Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Agression à l’arme blanche d’un taximan  par un passager  au PK  12

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Un client peu scrupuleux s’en est pris à un chauffeur de taxi. Il ne voulait pas payer sa course et a préféré agressé le conducteur.

Vers 9h, ce lundi, un taximan a été violemment agressé au PK 12, dans le 5è arrondissement de Libreville,  par un usager avec un tesson de bouteille. L’agresseur refusait de payer sa course de taxi. Il a cassé une bouteille, après avoir nargué le chauffeur de taxi. Il s’en est suivi une bagarre entre les deux hommes pour non paiement du trajet à 300 francs CFA.  

Le mauvais client aurait clairement signifié à son interlocuteur qu’il n’était pas près à solder ses frais de transport, ont rapporté des témoins. « Je suis un Gabonais donc je ne paie pas», aurait-il lancé au conducteur camerounais.  Blessé au niveau du bras droit, la victime identifiée comme étant Jonas Ngoumegne 41 ans a bénéficié du secours des riverains.
L’agresseur  Stéphane Ndong Biyoghe qui se présente comme un élève du lycée  Épi de Nzeng-Ayong, aurait tenté de tenir  tête aux riverains. Mais il a vite été neutralisé, puis mis aux arrêts par la police qui l’a infligé une bonne correction avant d’être livré aux gendarmes de la brigade de Melen du PK 9.

«Je l’ai embarqué depuis Nzeng-Ayong pour le 12, mais  arrivant ici,  il a refusé de me payer et cassé une bouteille pour vouloir me l’enfoncer au ventre», confie le transporteur urbain, Jonas Ngoumegne. 

Il a décidé  d’entreprendre des poursuites judiciaires contre le mauvais client qui risque, cette fois, de payer bien plus que la modique somme  de 300 F CFA.

Vents violents : plusieurs blessés après l’effondrement des murs d’une maison

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Des vents violents se sont abattus sur Libreville et ses environs, mercredi. Ils ont causé d’énormes dégâts dans plusieurs quartiers.

Plus de peur que de mal pour deux familles voisines à Nzeng-Ayong, dans le 6e arrondissement de Libreville. Il n’aura fallu qu’une petite heure pour que les deux ménages voient une partie de leur patrimoine détruit, leur évitant le pire.

En effet, les vents violents qui ont précédé la pluie de ce mercredi 1er avril ont causé l’effondrement des murs d’une maison en construction sur une autre maison dans laquelle des enfants regardaient la télévision, au salon. Si de nombreux dégâts matériels ont été enregistrés, on dénombre juste quelques blessés légers parmi les enfants. Une catastrophe évitée de justesse, selon de nombreux témoins.

Et comme cela est devenu une habitude dans la capitale gabonaise et ses environs à chaque averse, plusieurs autres ménages ont fait les frais des vents violents. Au quartier Ambowe par exemple, la foudre s’est abattue sur le transformateur qui alimente la zone, causant la rupture de l’ossature métallique es câbles haute tension.

Le drame évité de justesse

Conséquence, les habitants ont dû passer plusieurs heures sans électricité, même si les agents de la Société d’Energie et d’Eau du Gabon et les sapeurs-pompiers ont réagi avec rapidité.

Selon de nombreux témoins, pour cette seule après-midi du mercredi, les dégâts se comptent en dizaine. Entre inondations et destruction de biens privés ou publics, les victimes sont désemparées.

Ces dégâts s’ajoutent à ceux enregistrés de la semaine dernière, toujours à Libreville. Parmi les sinistrés, l’école publique de Sibang 2 dans le 6e arrondissement. La toiture a été totalement emportée.

Le mois d’avril fait commence avec ses pluies aussi diluviennes que spectaculaires. Et c’est tout sauf un poisson d’avril.