Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Quatre morts dans un accident à Kango

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Quatre personnes sont mortes et deux autres ont été grièvement blessées samedi après-midi à Fang, dans un accident sur la Nationale 1, dans le département du Komo-Kango.


 Deux ressortissants Ivoiriens, Chérif Moussa, la cinquantaine passée,  Ibrahim Habibou 42 ans , et deux Gabonais, Clément Ibinga Nzamba 50 ans, et Collette Maganga, 61 ans et  retraitée Setrag ont trouvé la mort dans ce nouveau drame de la route. Les deux blessés ont été évacués vers une  structure sanitaire  de Libreville.


Un véhicule de marque Mitsubishi did Pajero est entré en collision avec  un autre de même marque L200 double cabine qui roulait dans le sens opposé. 


Selon les témoins, le véhicule Mitsubishi Pajero did conduit par Clément Ibinga Nzamba serait à l’origine de l’accident. Il roulait à vive allure dans le sens Kango-Ntoum. Dans sa course folle, il a quitté sa trajectoire pour aller percuter violemment le double cabine, conduit par Chérif Moussa, Ivoirien,  en partance pour Lambaréné.  


Vin de palme

Ce dernier a été présenté comme un transporteur régulier sur le tronçon Libreville-Lambaréné. «Il était un régulier sur route de Lambaréné », a indiqué une source judiciaire contactée par notre rédaction. Parvenu au village Fang, il s’est retrouvé nez-à-nez avec le did. 


Le choc inévitable lui a été fatal ainsi que deux autres occupants qu’il transportait vers le chef-lieu du Moyen-Ogooué. Le chauffeur du véhicule incriminé, Clément Nzamba Ibinga, a succombé à ses blessures à son arrivée dans un  hôpital de Libreville. «Il était en état d’ivresse et on n’a trouvé un bidon de vin de palme », précise une source proche du dossier.


Deux accidents

Aussitôt informés, les éléments de la brigade de gendarmerie de Kango se sont rendus sur place pour effectuer le constat. S’ils ont trouvé les blessés déjà transférés vers Libreville, il n’en demeure pas moins qu’ils se sont armés des scies et bien d’autres moyens pour extraire les corps prisonniers de l’amas de ferraille.

Il s’agit du deuxième accident après celui qui a fait deux morts à Essassa, le même  week-end sur la même Nationale 1.

Assassinat d’une adolescente de 17 ans  à Kango

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Une adolescente a été assassinée à Kango-centre, à 90 Km de Libreville. Son corps a été retrouvé dénudé  dans une bâtisse abandonnée.

 

La ville de Kango est sous le choc suite à l’assassinat de la petite LiLi dont le corps sans vie  été découvert dans la nuit de mercredi à jeudi à Kouamé 2, un quartier de la commune.

 Tout commence par une escapade la veille. L’adolescente part de la maison sans doute pour aller rejoindre son petit ami. À son retour le lendemain, elle se fait sermonner par son père. Le chef de famille est d’autant plus furieux, car il a surpris sa fille avec un jeune homme derrière la maison.  Il refuse l’accès au domicile à sa fille et lui demande de s’en aller. Il ne la reverra plus vivante.

Plus tard, il va se mettre à la recherche de  Lili et retrouver son corps vers 5 h du matin. « La découverte macabre a été faite  dans une maison inachevée, »  précise une source judiciaire contactée par notre rédaction ce vendredi.

Selon les  premiers éléments  de l’enquête, la jeune Lili a été tuée dans la nuit de mercredi à jeudi par un ou des individus encore non identifiés. 

Un viol ?

Il y a des traces sur diverses parties de son corps.  « Ce sont les traces de violences au niveau du cou, du ventre, et du genou  qui nous ont  amenés à conclure à un assassinat »,  indique  une autre source judiciaire.

A-t-elle été violée avant d’être assassinée ? C’est la question que se posent les enquêteurs. La victime était partiellement dénudée. 

Dans la ville, certains parlent d’emblée d’abus sexuel avant que ses bourreaux ne lui ôtent la vie. Une hypothèse écartée par les enquêteurs. Ils font remarquer qu’elle était en menstrues. Des  examens médicaux ont été pratiqués par un médecin légiste, selon nos sources. Les résultats sont attendus.

 L’enquête diligentée par la brigade  de gendarmerie locale du centre de Kango  doit permettre de déterminer les circonstances de cette mort qui plonge les habitants dans la psychose. 

Tronçon Ntoum-Kango : la fin du calvaire pour les usagers ?

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le ministre des Transports a procédé au lancement des travaux de réhabilitation du tronçon Ntoum-Kango. Les travaux dureront deux mois.

Les secousses vécues depuis plusieurs années par les usagers de la nationale 1 sur le tronçon Ntoum-Kango ne seront bientôt plus qu’un mauvais souvenir. Le ministre en charge des Infrastructures et des Travaux publics, Justin Ndoundangoye vient de procéder au lancement des travaux de réhabilitation de ce tronçon routier long de 60 km.

Les travaux seront effectués par les techniciens des Travaux publics. Le ministre souhaite parer au plus pressé et limiter les perturbations de la circulation en cette période de saison des pluies.

« De manière spontanée, nous allons faire le reprofilage et surtout purger le bourbier. Nous allons traiter le rechargement avec de la latérite, mélanger avec du ciment. Les  travaux étaient prévus pour durer trois mois, avec trois équipes qui partaient du pk27 à Ntoum, de Ntoum à l’entrée de Kougeuleu et de l’entrée de Kougeuleu au PK 105. Vu la difficulté de circuler, le ministre a demandé de renforcer les équipes pour qu’on fasse en sorte que les travaux durent moins de deux mois », confie Vincent de Paul Dicka, directeur général de l’Entretien routier.

Porte d’entrée

Cette première étape vise à soulager les usagers en attendant les grands travaux de la trans-nationale annoncés par le président de la République. « Il s’agit d’un plan dit d’amélioration des conditions de circulation, en attendant les grands travaux de la Trans-nationale dont les accords et conventions avec les bailleurs de fonds sont en cours. L’objectif, c’est de parvenir à améliorer la circulation des populations et des opérateurs économique »,  explique M. Ndoundangoye.

Avec la réhabilitation future du tronçon,  le gouvernement démontre la volonté d’améliorer la circulation vers l’hinterland. Les usagers espèrent que les travaux aillent à leur terme dans le respect des délais annoncés pour une meilleure fluidité sur cette partie de la Nationale 1, principale porte d’entrée dans la capitale par voie terrestre.