Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Le maire de Lambaréné face à la justice

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le maire de Lambaréné, Jean Justin Maury Ngowemandji, a été traduit devant le tribunal administratif pour vente illicite d’une parcelle, propriété de l’État Gabonais. Elle aurait été vendue à une banque.

 

Suite à une plainte du collectif des conseillers municipaux de l’opposition, Jean Justin Maury Ngowemandji, cadre du Parti démocratique gabonais, se retrouve devant le tribunal administratif. Le collectif l’accuse d’avoir vendu illégalement, « pour son propre compte », sans l’autorisation du conseil municipal, la parcelle « N°57 du titre foncier 4577 du plan cadastral de la commune de Lambaréné ». Située à quelques mètres avant l’hôtel de Ville du grand Blanc, la parcelle aurait été vendue pour la somme de 90 millions de francs. Les millions n’apparaissent pas dans les comptes de la mairie.

Selon certains confrères des médias locaux, dans une correspondance adressée à la présidente du tribunal administratif de Lambaréné, les conseillers municipaux signalaient les actes jugés « condamnables devant la loi » du président du conseil municipal. Ils lui reprochent d’avoir vendu,  sans autorisation du conseil, une parcelle avant la session ordinaire du 03 juin 2020, et que la recette générée par la vente aurait été virée dans un compte privé. « Aucune quittance de versement au trésor public n’a été présentée par le maire, pour justifier la destination prise par les fonds » s’indignent les élus municipaux.

Le terrain au centre du contentieux.

Lumière

Pour eux, Jean Justin Maury se serait servi de l’argent pour s’acquitter des honoraires d’un avocat pour une affaire l’opposant à la société chinoise CRBC, pour vol de gravier. Le terrain, selon certaines sources, aurait été vendu à la Banque gabonaise de développement (BGD).

Nous avons tenté de joindre Jean Justin Maury Ngowemandji afin d’avoir sa version des faits. Mais en vain. En attendant, seul le tribunal administratif peut mettre  la lumière sur cette affaire.

Les mamans célébrées à Lambaréné

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

L’édition 2021 de la fête de mères s’est déroulée le 30 mai à Lambaréné dans la province du Moyen-Ogooué sous le thème : « Leadership, pluralité du rôle des mamans et résilience en temps de crise ». La ministre des Affaires sociales et des Droits de la femme, Prisca Nlend Koho a annoncé la mise à disposition de 2300 kits maternité au profit de toutes les couches sociales sur l’ensemble du territoire.

Afin de soulager les mamans en cette période de crise sanitaire, le gouvernement mettra dans les tous prochains jours, à disposition des structures sanitaires publiques de l’ensemble du pays des kits maternité. 2300 au total, selon l’annonce du ministre des Affaires sociales et des Droits de la femme, Prisca Nlend Koho. La remise symbolique a eu lieu le 30 mai à l’occasion de la célébration de la fête des mères.

Pour cette célébration symbolique, le Gouvernement s’est donné rendez-vous à Lambaréné dans la province de l’Ogooué-Maritime. Une façon de rendre hommage à la mémoire de d’une mère d’exception, Rose Francine Rogombé, 1ère maman juriste, 1e maman présidente du sénat et 1e maman présidente de la République, chef de l’état en assurant la transition de 2009.

« Depuis des décennies, le Gabon célèbre les mamans en soulignant leur rôle fondamental au sein du foyer et partant de la nation. Ce rôle est solidement marqué par le symbole du sceau de la République, la maternité allaitante qui représentante une mère donnant le sein à son enfant assimilant de la sorte la mère à la nation qui a le devoir de veiller au bien-être de cette population. Quelle image belle, forte et pleine de sens », a déclaré la ministre, Prisca Nlend Koho.  

Dans un contexte marqué par la crise sanitaire de covid-19,  cette célébration était également l’occasion de témoigner une attention particulière aux mamans quelle que soit leur âge et leur condition sociale. La thématique annuel à savoir : « Leadership, pluralité du rôle des mamans et résilience en temps de crise », répond à la volonté de promouvoir le leadership et le rôle multidimensionnel des mamans ainsi que leur volonté et détermination à brises les barrières en ce temps de crise sanitaire et économique où elle continue de donner la vie, de nourrir, et d’éduquer leur progéniture.

Une autre facette de l’autonomisation de la femme sera mise en avant à travers la diffusion sur les antennes de la télévision nationale  d’un film mettant à l’honneur les mamans exerçant des métiers atypiques et porteurs historiquement dévolus aux hommes.

Lambaréné : le véhicule et le corps du proviseur Nicaise Bourobou  repêchés

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le corps sans vie du proviseur Nicaise Bourobou    à l’intérieur de son véhicule a été sorti des eaux profondes de l’Ogooué, non loin du lieu de l’accident au moins quatre jours plus part. Les sapeurs-pompiers à la manœuvre avec les éléments de la brigade nautique sont parvenus à tirer le véhicule à l’aide d’une grue. 

Nicaise Bourobou, proviseur du lycée catholique Jean Baptiste Adiwa a été victime d’un accident de la route alors qu’il  rentrait de travail, suite aux préparatifs de l’examen du baccalauréat qui a débuté hier.

Après plusieurs jours de recherche, son corps sans vie a été repêché, ce vendredi, des eaux de l’Ogooué. Il se trouvait encore dans son véhicule.  Aussitôt, le corps en décomposition partielle a été confié à une maison des pompes funèbres.

Pour rappel, le regretté chef d’établissement était en plein dans l’organisation de l’examen du baccalauréat, lorsqu’il a été victime d’une chute mortelle à bord de son véhicule, le 18 août dernier. Il aurait même demandé à l’un de ses collaborateurs de regagner urgemment Lambaréné alors qu’il se trouvait en mission à Libreville.

 «Moi j’étais à Libreville. Il m’a préconisé de rentrer, alors étant le responsable de la logistique parce que mercredi on devait commencer le travail», a a témoigné l’intendant, Aloïse Mboumba Moucketou.

Un voyage sans retour

« À mon arrivée à Lambaréné, je lui ai fait signe que j’étais déjà rentré. Il m’a demandé de regagner le lycée et j’ai trouvé avec lui là-bas le censeur 2 pédagogique, celui de la vie scolaire, l’économe et un surveillant. On est resté là à raconter. Il nous disait que nous attendons la visite des membres du secrétariat du baccalauréat pour regarder les choses à l’établissement », a-t-il poursuivi.

C’est donc au terme de cette séance de travail avec les membres du secrétariat du baccalauréat que  Nicaise Boroubou a décidé de regagner son domicile. Un voyage qui s’est révélé sans retour pour l’éducateur et père de famille.

Lambaréné: chute mortelle du proviseur du lycée Adiwa du pont d’Isaac avec sa voiture

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Un véhicule a violemment percuté la rambarde du pont d’Isaac, à Lambaréné, mardi après-midi avant de finir sa course dans les eaux de l’Ogooué. A son bord, le proviseur du lycée catholique Jean Baptiste Adiwa et une de ses collaboratrices

 

L’accident s’est déroulé mardi aux environs de 17h30 dans la localité de Lambaréné. Pour une raison encore indéterminée le véhicule avec à son bord Nicaise Bourobou, proviseur du lycée Jean-Baptite Adiwa et une de ses collaboratrices aurait chuté du pont Isaac.

Un témoin rapporte que le proviseur raccompagnait alors sa collaboratrice à son domicile situé de l’autre côté du pont Isaac, au sortir d’une séance de travail. Il roulait derrière la voiture de l’intendant dit lycée. Ce dernier a été alerté par la disparition de la voiture de Nicaise Bourobou de son champ de vision après qu’une voiture se soit  interposée entre les 2 véhicules du convoi.

Interpellé par les autres véhicules sur la voie, l’intendant se gare pour constater que la voiture du proviseur venait d’effectuer un plongeon dans les eaux du fleuve Ogooué.

Sur les images relayées à travers les réseaux-sociaux après l’incident on peut imaginer la violence du choc, en apercevant les rambardes totalement arrachées.

Deuil

Informés de la situation, les secours et les autorités compétentes se sont rendus sur les lieux de l’accident. Le corps sans vie de Nicaise Bourobou aurait été retrouvé après plusieurs heures de recherche.

Une enquête a été ouverte pour élucider les causes de cet accident malheureux qui intervient à quelques jours du début des examens du baccalauréat et endeuillant le lycée Adiwa.

Quatre morts dans un accident à Kango

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Quatre personnes sont mortes et deux autres ont été grièvement blessées samedi après-midi à Fang, dans un accident sur la Nationale 1, dans le département du Komo-Kango.


 Deux ressortissants Ivoiriens, Chérif Moussa, la cinquantaine passée,  Ibrahim Habibou 42 ans , et deux Gabonais, Clément Ibinga Nzamba 50 ans, et Collette Maganga, 61 ans et  retraitée Setrag ont trouvé la mort dans ce nouveau drame de la route. Les deux blessés ont été évacués vers une  structure sanitaire  de Libreville.


Un véhicule de marque Mitsubishi did Pajero est entré en collision avec  un autre de même marque L200 double cabine qui roulait dans le sens opposé. 


Selon les témoins, le véhicule Mitsubishi Pajero did conduit par Clément Ibinga Nzamba serait à l’origine de l’accident. Il roulait à vive allure dans le sens Kango-Ntoum. Dans sa course folle, il a quitté sa trajectoire pour aller percuter violemment le double cabine, conduit par Chérif Moussa, Ivoirien,  en partance pour Lambaréné.  


Vin de palme

Ce dernier a été présenté comme un transporteur régulier sur le tronçon Libreville-Lambaréné. «Il était un régulier sur route de Lambaréné », a indiqué une source judiciaire contactée par notre rédaction. Parvenu au village Fang, il s’est retrouvé nez-à-nez avec le did. 


Le choc inévitable lui a été fatal ainsi que deux autres occupants qu’il transportait vers le chef-lieu du Moyen-Ogooué. Le chauffeur du véhicule incriminé, Clément Nzamba Ibinga, a succombé à ses blessures à son arrivée dans un  hôpital de Libreville. «Il était en état d’ivresse et on n’a trouvé un bidon de vin de palme », précise une source proche du dossier.


Deux accidents

Aussitôt informés, les éléments de la brigade de gendarmerie de Kango se sont rendus sur place pour effectuer le constat. S’ils ont trouvé les blessés déjà transférés vers Libreville, il n’en demeure pas moins qu’ils se sont armés des scies et bien d’autres moyens pour extraire les corps prisonniers de l’amas de ferraille.

Il s’agit du deuxième accident après celui qui a fait deux morts à Essassa, le même  week-end sur la même Nationale 1.

Lambaréné : deux morts après un plat de feuille de manioc

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Victimes d’une intoxication alimentaire après avoir consommé un plat de feuille de manioc, deux personnes sont mortes, alors que treize autres sont sous traitement.

L’affaire fait grand bruit dans la ville du grand Blanc, Lambaréné, dans la province du Moyen-Ogooué. L’irréparable vient de se produire après le décès d’un homme de 70 ans et d’un enfant de 5 ans conduits en urgence au centre hospitalier régional Georges Rawiri de Lambaréné pour intoxication alimentaire.

Treize autres personnes également prises aussi de malaise ont été hospitalisées. Après avoir reçu des soins, elles sont hors de danger. Le drame se serait produit après la consommation d’un plat de feuille de manioc.

Homicide volontaire

Selon le quotidien l’Union du 3 juin, l’enquête a été ouverte par les autorités judiciaires qui ont été saisies par le médecin chef de centre régional, Dr Dieudonné Ayamam. Il en ressort que les quinze personnes, auraient été victimes d’une intoxication alimentaire après avoir consommé un repas de feuilles de manioc cuisiné par Rosine M., alias Mapenda.

Si les mobiles de cet acte ne sont pas encore déterminés, la Gabonaise de 51 ans sans emploi a été aussitôt placée sous mandat de dépôt à la prison centrale de Lambaréné pour homicide volontaire par intoxication alimentaire.

Covid-19 : le dépistage massif dévoile l’ampleur de l’épidémie au Gabon

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

157 nouveaux cas positifs au covid-19 en 48 h, c’est le dernier bilan enregistré samedi au Gabon. Une augmentation importante due au dépistage massif.                                

Le bilan épidémiologique présenté ces deux derniers jours  par le Dr Guy Patrick Obiang, porte-parole du Copil fait état de 116 nouveaux cas positifs sur 454, le 8 mai et 41 cas sur 213 prélèvements, le 9 mai. Des patients détectés dans quatre foyers  : 106 à Libreville (Estuaire) 38 à Franceville, (Haut-Ogooué),  8 à Bifoun (Moyen-Ogooué)  3 cas communautaires  à Lambaréné (Moyen-Ogooué), et 2 nouveaux cas positifs à Bitam ( Woleu-Ntem), des étudiants gabonais en provenance du Cameroun. Le 9 mai au soir, le Gabon comptait 661 cas positifs, 110 guéris et 8 décès.

Si cette augmentation spectaculaire de patients positifs au covid-19 a vite fait de susciter des inquiétudes dans l’opinion, le porte-parole du Copil, affirme qu’il s’agit de la résultante normale du dépistage massif. «  L’augmentation du nombre de laboratoires, le dépistage actif  et le dépistage massif donne aujourd’hui la possibilité d’un diagnostic des personnes testées covid-19. Grace à cette stratégie, nous arrivons très rapidement à pouvoir tester des personnes afin que ces personnes soient rapidement prises en charge. Aussi bien à Libreville qu’à l’intérieur du pays », explique-t-il.

Absence

Par ailleurs, en dépit du confinement total et partiel et des mesures barrières visant à limiter la propagation du virus, le Gabon a atteint le stade 4 de la contamination, encore appelé phase communautaire dont les effets devront s’étendre, selon les experts, jusqu’au mois de juin. « La phase communautaire est la période la plus redoutable d’une épidémie. C’est au cours de celle-ci que le virus circule activement entre les personnes (hommes, femmes, jeunes et enfants) dans les familles, les maisons, les administrations, les lieux publics, les transports (taxi, bus), les commerces etc. », poursuit le porte-parole du Copil.

A l’écoute des chiffres déclinés chaque jour par le Dr Guy-Patrick Obiang, les populations sont partagées entre anxiété et incrédulité. Le virus est bien réel dans la société et la contagion prend  de l’ampleur. Et en l’absence d’un remède identifié et d’un vaccin, les spécialistes préconisent les gestes barrières, et le dépistage précoce.

Covid 19 : premiers cas positifs à Port-Gentil et Lambaréné

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Un nouveau cas positif au covid 19 a été enregistré à Lambaréné, dans le Moyen-Ogooué. La veille c’est la province de l’Ogooué-Maritime qui enregistrait son premier cas positif.

La capitale économique, Port-Gentil, a enregistré jeudi, un premier cas positif au covid-19. L’information a été donnée par le porte-parole du copil, Guy-Patrick Obiang Ndong.

Il s’agit d’un Gabonais de 24 ans, travaillant sur une barge aménagée en hôtel au large de Port-Gentil. Il a été diagnostiqué sur les 27 prélèvements analysés sur le site.  Des dispositions ont été aussitôt prises pour le transfert du patient au centre hospitalier régional de Port-Gentil, pour une prise en charge médicale.

Par ailleurs, dans un communiqué ce 24 avril, le copil a annoncé un premier cas positif dans la province du Moyen-Ogooué. Le patient âgé de 37 ans est partie de Libreville pour Lambaréné où il travaille pour une société pétrolière. Le copil affirme qu’il avait été prélevé avant son départ sur site et le résultat est positif. 

Avec ces nouveaux cas, quatre provinces sont désormais touchées par l’épidémie de covid 19 : l’Estuaire, le Woleu-Ntem, l’Ogooué-Maritime et le Moyen-Ogooué.

Le bilan épidémiologique du Gabon s’élève à ce jour à un total 169 cas dont 24 guéris et trois décès.

Urgence

Dès l’annonce de l’épidémie, des mesures de riposte avaient été aussitôt prises par les autorités pour limiter sa propagation dans le pays : fermeture des établissements scolaire et universitaires et des commerces non indispensables et couvre-feu de 19h à 6h du matin.

Le Grand Libreville composé des communes de Libreville, Owendo, Akanda, Ntoum et la Pointe-Dénis, a été mis en confinement total.

De nouvelles mesures pourraient être annoncées par les autorités pour répondre à l’urgence imposée par ces nouveaux cas.