Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Une reprise des cours inégale 

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

La reprise des cours pour les terminales n’a pas eu lieu au même rythme partout. Si l’on note une effectivité dans plusieurs établissements secondaires publics de Libreville et ses environs, ce n’est pas le cas dans d’autres localités qui restent dépourvues de moyens adéquats face à la pandémie de covid-19.

Pour se rendre compte de l’effectivité de la reprise des cours des classes de terminale et du respect du dispositif sanitaire lié à la pandémie de covid-19, le 20 juillet, le ministre de l’Education nationale, Pr Mouguiama Daouda a sillonné plusieurs établissements scolaires de Libreville et ses environs.

Constat fait, la reprise est effective. Elèves et enseignants ont bien répondu au rendez-vous de ce 20 juillet. « Les enseignants ont répondu présents, beaucoup de conscience professionnelle, beaucoup de civisme, beaucoup d’implication. Je ne peux que saluer cet engagement là parce que les enfants sont restés à la maison pendant quatre mois. Ils auront trois semaines pour préparer les examens, ça n’aurait pas été bien qu’on les mette encore dans une situation de stress supplémentaire en ne commençant pas les cours comme c’était prévu », a déclaré le ministre.

Le même constat a été également fait ailleurs où les élèves et les enseignants ont regagné les lycées, tout en bénéficiant des mesures d’accompagnement du gouvernement.

A contrario,  ce n’est pas le cas dans plusieurs autres localités du pays qui, malgré la bonne volonté des lycéens et des enseignants  sont dépourvus du dispositif  sanitaire promis par la tutelle. C’est le cas du bassin pédagogique de la Nyanga où les élèves ont marqué leur impatience.

Année académique

« Les mesures et les choses qu’ils nous ont promis ne sont vraiment pas là parce qu’on n’a pas de l’eau pour laver les mains, des gels hydroalcooliques. Les bus qu’ils ont dit qu’ils devaient mettre à notre disposition pour nous transporter  ne sont pas là. On attend. On se protège comme on peut avec les bavettes », confie une élève de terminale.

Même scenario à Franceville, où plusieurs élèves ont malgré tout effectué le déplacement. « Nous attendons l’aide promise, notamment en matière de gels et de bavettes. Cela nous permettra de mieux gérer les élèves pendant ces trois semaines de cours », affirme le proviseur du lycée Lewa, Julien Kodjo. 

Malgré la détermination des autorités de permettre aux élèves de terminale d’achever l’année académique 2019-2020, beaucoup d’effort reste à faire. Elles devraient mettre les lycées sur le même pied d’égalité pour une reprise en toute sécurité face au risque de coronavirus.

Le coronavirus, d’une province à l’autre

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le virus circule aisément à l’intérieur du pays,  presque toutes les provinces sont atteintes. L’insouciance des populations faciliterait la propagation. 

Le bilan épidémiologique journalier du 25 mai par le Copil est sans équivoque : sept des neuf provinces sont désormais contaminées par le covid-19. La Ngounié, située au sud du pays, est la nouvelle province  sur la liste.  « Le patient zéro de cette province est un agent d’une entreprise privée, implantée à Mandji, qui a présenté des symptômes évocateurs du coronavirus », confiait Guy Patrick Obiang Ndong, porte-parole du Copil, lors du traditionnel point de situation.

Le relâchement dans l’application  des gestes  barrières et l’insouciance des populations face à la pandémie expliquent, selon le porte-parole du Copil, la facilité de circulation du virus d’une province à l’autre.

« Si à Libreville, nous constatons une application progressive des mesures barrières, nous observons une faible application desdites mesures à l’intérieur du pays où le port du masque et la distanciation sociale sont très peu respectés », fait constater Guy Patrick Obiang Ndong. Pour le porte-parole du Copil, même en l’absence de cas déclarés, le port du masque, le respect de la distanciation physique et le lavage régulier des mains avec du savon ou une solution désinfectante doivent être systématiques. « C’est la seule façon de se protéger contre le Covid-19 », prévient Guy Patrick Obiang Ndong.

Remède

Face à un nombre de cas croissant, les populations ont-elles réellement le choix ? Le bilan épidémiologique du lundi, nous rappelle combien de fois le Gabon n’en a pas fini avec la pandémie.  Plus de 2100 cas positifs en l’espace de deux mois et quelques semaines. Pour l’heure, seules les provinces de l’Ogooué Ivindo et de la Nyanga sont épargnées. Pour combien de temps ?

Si la courbe de contamination ne se stabilise pas, la situation pourrait à la longue être ingérable du fait des carences dans les structures hospitalières. Face à une issue assez complexe à déterminer, l’application des mesures barrières demeure, une fois encore, le meilleur remède.

Distinctions : quatre gouverneurs élevés au grade de commandeur

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Désormais munis de leurs nouvelles étiquettes de commandeurs de l’ordre national du mérite gabonais, quatre gouverneurs procéderont à la remise de décorations aux récipiendaires de leur province, le 17 août.

En lieu et place du président de la République, Ali Bongo Ondimba, par ailleurs grand maître des ordres nationaux , le chancelier national, l’amiral Hervé Nambu a procédé ce 14 août à la remise de médailles de commandeur de l’ordre national du mérite gabonais à quatre gouverneurs. Il s’agit de Christiane Leckat de la Nyanga, Benjamin Mayoubi de la Ngounié, Paulette Mengue m’Owono du Moyen-Ogooue et Patrice Ontina de l’Ogooué maritime.

Les autorités provinciales n’ont pas caché leur satisfaction, à l’instar du gouverneur du Moyen Ogooué, Paulette Mengue M’Owono qui a exprimé sa reconnaissance envers le président de la République. «  Je ferai tout pour mériter cette confiance qui a été placée en moi.»

Patrice Ontina y voit un encouragement « pour mon devoir envers la patrie, à servir le chef de l’État avec loyauté, à assurer la mise en œuvre de sa politique. »

Le grand chancelier a pour sa part indiqué que cette distinction rentre dans le cadre des festivités de l’accession du Gabon à l’indépendance. Il s’agit d’une étape indispensable visant à permettre à ces gouverneurs de procéder à la remise des décorations aux récipiendaires de leurs provinces respectives le 17 août.