Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Port-Gentil : un commerçant sénégalais assassiné dans sa boutique

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Mardi, un épicier au quartier Massuku à Port-Gentil a été mortellement poignardé dans sa boutique. Le drame pose à nouveau la question de l’insécurité grandissante dans la ville de sable.

 

Un boutiquier de nationalité sénégalaise, nommé Aliou Ba, a été assassiné mardi dernier à Port-Gentil. Le drame s’est déroulé vers 13 h, au quartier Massuku, dans le premier arrondissement. Tout commence par une petite faim du commerçant. Il envoie un petit du quartier lui prendre à manger. Pendant que le commissionnaire fait sa course, les assassins arrivent derrière lui, ferment la porte de la boutique et s’en prennent au propriétaire.

Le petit de retour  se rend compte que la boutique est fermée. Il frappe à la porte, une voix qu’il ne reconnait pas demande ce qu’il veut.  « –Je veux déposer le plat…, » répond le petit. La voix réplique : « -mange le ou dépose le là-bas ! »

Prison

Intrigué par l’étrange réponse, le petit, après insisté en vain, s’en va ameuter le voisinage. Entre temps, les assassins prennent la fuite par la fenêtre. Il est trop tard quand les voisins arrivent sur les lieux. Ils jugent néanmoins utile d’alerter le frère du défunt qui vit dans les parages. Ce dernier arrive et décide de faire passer un plus jeune par la fenêtre pour qu’il s’imprègne de la situation à l’intérieur et ouvre la porte.

Choqués les voisins et le frère du boutiquier découvrent son corps  affalé sur le lit et marqué par des traces de lutte et de violents coups de couteaux. L’arme blanche est posée juste à côté. 

Pour l’assassin, la cavale aura duré deux jours. Il a été attrapé ce jeudi 10 février par les éléments de la police judiciaire.  « Je suis entré dans la boutique, il n’y avait personne  derrière le comptoir. Au moment où j’ai essayé de soutirer des sous, le commerçant m’a attrapé par derrière pour me neutraliser. Comme j’avais un couteau avec moi, j’ai commencé à le poignarder, » explique-t-il devant les caméras.  Le meurtrier dénommé Curtis est âgé de 33 ans. Il est connu pour faits de vols et a déjà fait de la prison.

Tolérance zéro

Ce drame de plus  plonge les habitants de Massuku, un quartier réputé parmi les plus dangereux en matière d’insécurité dans la ville de sable, dans la psychose. Tant les grands bandits dictent leur loi dans cette partie de la ville, proche de la Colombie, un autre quartier dangereux. Les Portgentillais vivent la peur au ventre.

Les officiers de police judiciaire sont pointés du doigt. A tort ou à raison, ils sont qualifiés « d’incompétents » ou considérés comme « complices » par des populations qui se sentent abandonnées à leur propre sort. Elles incriminent aussi le système judiciaire qui ne serait pas adapté. Les peines et les séjours en prison des malfrats « sont aussi brefs que paisibles ». Les habitants réclament plus de fermeté et une tolérance zéro face au crime et des peines exemplaires.

Des officiers de police suspendus pour racket

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Neuf agents des Forces de police nationale (FPN), officiers et sous-officiers, ont été suspendus à titre conservatoire de leur fonction pour racket et trafic de drogue. La mesure de sanction a été rendue publique, le 29 mars, par le général de division Serge Hervé Ngoma. Il a annoncé l’ouverture d’une enquête. « Les policiers visés sont mis toutes affaires cessantes à la disposition de l’inspection générale des FPN pour les besoins d’enquête en cours », a indiqué le général de division.

 

Sur la liste des officiers sanctionnés, il y a les commissaires du 6e arrondissement  de Libreville et de Bitam, des chefs d’antennes de l’Office central de lutte antidrogue (Oclad) à Bitam, Ntoum , du chef de service constats d’accidents et délits routiers, du chef de brigade de rechercges et d’interventions (antenne Oclad Aéroport de Libreville), l’enquêteur antenne Oclad à Ntoum, du responsable du bureau d’amendes forfaitaires au commissariat du 6e arrondissement de Libreville. En attendant l’issue de l’enquête,  des intérimaires seront nommés pour assurer la continuité sur service public.