CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le gouvernement et les partenaires sociaux planchent sur la refonte du code du Travail. Les travaux qui se déroulent du 19 au  20 août à Libreville ont pour but de rendre le texte plus dynamique en l’adaptant aux réalités du monde du travail. 

La nouvelle mouture du code de travail devrait très bientôt voir le jour. C’est la détermination affichée par le gouvernement à travers le ministère l’Emploi, de la Fonction publique, du Travail et de la Formation professionnelle, chargé du dialogue social. Sa ministre, Madeleine Edmée Berre, est actuellement en concertation avec les partenaires sociaux. 

Elle connait bien le dossier puisque les premières tractations ont débuté, il y a cinq ans, alors qu’elle occupait la présidence de la Confédération patronale gabonaise (CPG). Aujourd’hui encore, les deux parties s’accordent sur le fait qu’il est plus que nécessaire de donner un nouveau souffle au texte afin qu’il réponde aux mutations intervenues ces dernières années dans le monde du travail au Gabon.

« Nous sommes satisfaits de cette évolution. Il s’agit d’un texte qui est disputé depuis 2014. Nos entreprises et notre pays en ont besoin, » affirme le président du patronat, Alain Ba Omar.

Le nouveau texte a la particularité de garantir l’employabilité. Les innovations apportées sont relatives à la flexibilité de l’emploi, la souplesse, la suppression d’un certain nombre de formalités.

Conseil

Il tient compte de la reconversion professionnelle, des contrats d’alternance saisonniers et de nature intermittente. « C’est un outil qui se verra moderne, en phase avec le marché de l’emploi, les grands chantiers de la zone économique de Nkok, la reconversion professionnelle des jeunes diplômés, » précise la ministre de l’Emploi. 

La dernière révision du code du travail date de 2010. Elle ne correspond plus aux enjeux actuels du développement du pays. La révision en cours s’inscrit dans la vision du chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba pour qui l’employabilité des jeunes est une condition sine qua non à la réduction du chômage. Les résultats des travaux seront soumis prochainement au conseil des ministres avant de suivre le circuit au sein du parlement.