Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Opération scorpion : Noël Mboumba balance

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

L’ancien ministre, Noël Mboumba a recouvré mercredi. Il est le premier accusé de l’opération Scorpion à sortir de prison.

L’ancien ministre des Hydrocardures, Noël Mboumba, proche collaborateur de Brice Laccruche Alhianga a recouvré sa liberté. Mercredi, à l’issu d’une enquête préliminaire, le juge d’instruction en charge du dossier à accéder à la demande de la mise en liberté provisoire souhaitée par son avocat. « Je voudrai ici remercier les autorités judiciaires de mon pays pour avoir accéder à ladite demande, d’avoir cru en la sincérité et à la pertinence des garanties des représentations que j’ai représenté », a lancé Noël Mboumba.

Lors de sa déclaration prononcée devant la presse dans un hôtel, il a parlé,de ses conditions de détention à la prison centrale de Gros Bouquet. Au sujet des rumeurs supposées de maltraitance dont auraient été victimes les « BLABoys », Noël Mboumba a nié les faits. Il remercie au contraire l’administration pénitentiaire pour les bonnes conditions. « J’ai fait l’objet d’un traitement humain pendant toute la période de ma détention à la prison centrale de Libreville. Donc, je ne reconnais pas ici avoir été victime d’un traitement dégradant à la prison et je ne peux pas témoigner ici que j’ai vu des personnes avoir subi un traitement dégradant pendant mon séjour à la prison centrale ».

Quant aux faits qui lui sont reprochés, il a reconnu avoir « exécuté » des « instructions malveillantes » de la part des personnes qui ont profité de leur position dominante pour l’amener à poser des actes contraires à la loi. La posture de celui qui étai,t il y a quelque temps, encore membre d’honneur de l’Association des jeunes émergents volontaires (AJEV) étonne de nombreux observateurs.

Le prix

Certains y voient une évidente trahison vis-à-vis de ses compagnons d’infortune à Gros Bouquet obtenir sa libération. D’autres parlent d’arrangements sournoisement conclus entre l’ancien détenu et le pouvoir.

Les remerciements formulés à l’administration judiciaire, le déni de décision et de réalité dont se rend coupable l’ancien ministre, les accusations et l’attachement à la vision du Président de la République sont autant d’éléments qui confortent cette hypothèse. Oui, Noël Mboumba est en liberté provisoire, mais à quel prix ?

Le Gabon co-président du conseil extraordinaire de l’APPO

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Brazzaville a abrité la première réunion extraordinaire du conseil exécutif de l’Organisation africaine des producteurs pétroliers (APPO). L’ordre du jour portait sur « l’examen du thème et du projet de communiqué final du 1er sommet des chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de l’APPO ».

Le ministre gabonais du Pétrole, du Gaz et des Hydrocarbures, Noël Mboumba a co-présidé avec son homologue du Congo, Jean-Marc Thystere Tchicaya, la première réunion extraordinaire du conseil exécutif de l’Organisation africaine des producteurs pétroliers (APPO). La réunion qui s’est tenue à Brazzaville, le 22 août est en prélude au 1er sommet des chefs d’Etat et de gouvernements des états-membres de l’APPO qui se tiendra en février 2020 à Brazzaville sur le thème : « Énergie, facteur de développement durable et d’intégration en Afrique. »

La réflexion des ministres et des experts s’est axée sur  « l’examen du thème et du projet de communiqué final du 1er sommet des chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de l’APPO ».  

En marge du sommet extraordinaire, les ministres présents à Brazzaville ont été reçus en audience par le premier ministre congolais, Clément Mouamba. Ce séjour a également été mis à profit pour visiter les locaux du siège de l’APPO. À cet effet, Noel Mboumba s’est dit satisfait du bâtiment qui répond aux normes internationales et offre un cadre de travail adéquat aux représentants des Etats.

Précurseurs

« En tant que ministre gabonais des Hydrocarbures, je peux confirmer qu’aujourd’hui, nous avons au niveau africain un siège de l’APPO digne de ce nom qui pourra de manière efficace permettre aux équipes de travailler  dans l’intérêt de l’ensemble des pays producteurs de pétrole en Afrique », a-t-il déclaré.

L’Organisation africaine des producteurs pétroliers est née de  l’ex Association des producteurs de pétrole africains (APPA) en 2017. Elle a pour objectif de faciliter le transfert d’informations entre les pays membres, de renforcer la collaboration entre les différentes compagnies pétrolières et de maintenir une stabilité des prix. L’APPO compte 18 pays, dont  l’Algérie, le Gabon, la Libye et le Nigeria, précurseurs de l’idée d’une association des producteurs de pétrole africains dans les années 1980.

Crise à Addax Petroleum : l’ONEP lève le préavis de grève

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Au terme de trois jours de négociation sous la conduite des ministres de la Fonction publique et du Pétrole, les protagonistes ont trouvé un terrain d’entente pour une sortie de crise au sein de la société pétrolière Addax Petroleum Oil & Gas Gabon (APOGG).

L’Organisation national des employés du Pétrole (ONEP) a annoncé dimanche à 21h22 mn  la levée du préavis de grève déposé le 22 juillet dernier auprès de la direction générale de la société pétrolière Addax Petroleum Oil & Gas Gabon (APOGG).

La décision de l’ONEP fait suite aux conclusions des négociations tenues les 25, 26 et 28 juillet avec la direction générale de  la société pétrolière Addax Petroleum Oil & Gas Gabon (APOGG).  Le processus de conciliation conduit par les ministres de la Fonction publique, en charge du Dialogue social, Madeleine E. Berre et du Pétrole, Noel Mboumba a abouti à un dénouement favorable après le climat délétère qui prévalait au sein de l’entreprise pétrolière.

« Mon intérêt est d’une part, de préserver les emplois de nos compatriotes et, d’autre part, de sécuriser les investissements des opérateurs économiques sur notre territoire, », explique Madeleine Berre.

Selon l’ONEP les discussions ont porté sur l’application des recommandations et engagements contenus dans le procès-verbal du 22 avril 2018. Parmi ces nombreuses revendications, la société APOGG s’est engagée à fournir aux travailleurs toute la clarification sur le changement du NIF et du lien avec la société SINOPEC ; clarifier dans un délai d’un mois le cas des travailleurs en situation irrégulière en poste au sein d’APOGG ; de même que le retrait de tout le personnel de mise à disposition occupant un poste de travail permanent dans l’organigramme.

L’employeur s’est également engagé à clarifier la situation de l’actuel DGA supposé faire valoir ses droits à la retraite. Une liste de points inscrits dans le procès-verbal dont les effets sont attendus dans un mois.

Promulgation du nouveau code des Hydrocarbures

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le ministre du Pétrole a annoncé la promulgation du nouveau code des Hydrocarbures. Il serait plus attractif fiscalement et accorde un intérêt particulier aux entreprises locales.

 

C’est sur sa page Facebook que le ministre du Pétrole a fait l’annonce de la promulgation du nouveau code des Hydrocarbures qui « s’inscrit dans le cadre du plan de relance de l’économie, mis en œuvre par le gouvernement conduit par le premier ministre Julien Nkoghe Bekale conformément aux hautes instructions du Président de la République, Ali Bongo Ondimba. »

Le nouveau code des Hydrocarbures en gestation depuis plusieurs mois est l’ambition du gouvernement pour rendre très attrayant le secteur, vecteur de développement.

Jugé attractif, d’un point de vue fiscal, par l’ensemble des acteurs du secteur pétrolier gabonais, le nouveau code va permettre d’intensifier le volume des investissements pétroliers dans le pays.

D’une part, grâce à la prise de blocs dans le cadre de l’appel d’offre en cours, et d’autre part, par la mise en production des champs marginaux.

«  Le nouveau code des Hydrocarbures va également permettre de développer le potentiel gazier gabonais, longtemps resté peu exploité. Le secteur aval connaîtra aussi un véritable essor, » explique Noël Mboumba.

L’un des intérêts de la loi réside dans la place qu’elle accorde au « local content », c’est-à-dire le développement des entreprises locales.

L’objectif à très court terme est l’augmentation des réserves, grâce à l’exploitation plus poussée du gaz et la hausse de la production des hydrocarbures .

Une perspective qui vise l’accroissement des recettes du pays et la diversification de l’économie nationale.