Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Île Mbanié : la CIJ tranchera

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le différent territorial entre le Gabon à la Guinée Equatoriale sera réglé par la Cour internationale de justice. Les deux parties sont parvenues à un accord grâce aux Nations unies.

Au sein des Nations unies, ce « compromis » fait la fierté du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres qui a salué « une solution pacifique » au différent opposant le Gabon à la Guinée Equatoriale. L’aboutissement de la médiation des Nations unies a eu lieu mardi 03 mars à New York. Anatolio Ndong et Michel Xavier, respectivement ambassadeurs du Gabon et de la Guinée Equatoriale auprès des Nations Unies, ont participé à une cérémonie marquant l’accord spécial sur le différent frontalier entre les deux pays.

Après des années, les deux parties se sont accordées à régler leur différent devant la Cour internationale de justice (CIJ), l’organe judiciaire de l’ONU siégeant à La Haye, aux Pays-Bas. « Avec la conclusion de l’accord pour soumettre leur différent à la Cour internationale de justice les deux pays ont réaffirmé leur attachement à la lettre et à l’esprit de la Charte des Nations Unies », a souligné Antonio Guterres.

La cause du conflit est l’île Mbanié située dans la baie de Corisco. Les deux parties réclament sa paternité depuis deux décennies.

Pour le secrétaire général, cet accord démontre la capacité des Nations unies de traiter ce type de conflit. Cette affaire pourrait servir de modèle dans la résolution de probables conflits dans le monde. « En soumettant leurs différents à la Cour internationale de justice, les parties démontrent qu’il est possible de régler pacifiquement leurs différents internationaux conformément au droit internationale», fait-il remarquer.

Le carnet de santé de l’OMS au Gabon

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le nouveau représentant de l’OMS au Gabon souhaite mettre en avant les actions contenues dans le Plan de développement sanitaire gabonais. Un plan qui a fait ses preuves lors d’épidémies.


Nouvellement arrivé en poste au Gabon, Dr Magaran Monzon Bakayoko, représentant de l’organisation mondiale pour la santé ( OMS) au Gabon, dresse la feuille de route de son action.

Celle-ci va s’appuyer principalement sur le plan de développement sanitaire du Gabon. Dr Magaran souhaite renforcer la couverture sanitaire universelle, la sécurité sanitaire, la santé et le bien-être des populations gabonaises.

Ce choix managérial du représentant de l’OMS n’est pas fortuit. Il s’appuie sur le travail effectué par les autorités gabonaises en offrant une couverture universelle sanitaire à toutes les couches sociales ; mais aussi sur la politique préventive mise en avant.  » À titre d’exemple, le Gabon a éliminé le tétanos néonatal en 2017. Le Gabon a éliminé également la poliomyélite comme problème de santé publique », confie-t-il.


Environnement

La question relative à l’épidémie d’Ebola n’est pas en reste. Dr Monzon a salué le choix du Gabon qui vise à mettre l’accent sur la préparation des équipes de ripostes en menant des actions concrètes de prévention de l’introduction de la maladie et non sur des émotions.  » Le Gabon a du vécu en matière de lutte contre Ebola. Le Gabon a connu des épidémies d’Ebola qui ont été gérées efficacement », reconnaît-il.


L’organisation mondiale de la santé, agence spécialisée des Nations unies, est l’autorité de direction et de coordination de la santé internationale. Avant de poser ses valises au Gabon, Dr Magaran Monzon Bakayoko a occupé les postes de coordonnateur du programme de l’OMS sur la santé publique et l’environnement, coordonnateur du réseau Africain sur le Climat et la santé.

La semaine de la jeunesse

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Pour la semaine de la jeunesse, les associations plaident pour l’union et la concorde. Elles espèrent aussi une implication économique des jeunes.

Une semaine mondiale de la jeunesse se tient du 12 au 22 août dans le cadre de la journée internationale de la jeunesse célébrée le 12 août. Le thème est « transformer l’éducation et rallumer la flamme de la jeunesse dans l’action, l’union la concorde et la fraternité. »

Il évoque l’hymne national et interpelle les jeunes à œuvrer ensemble et à maintenir l’unité pour la bonne marche du Gabon. Ils représentent l’avenir. Leur force de travail participe au développement du pays. Mais cela ne peut être possible sans une volonté politique.

« Il y a déjà une dynamique qui a été lancée par le gouvernement dirigé par Julien Nkoghe Bekalé. Il s’agit de donner un peu de tonus à l’enseignement professionnel afin de permettre à ces jeunes qui sont diplômés de disposer de formations dans les domaines pourvoyeurs d’emplois pour limiter le chômage, » indique le directeur général de la jeunesse, Rostand Lepondo. « Les jeunes doivent être impliqués dans la création d’entreprises pour être eux-mêmes créateurs d’emplois, » poursuit-il.

Autorités

Pour les associations de jeunesses, les objectifs de la semaine mondiale sont multiples : permettre aux jeunes de jeter un regard prospectif sur les moyens à mettre en œuvre en vue de mobiliser une forte adhésion autour de l’idéal de l’unité nationale, inspirer les valeurs traditionnelles gabonaises. Mais surtout créer les conditions propices à l’Emergence d’un espace de culture et de loisirs dans lequel la jeunesse gabonaise puisera des ressources nécessaires à un développement sain.

« Le président Omar Bongo ne disait-il pas que ‘’ la jeunesse est sacrée’ »’, rappellent les participants.

La journée nationale de la jeunesse a été instituée le 17 décembre 1999 par l’assemblée générale des Nations unies. Elle a pour but d’attirer l’attention de la communauté internationale sur les problèmes de la jeunesse et célébrer le potentiel des jeunes en tant que partenaires dans la société à travers un dialogue intergénérationnel entre les jeunes et les autorités publiques.