CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

A la suite de ses prédécesseurs, le nouveau ministre des Sports ambitionne de faire du sport une vitrine du Gabon. Pour y arriver, Franck Nguema ne manque pas d’idées.

« Le monde sportif national est en crise. Il faut le dire sans ambages. » Ce constat du ministre des Sports et de la Culture sur l’état du sport au Gabon n’est pas nouveau. Si le secteur sportif ne cesse de faire couler beaucoup d’encre et de salive depuis des décennies, ces dernières temps, l’envie n’a pas manqué aux différents responsables qui se sont succédés à la tête du département. De Nicole Assélé à Alain-Claude Bilie By Nze, en passant par Mathias Otounga, tous n’ont pas caché leur hargne à vouloir redorer l’image du sport national.

« Peine perdue », est-on tenté d’affirmer, puisqu’en dépit du diagnostic fait par tous les acteurs du domaine réunis en séminaire au Cap et des propositions qui en ont découlé, l’on est encore à recoller les brèches avant de prendre un véritable départ.

Terrains de jeu

Pour répondre à l’exigence de résultat, le ministre Nguema ne manque pas d’idées. Il a profité de son premier tête à tête avec le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba pour en faire le déroulé, tout en sollicitant son soutien pour pouvoir faire du sport une vitrine du Gabon.

« Je lui ai demandé tout son soutien pour que nous puissions remettre sur pied le sport national. Qu’on puisse avoir de nouveau, dans les différentes disciplines sportives un championnat, une coupe du Gabon, participer aux différentes rencontres internationales statutaires, »,a-t-il déclaré.

Dans l’immédiat, le souhait est de relancer le championnat scolaire et universitaire, véritable vivier pour le sport d’élite. Toute chose qui exige la réhabilitation des terrains de jeu.