Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Le retour au PDG de Fréderic Massavala

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Figure de proue de la Coalition pour la nouvelle République autour de Jean Ping, Fréderic Massavala a annoncé vendredi son retour au Parti démocratique gabonais. Il dit répondre  à la main tendue d’Ali Bongo Ondimba et à l’appel de ses compatriotes.

 « En politique l’action qui découle du rapport de force vaut mieux que le sempiternel discours dans l’immobilisme. C’est pourquoi, je déclare ce jour 21 mai 2021 que je réintègre le Parti démocratique gabonais (PDG), avec moi tous les cadres qui m’ont fait confiance depuis de longues années et qui ont fait que je sois le premier Gabonais à compétir depuis les geôles de la prison centrale de Libreville », dixit Frédéric Massavala. Celui qui avait décidé de rejoindre l’opposition dans la foulée de la présidentielle de 2016 s’est adressé à l’opinion face à la presse

Aux côtés du principal candidat de l’opposition, Jean Ping, Fréderic Massavala a joué les premiers rôles. Sa détermination lui a d’ailleurs valu de passer 19 mois dans les geôles de la prison centrale de Libreville. Il avait initié une marche pour revendiquer la victoire ‘’volée’’ de la présidentielle de 2016.

En 2018, il inscrit autrement son nom dans l’histoire politique du Gabon en participant à l’élection législative depuis sa cellule. Dans une lettre adressée, alors, au peuple du 1er siège du département de Tsamba-Magotsi dans la Ngounié, il affirmait que « cette arrestation, qui a été orchestrée par mes adversaires politiques, n’avait pour objectif que de m’empêcher d’être candidat aux élections qui devaient se tenir au plus tard en décembre 2017 »

Si le retour au PDG de Fréderic Massavala semble étonner certains, l’ancien ministre d’Ali Bongo avait déjà annoncé les couleurs dès sa sortie de prison en juin 2019 en affirmant que « l’opposition radicale est stérile, elle n’a obtenue aucune avancée. Pour être audible, il faut être constructif.»

Aujourd’hui, le Pdgiste prodigue dit vouloir participer à la construction du Gabon. «  J’ai réalisé que ça fait aujourd’hui 4 ans que je suis inactif, improductif, incapable d’apporter quoi que ce soit au peuple gabonais. C’est cela qui a changé, la prise en compte de ce que les autres attendent de moi et je me suis dit que je ne pouvais pas être insensible à l’appel de mes compatriotes »,

À moins de deux ans de 2023, Fréderic Massavala est la deuxième tête de file de l’opposition à regagner le Parti démocratique gabonais (PDG), après Réné Ndemezo Obiang quelques semaines plus tôt.

Détention abusive : 153 détenus recouvrent la liberté

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Incarcérés à la prison centrale de Libreville au-delà du délai légal de détention, 153 prisonniers ont été libérés.

Comme annoncé par le ministre d’État, en charge de l’Intérieur, de la Justice, Garde des Sceaux, la première vague de prisonniers détenus de façon arbitraire a été libérée ce 13 août. Une cérémonie de remise d’attestations aux 153 détenus s’est déroulée à la prison centrale en présence du secrétaire général de la Chancellerie, François Mangari.

Selon le ministère de l’Intérieur, à la demande du président de la République, une commission a été mise en place pour examiner les causes de surpopulation carcérale de l’ensemble des prisons à travers le pays. C’est donc en respect des droits garantis à toute personne par la Constitution gabonaise et consacrés par la Charte africaine des droits de l’Homme, que le statut de plusieurs prisonniers pourra être revu.

 « Nous avons donc réalisé au cours de ces travaux que beaucoup d’entre vous ont dépassé leur durée de détention pour certains et de condamnation pour d’autres. C’est pour cette raison que nous sommes venus de manière officielle vous remettre vos attestations de mise en liberté, » explique le secrétaire général.

Décennie

Sur les 153 détenus ayant recouvert la liberté, on compte 120 détenus et 33 condamnés. A cet effet, le secrétaire général a indiqué que seuls ceux dont les condamnations ont déjà expiré sont définitivement libres. Les autres, notamment les détenus devront rester à la disposition de la justice pour nécessité de procédures.

Depuis plusieurs années, la prison centrale de Libreville a dépassé sa capacité d’accueil. Unique prison de la capitale, elle compte aujourd’hui plus de 5000 détenus alors qu’elle avait été construite pour recevoir 500 personnes. La nouvelle prison dont la construction est annoncée depuis par les autorités depuis près d’une décennie est donc très attendue.