Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Quand la zone franche séduit Weah

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Outre l’entretien avec Ali Bongo Ondimba, le séjour du président libérien a été marqué par une forte activité économique. Il s’est rendu à la zone économique spéciale de Nkok et au port d’Owendo.

Comme plusieurs chefs d’Etat africains avant lui, George Weah du Liberia vient d’effectuer une visite d’amitié et de travail au Gabon. Arrivé en terre gabonaise, le 11 octobre, le Libérien y a passé un séjour de 72 h ponctué par plusieurs activités.

Weah souhaite créer une zone économique spéciale dans son pays en vue d’optimiser la croissance économique.  « Nous voulons attirer les investisseurs afin qu’ils viennent dans la plus vieille république africaine », a-t-il indiqué.

Pour se faire une idée du modèle économique d’une zone franche, la délégation libérienne a effectué une visite à la zone économique à régime privilégié de Nkok. Elle s’est également rendue au nouveau port d’Owendo.

Par ailleurs, George Weah s’est tout d’abord entretenu avec son homologue gabonais, Ali Bongo Ondimba. Le tête-à-tête a permis de faire un tour d’horizon des relations multiformes entre les deux pays. Une coopération bilatérale qu’ils souhaitent renforcer pour une dynamique sud/sud.

Marques

« Je suis content qu’on ait pu aborder plusieurs sujets qui rentrent dans le cadre de l’affermissement de nos relations. Nous souhaitons que des hommes d’affaires gabonais viennent échanger avec des hommes d’affaires libériens, parce qu’actuellement il y a plus d’Européens », déclare le président libérien.

Les questions de développement économique, de sécurité et de paix ont également meublé les échanges. George Weah s’est réjoui des avancées engrangées dans son pays ces dernières années. Après près de 14 ans d’instabilité le Liberia retrouve peu à peu ses marques. Un retour à la stabilité qui a comme principale retombée, le développement économique.

Haut-Ogooué : 120 tables bancs pour l’école de Lengori

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

A l’instar de certains établissements de Franceville, l’école de Lengori, dans le département de la Mpassa, a reçu un important lot de tables bancs.

Ce sont au total 120 tables bancs qui ont été livrés à l’école publique de Lengori, le 02 août, conformément à l’ambition des gouvernants visant à améliorer les conditions d’apprentissage des élèves. Ce geste fait suite à la demande exprimée l’année dernière  par le directeur de l’établissement scolaire, Jean Estaing Oyougou. Ce dernier a témoigné  sa gratitude aux plus hautes autorités de la République et à toutefois réitéré le souhait de voir rajouter  à  son établissement,  des  bâtiments  supplémentaires  pour abriter les  classes préscolaires.  

« Je suis heureux de recevoir ce lot de tables bancs  malgré une si longue attente. Aujourd’hui, mon grand combat reste l’ouverture d’un préscolaire. Mais ceci ne peut être possible si l’Etat ne nous rajoute pas d’autres bâtiments », confie-t-il.

Le président de l’association des parents d’élèves (A.P.E),  Fernand Eboula a pour sa part,  estimé que la dotation de tables banc est  un début de solutions  aux maux qui minent l’établissement scolaire.

La construction d’un bâtiment supplémentaire pour désengorger  les deux salles de classe, la mise en place d’un cycle pré-primaire et la construction des logements des enseignants sont  autant de problèmes qui selon lui devraient retenir l’attention du gouvernement. 

La livraison de tables bancs rentre dans le cadre d’un partenariat  signé en 2016 entre l’Etat Gabonais et un opérateur économique basé dans la zone économique et spéciale de Nkok. Il vise à résoudre le déficit en tables bancs dans les établissements publics du Gabon.

Formation professionnelle : Madeleine Berre sur le site du futur campus universitaire de Nkok

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

La zone économique spéciale de Nkok abritera trois des cinq centres de formation professionnelle en cours de construction dans le pays. La visite du ministre de la Formation professionnelle avait pour but de dévoiler l’ambition du gouvernement en la matière.

Cinq centres de formation professionnelle sont actuellement en chantier dans le pays. Trois dans la zone économique spéciale de Nkok, spécialisés dans les NTIC, les BTP, l’Industriel ; Un autre à Port-Gentil dédié aux formations multifonctions et le cinquième centre à Franceville.

Vendredi, la ministre en charge de la Formation Professionnelle, Madeleine Berre s’est rendue sur le site du futur campus universitaire dédié à la formation industrielle, situé dans le zone économique spéciale de Nkok. A travers une visite guidée des responsables de la société AVIC international, chargée de la réalisation du projet, elle a pu se rendre compte du niveau d’avancement des travaux, effectués à plus de 50 %.

Selon Madeleine Berre, l’ambition du gouvernement est d’accélérer le processus de construction des établissements professionnels afin d’atteindre des niveaux de formation de valeur ajoutée et résorber la question du chômage. « Nous nous sommes rendus compte que les curricula ne nous permettaient pas vraiment d’ouvrir des formations de haut niveau dans le domaine professionnel. Nous sommes aujourd’hui à la zone économique de Nkok où nous avons des entreprises qui ne sont que des usines. Il nous faut des Gabonais qui savent travailler dans ces domaines », a-t-elle déclaré.

Année académique

Ce programme inclut également la réhabilitation de neuf centres de formation et treize lycées techniques dans les neuf provinces du pays. Mais aussi le centre de formation d’Akanda, offert par le roi du Maroc, d’une  capacité de 300 places.

« Le programme de financement des établissements de formation professionnel nous permettra d’ici 2023 d’augmenter la capacité actuelle de 2500 à 10 000 apprenants (…). La Fonction publique ne pourra pas toujours prendre les administratifs. Il nous faut valoriser ces métiers et leur donner de la valeur ajoutée. »

Le futur campus universitaire de Nkok a une capacité de 1000 places. Il est composé d’un amphithéâtre, de salles de cours, de salles de travaux pratiques, d’un restaurant, d’un internat, d’une capacité d’accueil de 600 places, de logements des enseignants. Le chantier sera livré en mars 2020. Les premiers étudiants sont attendus pour l’année académique 2020-2021.