 60 ans que notre cher pays, le Gabon, a accédé à la souveraineté internationale dans le concert des Nations.

Aujourd’hui est l’occasion de nous souvenir. Nous souvenir de nos glorieux prédécesseurs ; des Pères de l’Indépendance ; des Présidents Léon Mba, Omar Bongo Ondimba et Rose Francine Rogombe ; et de l’ensemble de nos aïeuls.

Le Gabon que nous connaissons, le Gabon dans lequel nous vivons. Sa culture et ses valeurs. Ses savoirs et ses richesses. Ce Gabon-là, notre Gabon auquel nous sommes tous intimement liés, et qui fonde le cadre de notre communauté et de notre vivre ensemble, ils nous l’ont légué. Grâce à leur courage et à leurs sacrifices. C’est à eux que nous devons ce que nous sommes.

« C’est l’occasion de regarder le verre à moitié plein »

Aujourd’hui est aussi l’occasion de mesurer le chemin parcouru ces soixante dernières années. De regarder le verre à moitié plein et non, comme le voudraient certains, le verre à moitié vide.

Sur le plan politique, malgré les vicissitudes et les péripéties auxquelles nous sommes confrontées, le Gabon demeure uni et soudé. Les femmes n’ont jamais autant participé à la vie publique. Elles n’ont jamais autant contribué à faire respirer et évoluer notre société. Certes, nous pouvons diverger sur certains points fussent-ils majeurs. Mais cette diversité d’opinion est un atout pour notre pays étant entendu que les échanges soient sincères, que la volonté réelle soit de bâtir et non de détruire, soit d’améliorer et non de dégrader, soit d’évoluer et non de régresser.

Là est l’essence de notre démocratie, l’essence de notre société dans laquelle le dialogue est fortement ancré. Ce dialogue nous fait toujours converger sur l’essentiel : à savoir la concorde.

Cet héritage légué par nos Pères fondateurs, est le ciment qui nous unit par-delà notre diversité et nos différences. Elle est un atout précieux qu’il nous faut inlassablement cultiver et préserver.

Sur le plan économique, nous pouvons tous constater des avancées. Certes insuffisantes. Pas assez rapides à mon sens. Mais elles sont toutefois indéniables. Du retard a été pris en raison du contexte économique mondial qui frappe tous les pays.

Cependant notre économie se consolide et nous travaillons pour qu’elle devienne encore plus inclusive, pour qu’elle crée encore plus d’emplois. Cette dynamique doit être accélérée dans les prochains mois et les prochaines années. Je vais y venir.

Sur le plan diplomatique, la voix du Gabon est toujours aussi audible auprès de nos partenaires. A l’échelle régionale où notre pays assure toujours la présidence en exercice de la CEEAC, dont la première phase de la réforme institutionnelle historique a été portée à son terme ; à l’échelle continentale notamment à travers l’Union Africaine, grâce à ses interventions en faveur de la paix et de la sécurité en Afrique ; à l’échelle internationale enfin, où son implication en faveur de la défense du climat, de la biodiversité et de l’environnement dans son ensemble est reconnue et saluée de tous.

« L’histoire du Gabon forme un tout continu »

Mes chers compatriotes,

L’Histoire du Gabon n’est pas sécable. Elle n’est pas faite de ruptures violentes. Au contraire, elle forme un tout, un continu. Les acquis d’aujourd’hui, je vous le redis, nous les devons à nos parents, ces Gabonaises et Gabonais courageux et méritants, qui nous ont précédés et qui se sont sacrifiés pour nous.

Cette entreprise de construction d’un Gabon que nous voulions tous résolument moderne et qui a débutée il y a 60 ans, nous la poursuivons aujourd’hui avec abnégation et détermination.

Nous nous appuyons sur notre passé pour bâtir notre avenir. C’est là une nécessité. Car sans racines profondes, c’est-à-dire sans passé, point d’avenir. Un arbre pour pousser et produire de beaux fruits a besoin de racines profondes. Il en est de même pour les pays.

Gabonaises, Gabonais,

La célébration du 60ème anniversaire de notre Indépendance, si elle est l’occasion de nous souvenir, nous permet aussi de nous projeter.

« Les actes valent mieux que les paroles »

Il ne s’agit pas ici pour moi de faire des annonces. Non, car les actes valent mieux que les paroles. Je tiens donc avant tout à vous dire concrètement ce que nous faisons, en cohérence avec ce que nous avons déjà réalisé par le passé et que je souhaite voir consolider. Car il existe un lien évident entre les réalisations passées, présentes et à venir.

Pour se développer, le Gabon a besoin d’infrastructures modernes. Nous avons bitumé plus de routes en dix ans que depuis l’indépendance de notre pays. Notre réseau routier sera renforcé de nouveau avec la Transgabonaise, qui traversera notre pays d’est en ouest sur 780 kilomètres.

Les travaux ont déjà démarré avec la réfection d’un premier tronçon à l’entrée de Libreville. Ce chantier, sera achevé en 2023 et son impact sera majeur. Cette route révolutionnera nos vies et notre économie. Elle permettra le développement des échanges nationaux. La création d’emplois et la naissance de nouvelles opportunités économiques pour nos provinces.

Elle permettra également le rapprochement de nos familles. Après la finalisation de ce projet, vecteur de développement, plus rien ne sera comme avant.

Autre secteur vital pour notre pays, la santé. Ces dix dernières années, nous avons construit et modernisé nos infrastructures hospitalières pour améliorer l’offre de soins et de santé. Nous avons développé et pérennisé notre système d’assurance maladie afin que les soins soient accessibles à tous, et en particulier aux personnes les plus vulnérables de nos populations.

Ces derniers mois, en raison de la pandémie de la Covid-19, des efforts financiers inédits ont été consentis en matière de santé pour doter le Gabon de nouveaux outils performants à l’image du laboratoire Professeur Gahouma ou encore de l’hôpital spécialisé Covid-19.

Ces structures, même après la crise sanitaire actuelle, renforceront durablement le plateau technique de notre pays. L’amélioration de la qualité et de l’accès aux soins de mes compatriotes a toujours été et demeurera l’une de mes préoccupations premières.

Dans la continuité des efforts déjà consentis, j’ai instruit le Gouvernement de travailler activement avec obligation de résultats. Ainsi, neuf centres de diagnostics sont en cours de déploiement dans nos provinces pour une mise en service effective au premier semestre 2021.

Ils permettront une meilleure prise en charge des patients, une gestion plus efficiente du service public de la santé mais surtout une réduction significative du coût des examens médicaux. La santé ne devrait plus être un luxe et nous disposons de la volonté et des moyens pour y parvenir.

« Tout devra être fait pour réduire le chômage et la précarité »

 L’emploi est également l’une des préoccupations au cœur de mon projet de société. Dans les mois à venir, tout devra être fait pour réduire le chômage et la précarité, notamment en renforçant certains dispositifs.

C’est l’instruction que j’ai transmise au Premier Ministre et à son Gouvernement. Par les réformes menées et en cours, nous préparons l’avenir.

Le Gabon relèvera le défi du siècle qu’est l’emploi. Et il le relèvera notamment grâce à la réforme de la formation que j’ai fait adopter en 2018.

Les mutations en cours de notre économie ont fait apparaître de nouvelles opportunités sur le marché de l’emploi.

Ces nouveaux besoins supposent des compétences particulières. Il importe de mettre en adéquation ces nouveaux besoins avec l’offre de formation et cela dès le plus jeune âge. C’est pourquoi j’ai décidé d’un changement de paradigme profond par une meilleure orientation de nos élèves, par la promotion des cursus techniques et par l’assouplissement des conditions d’obtention des bourses professionnelles.

Il s’agit d’offrir à notre jeunesse des formations qualifiantes et réellement en phase avec le marché du travail pour réduire considérablement le chômage. Aucun jeune Gabonais ne devra dans les années à venir quitter le système scolaire sans formation qualifiante ou diplôme.

Dans un monde du travail en constante mutation et de plus en plus sélectif, il est de notre devoir d’offrir à notre jeunesse les outils nécessaires à leur insertion professionnelle.

Faute de qualification, certains pans générateurs de richesses sont inaccessibles à nos compatriotes. Faute d’alternatives nationales, les entreprises ont recours à de la main d’œuvre étrangère. Ce sont autant d’emplois et d’opportunités qui échappent à notre jeunesse alors que celle-ci ne demande qu’à travailler et à s’épanouir professionnellement.

C’est pourquoi dans les mois et années à venir, en plus du renforcement des capacités actuelles, plusieurs centres de formation verront le jour. C’est le cas d’une nouvelle école d’infirmières et d’infirmiers qui ouvrira ses portes à Libreville au dernier trimestre 2020 ; du centre des métiers du transport et de la logistique qui sera pleinement opérationnel en fin d’année ; ou encore du Centre de formation AVIC au sein de la zone de Nkok, et dont la première rentrée s’effectuera en 2021.

Ce n’est qu’un début car d’autres réalisations suivront. Tous ces pôles d’excellence feront émerger un savoir-faire gabonais, véritable valeur ajoutée reconnue sur le marché de l’emploi national, régional et international.

« 30 000 emplois supplémentaires seront créés dans les trois prochaines années »

La réforme de notre système scolaire est une évidence et vise naturellement le plein emploi. Il s’agit de permettre à tous les jeunes Gabonais de s’insérer dans le monde du travail le plus rapidement possible. Cet objectif est, pour moi, non négociable !

Cet objectif ambitieux, nous l’atteindrons. Grâce notamment à la diversification de pans de notre économie et à l’essor de nouveaux secteurs-clés et à fort potentiel d’emplois.

Pour exemple, en 2010, j’ai fait adopter la loi d’interdiction des exportations brutes de grumes. Résultat : aujourd’hui, le Gabon est le 1er producteur africain et le 3ème producteur de contreplaqué mondial.

Notre secteur bois prend une part de plus en plus importante dans l’économie de notre pays, avec la création de milliers d’emplois directs et indirects, et une hausse de la production de richesses sur le plan local.

Grâce à l’instauration de deux zones économiques spéciales supplémentaires, à Lambaréné et à Franceville, ainsi qu’à la troisième transformation de notre bois localement, 30 000 emplois supplémentaires seront créés dans les trois prochaines années.

Notre pari a porté ses fruits, la zone économique spéciale de Nkok est aujourd’hui plus attractive et plusieurs usines, synonyme de nouveaux emplois directs et indirects, sont en cours d’ouverture.

Nous avançons sans cesse et ce n’est qu’un début car ce qui vaut pour le bois vaudra également pour d’autres secteurs comme : l’agriculture, la pêche ou encore le tourisme.

« Notre pays doit être un vivier de produits finis »

Notre pays ne doit plus seulement être une réserve de matières premières mais un vivier de produits finis. J’ai demandé au Gouvernement d’y travailler fermement. Il a, sur ce plan-là aussi, obligation de résultat.

Ce point est fondamental. Car plus nous serons prospères, plus nous serons solidaires. Plus nous créerons de richesses, plus nous pourrons les redistribuer.

Grâce à la bonne santé de notre économie, nous pourrons ainsi consolider notre modèle social, prendre en charge les frais de santé et les médicaments, assurer les retraites de nos anciens, financer les bourses pour nos jeunes mais aussi mieux accompagner celles et ceux en recherche d’emploi.

Depuis une décennie, notre État s’est profondément réformé et modernisé. Des innovations importantes ont été menées à l’instar de la digitalisation de nos services d’impôts, de douanes, de création d’entreprises ou encore d’immigration.

Ces réformes audacieuses ont porté leurs fruits. Le Gabon est aujourd’hui l’un des pays d’Afrique où l’e-administration, l’administration numérique, est la plus développée.

Cet effort doit aujourd’hui être prolongé et intensifié.

Grâce aux infrastructures numériques développées ces dix dernières années, nous pouvons passer à la phase 2, c’est-à-dire à la digitalisation du service public.

L’objectif est de faciliter votre quotidien en simplifiant au maximum les démarches administratives et rendre disponibles les services de l’État en tout lieu, en tout temps, et avec une efficacité accrue.

A l’occasion d’événements heureux comme les mariages ou la naissance d’un enfant, ou d’événements plus malheureux comme les décès.

Mes chers compatriotes,

C’est ce Gabon, que nous devons construire : un pays doté d’un État moderne, des meilleures infrastructures, où nos compatriotes sont mieux soignés et mieux formés, et où l’accès à l’emploi reste pour moi une priorité.

« Le Gabon n’est jamais aussi fort que lorsque ses filles et ses fils sont unis »

Ensemble. Dans la concorde. Car le Gabon n’est jamais aussi fort que lorsque ses filles et ses fils sont unis. Surtout dans les périodes difficiles.

Depuis plusieurs mois, une tempête terrible s’est abattue sur notre planète. Des vents d’une rare violence ont balayé les quatre coins du globe. Répandant partout un nouveau virus, responsable de centaines de milliers de victimes dans le monde. Cet ennemi invisible, la Covid-19 ne nous a pas épargné.

A ce sujet, je veux, avant toute chose, rendre un hommage tout particulier à ces compatriotes emportés par ce terrible virus.

Je veux à nouveau saluer le courage et le dévouement de nos personnels de santé, de nos Forces de Défense et de Sécurité qui n’ont pas ménagé leur peine dans la riposte à cette pandémie.

Les vents ont soufflé forts. Très forts. Certains cassandres prédisaient alors que le Gabon s’effondrerait. Il n’en a rien été. Le « navire Gabon » a tangué, certes. Mais il n’a pas coulé. La main sur le gouvernail, nous avons tenu bon la barre. Notre pays a été à la hauteur de cet événement historique.

Grâce au dévouement de nos personnels soignants, nos hôpitaux, nos centres de soins ont tenu le choc. Mieux, le Gabon est aujourd’hui l’un des pays en Afrique où le taux de mortalité dû à la Covid-19 est le plus faible. Il figure aussi parmi les pays qui, sur le continent, testent le plus leur population par tête d’habitant.

même, sur le plan économique, le plan d’aide massif de 250 milliards de francs CFA que j’ai annoncé début avril nous a permis de traverser les pires heures de la crise. Il a permis au « navire Gabon » de rester à flot, de garder le cap, poursuivre sa route, tracer son chemin.

A travers la Loi de Finances rectificative adoptée en juin dernier, le Gabon s’est aujourd’hui mis en situation d’amortir les effets de la crise, mais aussi de relancer son économie et d’accélérer ses réformes.

En réalité, à aucun moment, ces derniers mois, même au plus fort de la tempête, nous n’avons dévié de notre trajectoire. Certes, nous avons été ralentis. Mais nous avons repris aujourd’hui notre marche en avant dans la direction que nous nous sommes fixés.

Celle, je le répète, d’un pays doté d’un État moderne avec des institutions fortes, avec les meilleures infrastructures, dont les citoyens sont mieux soignés et mieux formés, et où l’accès à l’emploi reste pour moi une priorité. Et sur cette route, aucun Gabonais – je dis bien, aucun – ne sera laissé de côté. Je continuerai à vous protéger en tout lieu et toute circonstance.

« Continuer à respecter scrupuleusement les gestes barrières et les mesures d’hygiène »

Gabonaises, Gabonais,

La pandémie de la Covid-19 et les effets qu’elle provoque ne sont toujours pas derrière nous. Même si un plan de déconfinement progressif est mis en œuvre depuis le début du mois de juillet avec la reprise des activités scolaires, des activités économiques ou encore de transport, et bientôt la réouverture des lieux de culte, il faudra encore du temps pour que nous retrouvions le cours tout à fait normal de nos vies.

C’est pourquoi je vous demande de continuer à respecter scrupuleusement les gestes barrières et les mesures d’hygiène.

Faites-le pour vous et pour ceux qui vous sont chers. Vous protégez, c’est protéger les autres. C’est conserver le socle de notre société. Et comme je l’ai dit plus haut, notre vivre-ensemble.

 Pour autant, nous pouvons être fiers d’avoir collectivement surmonté le pic de la crise. Car cette épreuve, d’une violence inouïe, si nous l’avons jusque-là surmontée, c’est d’abord grâce à vous. A vous tous. Vous qui avez consenti à d’importants sacrifices. Vous qui avez fait preuve de civisme en respectant les consignes des autorités. Vous qui avez écarté les démons de la division et de la haine, pour toujours faire primer la cohésion. Vous qui, au final, avez fait vivre cet esprit d’unité, de concorde nationale qui nous caractérise depuis l’Indépendance de notre pays, le 17 août 1960 ; qui fait notre force et notre fierté.

Malgré nos divergences ponctuelles, somme toutes naturelles, cet esprit de concorde, qui nous rend collectivement plus fort, doit continuer à prévaloir en tout lieu et toute circonstance. Car c’est ensemble, unis et soudés, que nous parviendrons à traverser l’une des pires crises de notre Histoire. C’est ensemble que nous bâtirons le Gabon de demain.

Les Pères de l’Indépendance nous ont légué un arbre aux racines aussi profondes que solides. A nous désormais de le faire grandir afin qu’il donne ses meilleurs fruits.

Bonne fête de l’Indépendance à toutes et à tous !

Que Dieu vous bénisse, que Dieu bénisse le Gabon.

Je vous remercie.

Le geste d’Ali Bongo en faveur des soignants

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Lors de son discours télévisé, Ali Bongo Ondimba a rendu hommage aux soignants. Ils auront droit à une indemnité covid-19.  

 

Les efforts fournis par les personnels de santé seront récompensés grâce à la mise en place  d’une indemnité Covid-19. L’annonce a été faite par le président gabonais, Ali Bongo Ondimba lors de son discours à la Nation jeudi. 

Une indemnité spéciale a été créée pour récompenser les soignants.  Ils sont en première ligne dans la lutte contre le coronavirus. Leurs efforts  avaient  déjà fait  l’objet d’une demande exprimée par le syndicat national des professionnels de santé (SYNPS). Il avait brandit la menace de grève à travers un préavis adressé au premier ministre.

Attention particulière

Pour le président de la République,  la prime s’explique par le fait que les agents de santé font preuve de dévouement, en s’exposant aux risques de contagion à la pandémie. D’où l’importance de reconnaître le travail abattu parfois presqu’au sacrifice de leur vie.

«Je veux parler de tous les professionnels de santé qui font montre au quotidien de dévouement, de professionnalisme, d’abnégation au service des populations. Ils méritent toute notre reconnaissance. Nous leur devons gratitude et respect. C’est pourquoi notre attention toute particulière doit leur être portée, notamment en cette période de crise sanitaire aiguë », a-t-il indiqué.

Brillants médecins

Par ailleurs, Ali Bongo Ondimba s’est félicité de l’acquisition d’un nouveau laboratoire d’analyses, performant et inédit dans la sous-région, baptisé «Professeur Daniel Gahouma», en hommage au pionnier de la pédiatrie au Gabon, mort contaminé par le covid-19. Ce nouveau laboratoire peut réaliser jusqu’à 10000 tests covid-19 par jour contre 700/jour actuellement.

Le nom attribué au laboratoire a été l’occasion de rendre un hommage appuyé à toutes les familles endeuillées par la pandémie. « Je partage toute leur douleur et je leur exprime ma compassion. Qu’il me soit également permis de rendre un hommage tout particulier au professeur, Daniel Gahouma, pédiatre émérite, spécialiste reconnu,  qui a fait partie des générations des brillants médecins de notre pays».

Qualité

Le président est aussi revenu sur le système de santé qui fait souvent l’objet de critiques. «Tant à Libreville qu’à l’intérieur du pays, je puis-je vous assurer que notre système sanitaire est outillé face à cette pandémie qui est croissante. Toutefois, même si le virus continue de se propager, il est tout à fait prêt», a-t-il indiqué.

Selon le président Bongo, cela est dû à la qualité des infrastructures de santé dont dispose le pays, mais surtout à la qualité de ses hommes et ses femmes.

Covid-19 : le Gabon opte pour un dépistage de masse

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Alors que le nombre des cas contaminés au Covid-19 augmente, le Gabon opte pour le  dépistage de masse  recommandée par l’OMS.

 « Le Covid-19 circule actuelle dans notre pays. Je sais que beaucoup d’entre vous sont inquiets. (…). Je comprends votre inquiétude. Elle est somme toute, naturelle et compréhensible. Mais je voudrais vous le dire : l’Etat fait et fera tout pour vous protéger », a réaffirmé Ali Bongo Ondimba lors de son allocution vendredi à la Télévision gabonaise.

Cette protection passe nécessairement par la meilleure arme de la prévention : le dépistage de masse, méthode recommandée par le Conseil scientifique  national et l’Organisation de la santé (OMS). Pour ce faire, 60 centres de test seront créés sur l’ensemble du territoire national. Dans les structures publiques, ces tests seront gratuits.

Pour Ali Bongo Ondimba, ces nouvelles mesures sanitaires permettront de connaître le statut de chaque gabonais. La méthode a le mérite de l’efficacité dans la bataille de la prévention. Elle permet d’agir à temps, dans l’option de la contamination au Covid-19 d’une personne.

Agir

Le choix par les autorités du dépistage de masse peut-être ici positivement apprécié, d’autant plus que du 12 mars à ce jour, le Gabon enregistre 21 cas contaminés contre une seule guérison après 21 jours de soins.

L’urgence de la situation sanitaire mondiale montre à quel point il est crucial d’agir vite. 

Coronavirus : les Gabonais en confinement partiel

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Pour son deuxième discours en moins d’une semaine, Ali Bongo Ondimba a annoncé l’effectivité du confinement dès dimanche.

Le décès d’un Gabonais âgé de 50 ans dans une clinique n’a pas laissé indifférent les autorités qui, en plus des mesures déjà prises, ont annoncé le confinement partiel. C’est le président de la République qui lors d’une seconde allocation à la télévision gabonaise en a fait l’annonce.

« Afin de vous protéger encore plus, comme je m’y étais engagé, j’ai pris ce jour la décision de durcir et renforcer encore les mesures préventives destinées à freiner la propagation du virus sur notre territoire » a annoncé Ali Bongo Ondimba. « A compter du dimanche 22 mars et jusqu’à nouvel ordre, tous les déplacements sur l’ensemble du territoire national entre 19H30 et 6h du matin sont désormais. »

Ali Bongo Ondimba tient au respect scrupuleux de cette décision car selon lui, « il en va de votre santé et de celle de vos proches ». « Je serai intransigeant sur ce point afin de protéger et conserver notre vivre-ensemble » a-t-il martelé appelant par ailleurs les uns et les autres à la « transparence ».

Au sein de la population, bien que l’annonce de cette mesure a été accueillie avec satisfaction, ils sont nombreux à s’interroger sur l’intérêt d’instaurer un couvre-feu partiel. « A quoi servira ce couvre-feu si entre 6 heures et 19 heures les déplacements sont autorisés ? La mise en place de cette mesure est une bonne chose, mais les autorités auraient dû songer à des mesures palliatives générales pour surmonter cette situation. Après le couvre-feu partiel qui ne nous dit pas qu’on plongera dans un couvre-feu total ? Comment allons-nous faire pour surmonter cette difficile période sans moyens ?», s’interroge un Librevillois.

Priorité

Il faut toutefois souligner que cette décision, la plus drastique peut-être, vient s’ajouter à l’arsenal des restrictions annoncées par le ministre de l’Intérieur, quelques jours plus tôt. Ces mesures qui restreindraient déjà les déplacements à l’essentiel, visent notamment l’arrêt de nombreuses activités, à l’exception de celles excellant dans l’alimentation, la limitation des passagers dans les transports en commun, la fermeture des frontières aériennes et terrestres et l’interdiction des trains voyageurs.

Le respect des règles édictées, le civisme, la discipline face à la propagation du Covid-19 s’imposent désormais au Gabon, comme une priorité pour les autorités.

Discours à la Nation : les annonces d’Ali Bongo

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Des solutions concrètes pour résoudre la question du chômage des jeunes, la poursuite des réformes, la construction d’une nouvelle route économique figurent parmi les annonces du chef de l’État lors de son discours à la Nation, le 16 août.

Le président de la République, Ali Bongo Ondimba a prononcé son traditionnel discours de veille de l’indépendance. Contrairement aux autres sorties médiatiques, c’est un Ali Bongo Ondimba visiblement en meilleure forme qui s’est présenté au Gabonais ce 16 août. Pour preuve, le chef de l’État a pu tenir un discours d’une dizaine de minutes.

D’entrée de jeu, il a rappelé la symbolique de la célébration de la fête de l’indépendance du Gabon. « Cette date anniversaire est un moment de fierté pour notre Nation (…) Le 17 août est également l’occasion de nous rappeler que notre pays est fier et riche de son unité. »

Si Ali Bongo n’a cessé d’incriminer les maux qui minent la gouvernance de ses principaux collaborateurs, ces derniers temps, le chef de l’État note cette fois ci une nette amélioration enregistrée au cours de l’année 2018, grâce à l’application des réformes. On retient à cet effet, le passage du nombre de fonctionnaires sous la barre de 100 000, en l’espace d’un an ; la réduction du taux d’endettement passant de 64 à 60 %, depuis 2016.

« Les réformes impulsées en 2018 nous redonnent des marges de manœuvre nécessaires budgétaires pour financer les investissements les plus urgents, notamment en matière de routes, écoles, hôpitaux, centrales électriques, énergétiques et logements, » indique-t-il avant d’annoncer le démarrage dès septembre, des travaux d’une nouvelle route économique d’une distance de de 780 km reliant Libreville et Franceville, baptisée Trans gabonaise. Mais aussi la hausse des retraites, des bourses des étudiants et des prestations d’assurance maladie.

Capacité

Fidèle à sa volonté de voir les Gabonais unis pour un même idéal, le chef de l’exécutif a réitéré son appel à l’unité de toutes les forces vives de la nation. «( …) je termine mon allocution en rappelant ce dicton de notre pays : «  Un seul doigt ne lave pas la figure. Une seule personne ne suffit pas à édifier une Nation. J’ai besoin de chacun d’entre vous pour que la nôtre soit encore beaucoup plus forte et prospère.»

Au-delà de la volonté affichée par Ali Bongo à poursuivre sa mission à la tête de l’état, le chef de l’exécutif a respecté la symbolique du discours de veille de l’indépendance. Mais cela suffira-t-il à lever l’équivoque sur le débat relatif à sa capacité à diriger le Gabon. Une chose demeure : ce 16 août, la Nation toute entière a marqué une pause pour suivre le discours du président de la République.