Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Port-Gentil : l’AS Stade Mandji affiche la couleur

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le Stade Mandji a présenté ses nouveaux équipements à son président d’honneur Gabriel Tchango. L’association sportive a également assaini ses comptes, améliorant sa situation financière. Elle est désormais attendue sur le terrain sportif.

 

C’est dans l’esplanade de l’hôtel de ville de Port-Gentil que s’est déroulée la cérémonie de présentation des nouveaux équipements sportifs de l’association sportive omnisports Stade Mandji au président d’honneur, Gabriel Tchango.

En présence des responsables de l’administration déconcentrée et des opérateurs économiques, Maurice Nzigou Mihindou, administrateur général intérimaire a rappelé que mission lui avait été donnée par le maire Gabriel Tchango de faire peau neuve à l’ensemble des disciplines (football, basketball, handball) de l’AS Stade Mandji. L’objectif étant « de les rendre présentables lors des prochaines compétitions nationales et de doper le moral des athlètes ».

Pour le bilan, Maurice Nzigou Mihindou a présenté un siège du Stade Mandji entièrement rénové et équipé. Sur le plan financier, « nous avons trouvé d’énormes dettes qui plombaient le fonctionnement de l’association. Au total nous avons trouvé une dette de plus de 200.000.000 f dont 25.000.000 f des arriérés de salaires des sportifs et 175.000.000 f dus aux différents fournisseurs. Aujourd’hui, la situation financière s’est largement améliorée et les comptes sont approvisionnés au point d’affronter les exigences d’une nouvelle année sportive ».

Marge

Le maire en charge du Sport et de la Jeunesse a salué la dynamique impulsée par l’édile de Port-Gentil. Michaël Mboumba a ensuite appelé les uns et les autres à plus d’efforts au regard des résultats obtenus ces dernières saisons. Ils ne sont pas à la hauteur des moyens financiers importants mis à disposition par le conseil municipal. « Nous mettons donc ici les différents encadreurs et dirigeants face à leurs responsabilités. Stade Mandji doit désormais être une référence au niveau national et continental », a lancé Michaël Mboumba. Il a décliné la nouvelle approche de Stade Mandji basée sur « plus de coopération et de participation des acteurs locaux ».

Les acteurs économiques et sociaux devront désormais participer, aux côtés de la mairie, au développement du sport dans la commune.

« Plus de victoires », c’est le souhait du président d’honneur qui s’est dit satisfait du « dynamisme » de la nouvelle équipe. Gabriel Tchango a par ailleurs rappelé que le sport occupe une place de choix dans la politique du chef de l’Etat. Port-Gentil ne saurait donc se tenir en marge.

Port-Gentil : quatre morts par noyade au Cap Lopez

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Un moment de détente entre membres d’une famille à la plage du Cap Lopez a tourné au drame dimanche. Quatre morts par noyade ont été enregistrés. Trois corps ont pu être repêchés.

 

Pour les Portgentillais, il s‘agit d’une mauvaises nouvelle de plus en provenance du Cap Lopez en ce début d’année. En effet, après l’accident de circulation qui a causé trois morts sur la route du même nom le dimanche 27 décembre dernier, une semaine plus tard, un autre drame se produit cette fois à la plage du Cap Lopez.

Quatre personnes sont mortes noyées et une autre a échappé à la mort. Les victimes sont toutes de nationalité camerounaise : G. Yamba, âgé de 30 ans, V. Kene Fofou, 29 ans et de A. Feudji, âgé de 25 ans.  Trois corps ont été repêchés grâce à « une embarcation légère » de la société Total Gabon. Au moment où nous publions cet article, le corps de M. Ningaye, âgé de 30 ans, demeure introuvable.

 

Baignade interdite

F. Tchim, âgé de 29 ans, a été réanimé par les sapeurs-pompiers avant d’être pris en charge par l’ambulance du centre Hospitalier Régional de Ntchéngué en état d’« urgence absolu ».

Selon des sources concordantes, les victimes, issues, semble t-il, d’une même famille, se seraient rendus à la plage du Cap Lopez, non loin du phare, pour célébrer le mariage d’un frère rentré du Cameroun avec sa conjointe.

Pendant la baignade, les frères auraient constaté que l’un d’entre eux était en train de se noyer. Malheureusement, en voulant le sauver, ils auraient sombré tour à tour dans les eaux du Cap Lopez.

Si jusqu’ici, la mesure d’interdiction de baignade dans les plages, dans le cadre de la riposte contre la pandémie à Covid-19 n’a pas été officiellement levée, le commandant des sapeurs-pompiers entend solliciter le maire de la commune pour que soient implantés, de façon « inaltérable », des panneaux  « interdiction de baignade » afin de prévenir, peut-être, de tels drames.

Port-Gentil : 3 morts dans un accident

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Un accident de circulation mortel s’est produit dans l’après-midi du dimanche 27 décembre sur la route du Cap Lopez à Port-Gentil. Deux personnes ont perdu la vie sur le coup. Une autre a succombé à ses blessures après avoir été admise dans une structure hospitalière.

 

Vive émotion à Port-Gentil après l’accident de circulation mortel qui s’est produit le dimanche 27 décembre 2020 en après-midi. Un véhicule de marque lexus à usage familial, avec à son bord quatre passagers en plus du chauffeur, tous de nationalité gabonaise, a fait une sortie de piste.

Deux des quatre passagers sont morts sur le champ. Il s’agit de Grâce B. âgée de 18 ans et élève en classe de première à Port-Gentil et de Mark Epiphane O., 22 ans et résident en France. Il était venu passer les fêtes de fin d’année au Gabon avec sa famille.

Si le conducteur s’en est sorti indemne, la promptitude et la dextérité des sapeurs-pompiers et des éléments du SAMU Social sur les lieux du drame a permis de conduire les deux autres passagers, dans un état critique, à l’hôpital de Ntchéngué. Thomas E. A. a été admis en réanimation. Il a malheureusement succombé à ses blessures le lendemain.

Excès de vitesse et stupéfiants

L’excès de vitesse serait à l’origine du drame qui plonge plusieurs familles dans la consternation et la tristesse en cette période de fin d’année. Selon toute vraisemblance, les jeunes occupants seraient allés pour un pique-nique au Cap Lopez à près de 25 km de Port-Gentil, au regard des effets présents à bord du véhicule.

Outre des denrées alimentaires, des stupéfiants à l’instar du chanvre et des kobolos auraient été retrouvés dans l’automobile qui empestait l’alcool, affirme une source judiciaire. Pour leur incartade, le chauffeur se serait servi du véhicule de ses parents qui se trouvaient à Libreville au moment des faits, avant de rassembler ses amis pour la partie. Il est en garde à vue pour nécessité d’enquête.

Port-Gentil : une rentrée des classes pas effective

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

A Port-Gentil, la rentrée scolaire n’a pas été effective. Pour des raisons financières et sanitaires, les parents d’élèves préfèrent garder les enfants à la maison.

 

La rentrée des classes dans la capitale économique se fera certainement de façon progressive. Après le retard déjà accusé avec la rentrée des classes 2020-2021, on aurait pu s’attendre à voir les parents accompagner en nombre les enfants à l’école. Ce lundi  était presque un jour ordinaire dans les artères de Port-Gentil, exceptés avec quelques élèves seuls ou accompagnés par les parents.

Dans la majorité des écoles publiques, personnels administratifs et enseignants étaient à leurs postes, tandis que les salles de classes étaient presque toutes vides.

A l’école Matiti, explique un enseignant, « les parents sont arrivés en petite quantité juste pour faire les réinscriptions. Ils nous ont dit qu’ils n’ont pas encore d’argent pour les fournitures à cause de la crise ». Même son de cloche dans les autres établissements.

Rencontré sur le chemin du retour, Marius n’envoit personne à l’école. «  Je sors à peine de l’établissement de mes enfants. Aucune mesure gouvernementale n’est respectée là-bas. Y a pas de lavage de mains, pas de gel hydroalcoolique, pas de termoflash. Il n’y a rien. On emmène les enfants à l’école dans quelle condition alors que l’Etat a dit autre chose à la télé ? »

Comme d’habitude

En effet, à l’instar des églises qui avaient été sommées par les autorités de procéder à la désinfection de leur environnement avant leur ouverture, les Portgentillais pensaient que des dispositions seraient prises par les autorités pour la rentrée académique.

Les établissements ont été nettoyés, sans protocole particulier, par les enseignants, comme  à chaque rentrée des classes. Certaines structures ont même trouvé sans surprise, portes, tables bancs et tableaux cassés comme de coutume en pareil période.

Une autorité académique de la circonscription a rassuré que les éléments permettant la mise en place du dispositif sanitaire dans les écoles primaires seront réceptionnés dans les prochains jours. En attendant de nombreux parents d’élèves préfèrent garder les enfants à la maison.

Restrictions covid : la colère des restaurateurs de Port-Gentil

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Après le rétropédalage du gouvernement au sujet des mesures conditionnant la réouverture des lieux de culte, les restaurateurs se demandent à leur tour comment ils vont s’en sortir. Ils espèrent bénéficier d’une attention particulière de la part des autorités face aux difficultés du secteur.

 

A Port-Gentil, les propriétaires de restaurants se sentent lésés après le revirement du gouvernement. Ils lui reprochent de ne pas tenir compte des réalités liées à leur profession. 

En effet, le jeudi 29 octobre, le gouvernement a reconsidéré sa position à l’issue d’une séance de travail avec les leaders religieux en ce qui concerne les mesures contraignantes édictées quelques jours plus tôt, par les ministres de l’Intérieur et de la Santé. Elles conditionnaient la reprise des activités dans les lieux de culte et les restaurants.

Si finalement, les religieux ont, après un bras de fer, obtenu gain de cause, ce n’est pas le cas pour les restaurateurs.

Une véritable descente aux enfers pour le secteur, selon Tony, propriétaire d’un groupe de restaurants  populaires de la place. « Ces mesures vont détruire nos entreprises, elles n’existent nul part ailleurs ». Il ne cache pas sa colère. « Si la présentation d’un test négatif est exigé pour manger dans un restaurant, combien voudront encore mettre leurs pieds dans nos établissements, et qui sont les perdants dans ces conditions ? ».

Banque

Pour les restaurateurs, les décisions prises sont paradoxales et illogiques dans un des pays, actuellement, les moins contaminés de la planète. A cette allure, « nous avons l’impression d’être programmés pour disparaître », renchérit Tony.

Selon François, un autre opérateur situé dans la zone du carrefour printemps, « on tire le diable par la queue depuis 7 mois maintenant. Nous avons attendu l’annonce des mesures gouvernementales, mais elles sont seulement venues nous tuer encore. » L’entrepreneur parle des bailleurs et banquiers, en faisant allusion au loyer du local et au crédit auprès de la banque. Autant de charges qui pèsent sur son affaire.  «  Comment on va s’en sortir si le peu de clients qu’on peut avoir est encore chassé ? » demande-t-il.

Attente

Si certains Portgentillais vont encore au restaurant, pour se distraire et aussi varier en passant leurs habitudes alimentaires, reste à savoir, au-delà de l’aspect économique, comment feront-ils pour se procurer un test de covid toutes les deux semaines.

La seule structure sanitaire de l’Etat, le centre hospitalier régional de Ntchéngué, habilitée à passer les tests de coronavirus fait face en tout temps, à un approvisionnement irrégulier de réactifs nécessaires à l’examen.

Depuis quelques semaines, relate une source digne de foi, « les sociétés pétrolières défilent ici pour faire les tests à leurs agents qui doivent aller sur site, mais on les renvoie parce qu’il n’y a pas de réactifs pour le moment ».

Les clients aussi devront attendre pour avoir droit à des tests puis avoir accès à un restaurant. Ventre affamé pourra-t-il attendre aussi longtemps ?

Une antenne ANPI à Port-Gentil

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

L’Agence nationale de la promotion des investissements ouvre une antenne à Port-Gentil. Les opérateurs économiques de la région vont profiter des dernières innovations de l’agence. Le guichet unique permet un gain en temps avec le regroupement de différentes administrations en un même lieu. Entretien avec le directeur général de l’ANPI, Gabriel Ntougou.

 

Comment est l’antenne provinciale de l’ANPI de Port-Gentil ?

Nous avons des bureaux mieux équipés. Ils regroupent toutes les administrations du guichet unique conformément aux lois et textes en vigueur en matière de promotion des investissements et de l’environnement des affaires. Les nouveaux locaux offrent tous les services de l’ANPI Gabon : la formalisation, le conseil juridique, l’accompagnement en entreprise pour la gestion, le montage et le financement des projets.

Le site est doté d’un matériel flambant neuf et d’une connexion internet. Les opérateurs économiques portgentillais pourront profiter de l’innovation du guichet numérique, une plateforme de création d’entreprises en ligne.

 

Comment seront les relations entre les administrations impliquées dans la création d’une entreprise ?

C’est tout l’intérêt du guichet unique. Nous avons en effet pu remettre ensemble toutes les administrations qui sont impliquées dans la création des entreprises. Notamment les impôts et le greffe du tribunal dans le même bâtiment pour faciliter la création des entreprises, la formalisation en général. Les opérateurs économiques n’auront plus donc à passer d’une administration à une autre pour accomplir les formalités requises de création d’entreprises.

 

Que doit faire le jeune Gabonais qui veut créer une entreprise ?

Le jeune Gabonais qui veut créer une entreprise se présente au nouveau siège de l’ANPI Gabon à Port-Gentil, sis entre le centre Missi et les 25 logements, dans le 3e arrondissement. Il sera accueilli par un intermédiaire gestionnaire unique (c’est cela aussi le principe du guichet unique), qui prendra en compte tous ses besoins.

Ensuite, le jeune entrepreneur rentre chez lui. S’il s’agit d’une création, on lui demandera d’apprêter la documentation nécessaire. Et, on le rappellera 48h plus tard pour récupérer son document de formalisation, donc sa fiche circuit.

L’antenne ANPI à Port-Gentil.

Port-Gentil est particulièrement touchée par la crise liée à la pandémie de la covid-19. Avec l’ouverture de l’ANPI dans la cité pétrolière, y a-t-il des dispositions spécifiques pour soutenir les opérateurs économiques port-gentillais ?

Il est vrai que la crise sanitaire actuelle a fortement touché l’économie gabonaise, mais grâce aux mesures urgentes prises par le chef de l’Etat, on a pu amoindrir les coûts et les conséquences de la crise. Aujourd’hui, il y a des dispositions qui ont été mises en place pour faciliter les acteurs économiques impactés par la crise.

En ce qui concerne l’Agence Nationale de la Promotion des Investissements, nous avons signé des partenariats pour avoir des financements afin d’accompagner les investisseurs et les jeunes opérateurs économiques touchés par cette crise sanitaire.

Propos recueillis par Célia Ondo à Port-Gentil

Pas de messe à Port-Gentil  

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Assiégées par les forces de sécurité et de défense depuis la nuit du samedi 24 octobre, les églises catholiques de Port-Gentil n’ont pas eu d’autre choix que de restées fermées. Elles ne pourront rouvrir qu’à partir du 30 octobre, conformément aux décisions du gouvernement.

 

Dans la capitale économique gabonaise,  Les chrétiens catholiques  n’ont pas pu assister à la sainte eucharistie comme voulu par l’archevêque métropolitain de Libreville, l’évêque Patrick Iba-Ba, qui a appelé, de façon unilatérale, à la réouverture des offices religieux sous son autorité ce dimanche 25 octobre.

En effet, sur instructions du commandant en chef des forces de police nationale, les éléments des forces de sécurité et de défense ont assiégé l’ensemble des églises catholiques dans la nuit du samedi au dimanche. Une stratégie pour contraindre les récalcitrants à respecter les mesures gouvernementales liées à la lutte contre la pandémie du Covid-19. Ainsi que la date de réouverture des lieux de cultes décidée au 30 octobre par le gouvernement.

Ainsi, ce dimanche matin, aucun moyen pour les chrétiens d’avoir accès aux églises, impossible aussi pour les prêtres qui y résident d’en sortir.

Si la situation était prévisible « force reste à la loi », comme pour éviter toute confrontation avec les autorités, et aussi pour « ne pas tomber dans le piège », selon monseigneur Euzébius Tchinékézi Ogbona, évêque du diocèse de Port-Gentil. Il avait invité les brebis la veille, dans un message relayé sur les réseaux sociaux, à « rester chez elles et à prier en famille ».

En un mot, les églises catholiques sont bel et bien restées fermées, contre leur gré, ce dimanche 25 dans la ville de sable.    L’affrontement redouté entre le gouvernement et les catholiques n’a pas eu lieu.  

Entente cordiale

Curé de la paroisse Sainte-Thérèse, le père Gérard De Vautibault, prêche, aux côtés de ses pairs, « l’amour du christ » au-delà de toute agitation. Le prélat déplore cependant que « certains médias et certains politiques aient profité de la situation » pour mettre de l’huile sur le feu.

Du côté des riverains, on joue la carte de la prudence ; « nous ici à Port-Gentil, on veut seulement que le gouvernement et nos prêtres s’entendent pour le bien de la population », lance Ginette, une pratiquante.

Port-Gentil : visite du gouverneur dans les lieux de culte

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le gouverneur  de l’Ogooué-Maritime a effectué une visite dans certains lieux de culte de Port-Gentil. Elle s’inscrit dans le cadre de la reprise officielle des activités religieuses prévue le 30 octobre prochain.

 

Sur instructions du ministre de l’intérieur, Lambert Noël Matha, le gouverneur de la province de l’Ogooué-Maritime a fait, cette semaine, une tournée dans l’ensemble des congrégations religieuses de Port-Gentil. Elle a débuté par les églises catholiques où le responsable de la cathédrale Saint-Louis a réaffirmé son attachement à la hiérarchie de l’église et à l’évêque Patrick Iba-ba, archevêque métropolitain de Libreville. Ce dernier appelle à la réouverture des offices catholiques dès ce dimanche 25 octobre.  « L’église est une armée céleste. Moi, je suis un soldat, le général c’est l’évêque. Donc si l’évêque dit à gauche, je vais à gauche avec lui. S’il dit à droite, je vais à droite avec lui », explique le père René.

Après les catholiques, Paul Ngome Ayong s’est rendu dans les mosquées avant de visiter les églises protestantes et celles dites pentecôtistes et charismatiques de réveil. Lavage des mains et termoflachage aux entrées, marquage au sol et sur les bancs en vue du respect de la distanciation physique, à l’intérieur des lieux de culte… Autant d’éléments de respect des mesures gouvernementales par les confessions religieuses.  

Dans l’ensemble, le cahier de charges du gouvernement conditionnant la reprise des activités religieuses semble respecté dans la ville de sable. Le gouverneur a salué « l’esprit convivial et patriotique » qui aura animé les ministres de culte et leurs accompagnants au cours de la visite, « l’adhésion et la volonté des responsables religieux de faire respecter scrupuleusement les instructions du gouvernement est à féliciter. Partout où nous sommes passés, les mesures barrières ont été respectées ».

Le gouverneur de l’Ogooué-Maritime dans une mosquée.

Superficie

Si les responsables des églises éveillées se réjouissent de la visite du gouverneur, ils interpellent les autorités sur deux points. Le premier concerne la mesure en rapport avec le nombre de personnes autorisées dans les églises et les mosquées. Certaines places, respect des mesures barrières inclus, seraient capables d’accueillir plus de 30 fidèles au regard de leur superficie.

L’autre point concerne les éléments relatifs au cérémonial religieux sans lesquels, « un culte n’a pas lieu d’être »  indique le révérend Gatien.