Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download
samedi 19 octobre 2019

Julien Nkoghe Bekale prépare la rentrée scolaire

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Après un échange avec les partenaires sociaux de l’Education, le premier ministre a effectué une tournée des écoles. Il tenait à s’assurer de l’état d’avancement des préparatifs de la rentrée.


L’année académique 2019- 2020 a débuté cette semaine par la rentrée administrative, tandis que la rentrée effective aura lieu le 30 septembre.

Quelques jours avant la date butoir, le premier ministre, Julien Nkoghe Bekale a voulu s’assurer de l’état d’avancement des préparatifs de la rentrée. La journée du vendredi a donc été mise à profit, à travers une rencontre avec les partenaires sociaux, les parents d’élèves et les enseignants et une visite de quelques infrastructures scolaires.

Il était question pour Julien Nkoghe Bekale de saluer les efforts des partenaires sociaux dans l’éducation de la jeunesse gabonaise.  » L’objectif n’était pas de trouver des solutions ou de ressasser les problèmes qui sont déjà connus. J’ai d’abord voulu saluer votre engagement et votre patriotisme, reconnaître ce que vous faites parce que grâce à vos actions, grâce à vos interrogations, les pouvoirs publics que nous représentons font des améliorations » déclare-t-il.

Le premier ministre visitant des établissements en construction

À la suite de cette rencontre, Julien Nkoghe Bekale est descendu sur le terrain pour visiter plusieurs structures scolaires. Un marathon qui l’a conduit tour à tour au CES du Centre, au complexe d’Awendje à peine sorti de terre.

Actes concrets

 » Sur la base du rapport qui m’a été fait par le ministre de l’Education nationale, j’ai voulu voir les efforts qui sont faits par le Gouvernement pour augmenter les capacités d’accueil de nos apprenants. Nous savons que ce n’est pas facile, nous avons encore des efforts à faire. Mais ce que j’ai vu me rassure. »

Si cette attention du chef du gouvernement rassure, il reste que cela n’atténue pas la réalité de nombreuses localités du pays dont les écoles sont encore dépourvues du stricte minimum à quelques jours de la rentrée.

Sur cette question, le gouvernement est attendu à travers des actes concrets.

Trois milliards pour l’étude de trois tronçons routiers

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

468 km de route à construire bénéficieront d’une étude de faisabilité durant une année, grâce au financement du Fonds de développement communautaire (Fodec).

Le Fonds de développement économique (FODEC) de la Communauté des Etats de l’Afrique centrale (CEMAC) injectera près de trois milliards de Fcfa dans une étude pour la construction de trois tronçons routiers au Gabon. Le linéaire total de 468 km est reparti entre les provinces de l’Estuaire, du Moyen-Ogooué, de l’Ogooué Ivindo, du Woleu-Ntem jusqu’à la frontière de la Guinée Equatoriale.

Il s’agit des tronçons routiers Kougeuleu-Medouneu, frontière Guinée Equatoriale (168 km) ; Makokou-Mekambo-Ekata (260 km) ; Oyem-Assok-Medzeng (40 km). Ces études qui devraient durer un peu plus d’un an seront suivies de façon conjointe entre la CEMAC et le Gabon, par l’entremise du ministère des Infrastructures et des Travaux publics. L’atelier de lancement du 6 septembre avait pour objectif de définir la marge de manœuvre des différents partenaires pour un meilleur aboutissement du programme.

Le ministère des Infrastructures et des Travaux publics aura un rôle central. Il impulsera la dynamique des services techniques et donnera des orientations quant au choix des aménagements. 

Le président de la Commission de la CEMAC a pour sa part rassuré de la disponibilité de la somme d’un milliard 200 millions à la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC) pour permettre de débuter le programme.

Triple

Le premier ministre, Julien Nkoghe Bekale, s’est par ailleurs réjoui de ce que le programme rentre dans la concrétisation de la volonté des chefs d’Etat de la sous-région de créer des routes inter-Etat en vue de stimuler et encourager les échanges commerciaux et la circulation des personnes et des biens. Ce qui d’ailleurs est, selon lui, la preuve que «  la Cemac est en mouvement vers son intégration.»

Les trois tronçons routiers ont donc pour triple objectifs de moderniser  le réseau routier national, faciliter les échanges transfrontaliers et renforcer l’intégration régionale.

Julien Nkoghe Bekale : l’unité comme socle de la construction de la Nation

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le bien-être des Gabonais passe par l’unité de toutes les couches sociales. ‘’Gabon d’abord’’, plus qu’un symbole est la ligne qui définit l’action des gouvernants depuis des décennies. Le premier ministre, Julien Nkoghe Bekalé s’inscrit dans cette logique recommandée par le président Ali Bongo Ondimba.

Première personnalité à veiller à la mise en pratique de la politique prônée par le président de la République, le premier ministre incarne également le symbole de l’autorité. Sa parole s’impose donc dans les esprits de plus d’un comme un son de cloche. C’est en effet, l’effet créé par la tribune libre du premier ministre, Julien Nkoghe Bekale, diffusée cette semaine à travers plusieurs médias.

À travers cette adresse, Julien Nkoghe Bekale se veut le fidèle interprète des propos du chef de l’Etat exprimés dans ses discours à la Nation des 8 juin et 16 août derniers.  En dix ans de magistère, l’ambition d’Ali Bongo Ondimba pour son peuple est restée intact, à savoir ‘’ satisfaire aux préoccupations des Gabonaises et des Gabonais’’. Il s’agit notamment de leur permettre d’avoir un emploi, l’accès à l’électricité, l’approvisionnement en eau potable, des soins, l’instruction, entre autres.

Des objectifs qui sont au centre de l’action du gouvernement à en croire Julien Nkoghe Bekale. « Mon Gouvernement va s’atteler, dès les tous prochains jours, à l’occasion de la tenue d’un séminaire gouvernemental, à examiner les voies et moyens d’une mise en œuvre efficace et efficiente de ces mesures. Nous devons faire preuve de réactivité, de volontarisme et de détermination. Nous devons en fait radicalement changer d’approche dans la définition même de nos objectifs », annonce le premier ministre.

Edifice

L’Ethique et la Bonne gouvernance à travers la fin à la gabegie, à la négligence, à l’incivisme et au manque de promotion du vivre-ensemble ; les chantiers de la rentrée dont le recensement des fonctionnaires et le renforcement de la Décentralisation à travers le Fonds d’initiative départementale (FID). Mais aussi le renforcement de l’efficacité de l’action publique au bénéfice des plus faibles, sont autant d’éléments sur lesquels devrait s’appuyer l’action du gouvernement.

Ali Bongo Ondimba et Julien Nkoghe Bekale, le 17 août dernier.

Mais, si l’on s’en tient à l’actualité, une expression semble s’imposer à tous. Au centre du plaidoyer de nombreux acteurs politiques et de la société civile, elle fait également partie du socle sur lequel Ali Bongo Ondimba compte bâtir le développement du Gabon. Cet appel à ‘’l’unité, à la réconciliation’’ ne cesse de faire échos lors des moult prises de paroles du président de la République. ‘‘Un seul doigt ne peut pas laver la figure ; une seule personne ne suffit pas à édifier la Nation’’ ‘‘J’ai besoin de chacun d’entre vous’’. Un appel du chef de l’Etat, qui, selon Julien Nkoghe Bekale devrait être compris «  comme un appel à tous les fils du Gabon à se réinventer profondément en apportant chacun sa pierre à la construction de l’édifice ». 

Ambitions personnelles

Mais, il s’agit surtout d’une invite solennelle faite à « toutes les composantes de la Nation à l’Unité pour que, ensemble, en dépit de nos divergences de toutes sortes, en dépit de nos différences d’approche légitimes, les Gabonais puissent atteindre l’objectif qui leur est commun, celui de construire le progrès, de bâtir la prospérité de notre pays et de lui faire franchir de nouvelles étapes dans son développement ».

En six décennies d’indépendance, nombreux s’accordent donc dans le fait que le Gabon est une jeune nation qui ne pourra se construire que grâce à l’apport de toutes ses intelligences. Mais au regard du climat qui s’est imposée depuis la dernière présidentielle, l’on pourrait légitimement se demander si certains sont prêts à mettre de côté les ambitions personnelles au profit de cette construction ? Seul le temps peut répondre à cette question.

 

Ntoum se dote d’une station-service moderne

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Construit par la multinationale Ola Energie, la nouvelle station-service de Ntoum est l’une des plus grandes bâties au Gabon par l’entreprise de distribution de produits pétroliers.

Le premier ministre Julien Nkoghe Bekale a procédé lundi à l’inauguration de la nouvelle station-service de la commune de Ntoum, à une trentaine de km de Libreville sur la nationale 1, dans la province de l’Estuaire. Ma cérémonie s’est déroulée en présence des autorités administratives et des notables de la localité.

Le projet initié par la société de distribution de carburant Ola Energie voit le jour après plus de 12 mois de travaux. Un véritable soulagement, non seulement pour les habitants de Ntoum, mais aussi pour les routiers qui voient là un nouveau point d’approvisionnement en carburant.

 « Cette station-service arrive à point nommé pour régler les pénuries de carburant dont les populations de la commune de Ntoum et les routiers étaient victimes, » affirme le maire de Ntoum, Juste Valère Biyogo Otogo.

Érigé en plein cœur de Ntoum sur une superficie de 4400 m2, le nouvel édifice est la plus grande station construite par Ola Energy au Gabon. Il est aussi source de création d’emplois. « Nous avons vu s’élever petit à petit les murs de ce beau bâtiment qui abritera dorénavant une station-service, une banque, une maison d’assurance, une pharmacie, une boutique, un grand supermarché et un fast food et bien d’autres activités socio-économiques », explique le directeur général d’Ola Energy, Donald Ermant.

Ola Energy est la nouvelle identité de l’entreprise d’OiLibya. Il opère dans 18 pays africains à travers la distribution de produits et services destinés à différents secteurs dont la marine, l’aviation et les réseaux de stations-service. 

Les maires d’Afrique en conclave à Libreville

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

La rencontre internationale des maires à Libreville vise l’élection du président et du vice-président du CGLU Monde. Les maires ont également  saisi l’occasion pour poser le débat sur les moyens de parvenir à un mode de fonctionnement inclusif et consensuel.

Libreville a abrité vendredi la réunion extraordinaire du Comité exécutif des cités et gouvernements locaux unis d’Afrique (CGLUA). À la suite de la 20e session  du Comité exécutif tenue au Caire, en Égypte, du 17 au 21 juin, la  réunion des maires d’Afrique dans la capitale gabonaise a pour objectif principal l’élection du président et du vice-président du CGLU Monde.

Sur la cinquantaine de pays-membres, seuls quinze ont pris part aux travaux parmi lesquels le Maroc, l’Egypte, le Cameroun, le Sénégal, les Seychelles et l’Afrique du Sud. Le maire de Libreville, par ailleurs président du CGLUA, Léandre Nzue  a invité ses pairs candidats aux postes à pourvoir à faire preuve d’esprit d’ouverture, d’unité et de dialogue pour parvenir à une solution équilibrée pouvant permettre d’aller de l’avant et d’insuffler une nouvelle dynamique à l’organisation africaine. 

« La réunion de Libreville vise à rendre notre organisation plus efficace et crédible grâce à un mode de fonctionnement inclusif et consensuel », a-t-il déclaré.

Autonomie

En ouvrant les travaux, le premier ministre, Julien Nkoghe Bekale a pour sa part tenu à rassurer les élus locaux de l’intérêt que le gouvernement gabonais accorde à leurs actions. « Votre proximité avec les populations fait de vous des partenaires de choix dans notre quête pour le bien-être, la santé, la sécurité et la prospérité de nos populations. »

Le CGLUA a été fondé en 2005 en Afrique du Sud. Il est composé de 47 associations nationales de collectivités territoriales et plus de 2000 villes membres.  L’organisation a pour but d’unifier, de représenter et de défendre l’autonomie locale démocratique, en protégeant ses valeurs, ses objectifs et intérêts sur le plan international et par la coopération entre gouvernements locaux quelles que soient la taille des collectifs qu’elle appuie.

Abbas Mahamat Tolli au Palais de bord de mer

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le gouverneur de la BEAC s’est entretenu mardi avec les autorités gabonaises. La situation économique de la sous-région et les actions en cours étaient au centre des discussions.  

Le séjour du gouverneur de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC), Abbas Mahamat Tolli au Gabon se tient au lendemain de la réunion du comité de pilotage du plan de relance de l’économie de l’Afrique centrale. Le diplomate a été reçu mardi au palais présidentiel. 

En présence du premier ministre, Julien Nkoghe Bekale, Abbas Mahamat Tolli  a fait le point   sur plusieurs sujets d’actualité, notamment la conjoncture économique et financière au sein des pays de la sous-région et la mise en œuvre de la nouvelle réglementation des changes et ses impacts multiformes.

Selon les autorités, il s’agit plutôt de nouvelles satisfaisantes pour le Gabon. « Nous pouvons dire que le gouverneur nous a apporté de bonnes nouvelles pour rassurer nos banques et rassurer nos opérateurs économiques, » affirme le premier ministre.

La nouvelle réglementation des changes a été adoptée par le comité ministériel de  l’Union monétaire de l’Afrique centrale (UMAC), le 21 décembre dernier. Elle bénéficie du soutien du Fonds monétaire international (FMI). Elle est adaptée au nouveau contexte économique.

Cette réglementation comprend de nombreux avantages  comme la définition d’une autorité unique de supervision des transactions extérieures (la BEAC), l’obligation de rétrocession des devises mieux définie ou encore la simplification des procédures.

Les rencontres nationales du tourisme

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Placées sous la thématique « Quelle stratégie pour développer l’industrie du tourisme au Gabon », la première édition des Rencontres nationales du tourisme a plusieurs objectifs.

Les participants valideront la stratégie nationale du tourisme comme outil essentiel de développement et de promotion du secteur. Il est aussi un axe majeur de diversification de l’économie et un vecteur de croissance.

Les acteurs du tourisme discuteront également sur la gouvernance et le cadre juridique. A cela s’ajoutent les infrastructures, l’aménagement et bien d’autres besoins. Autant d’élèments pour mettre en place une vraie politique touristique.

« Notre présence ici démontre la volonté politique de développer le secteur du tourisme, une ambition qui ne heurte, ni notre reluisante nature, ni nos riches cultures, ni le mode de vie des populations. Cet enjeu doit s’inscrire dans une stratégie nationale de développement du tourisme, » a déclaré le premier ministre, Julien Nkoghe Bekale, dans son discours d’ouverture.

Les rencontres nationales doivent aboutir sur la mise en œuvre d’une stratégie à long terme de l’essor du tourisme, indispensable dans la promotion de la destination Gabon.

« Ces assises permettront aux parties prenantes d’impulser l’activité touristique, comme axe majeur de la diversification de l’économie. Un vecteur de développement, de création d’emplois, augmentation de la consommation, de la production, des services dans le tertiaire. Cependant des efforts restent à faire pour l’amélioration du secteur, » a indiqué Justin Ndoundangoye, ministre des Transports et du Tourisme.

Durant cinq jours, les différents acteurs touristiques nationaux et internationaux auront la lourde tâche d’apporter une nouvelle vision au tourisme gabonais.

Le PDG célèbre les promus de l’Estuaire

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Les pédégistes de l’Estuaire étaient réunis samedi pour la cérémonie des promus de la province. Bénédictions, conseils, interpellations et remise de dons ont ponctué cette grande rencontre.

L’esplanade de l’hôtel de ville de Libreville a servi de cadre à la cérémonie des promus de la province de l’Estuaire.

A travers cette grande mobilisation, les cadres, militants et sympathisants du Part Démocratique Gabonais de Kango, Coco Beach, Komo, Noya, Zomoe, Komo-Ocean, Ntoum, Komo-Mondah, Akanda, Owendo et Libreville ont souhaité manifester au président de la République, par ailleurs, président du parti au pouvoir leur reconnaissance et leur attachement.

« Je voudrais donc saisir l’occasion de cette cérémonie solennel pour (…) lui réaffirmer notre reconnaissance et notre sincère attachement à sa personne et à son action politique. Je voudrais lui dire encore merci pour son engagement en faveur de la province de l’Estuaire », a déclaré le premier ministre, Julien Nkoghe Bekale, membre du bureau politique, premier responsable politique de la province.

Le premier ministre a rappelé aux Pédégistes de l’Estuaire la déception d’Ali Bongo Ondimba sur l’action des cadres du pays, exprimé lors de son discours du 8 juin. Aussi a-t-il exhorté les siens à l’amour de la patrie, au devoir, à l’abnégation et au don de soi pour construire l’édifice Gabon en accélérant sa transformation.

Une ambition qui ne saurait être possible sans une réelle mobilisation des filles et fils de l’Estuaire dans l’unité, la solidarité, la cohésion et la détermination. « Pendant longtemps, nous avons tous parlé de l’unité des filles et fils de la province. Mais pendant longtemps, rien n’a changé. Nous vivons toujours dans les clivages, dans les écuries », a fait remarquer Julien Nkoghe Bekale avant de poursuivre. « Il est temps, plus que temps, de montrer que les hommes et les femmes de l’Estuaire peuvent s’asseoir ensemble, peuvent bâtir ensemble, travailler ensemble et réussir ensemble. Nous sommes capables de le faire.»

Au-delà de l’aspect festif, les promus ont reçu la bénédiction des notables de la province. Ces derniers ont insisté sur la nécessité pour les cadres de parler d’une seule voix pour le bien de l’Estuaire.