CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Conduite par les ministres de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur, la commission interministérielle pour l’éducation passe en revue les problèmes qui minent le secteur de l’éducation au Gabon.

En dépit des nombreuses réflexions initiées et des différentes conclusions, le système éducatif gabonais a du mal à trouver une certaine stabilité. Cette année encore, la tâche n’a pas été de tous repos pour les responsables des ministères de l’Education et de l’Enseignement supérieur, notamment à cause des nombreuses revendications des élèves, des étudiants et des enseignants.

La question transversale a donc mérité que le gouvernement s’y attarde. C’est tout l’intérêt du conseil interministériel qui a débuté ses travaux mardi.

Le tour de table conduit par le ministre de l’Enseignement supérieur, Jean de Dieu Moukagni Iwangou et son collègue de l’Education nationale, Michel Menga a permis aux acteurs issus de plusieurs départements ministériels de statuer sur les missions dévolues à chaque entité pour l’amélioration de la formation au Gabon.

« Michel Menga et moi-même, accompagnés de nos collaborateurs respectifs, avons passé en revue un certain nombre de préoccupations qui tiennent du cadre législatif et règlementaire pour améliorer l’offre de formation, » a déclaré Moukagni Iwangou.

Selon le ministre, les conclusions des travaux seront transmissent au premier ministre, « qui saura, à sa discrétion, nous indiquer la conduite à tenir. »

En attendant, Moukagni Iwangou a décidé d’engager le dialogue avec les salariés de l’Université Omar Bongo, en grogne depuis plusieurs jours. Le ministre assure ne « désespère pas de parvenir à un consensus avec ces partenaires qui accomplissent une tâche délicate. »