Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Des officiers de police suspendus pour racket

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Neuf agents des Forces de police nationale (FPN), officiers et sous-officiers, ont été suspendus à titre conservatoire de leur fonction pour racket et trafic de drogue. La mesure de sanction a été rendue publique, le 29 mars, par le général de division Serge Hervé Ngoma. Il a annoncé l’ouverture d’une enquête. « Les policiers visés sont mis toutes affaires cessantes à la disposition de l’inspection générale des FPN pour les besoins d’enquête en cours », a indiqué le général de division.

 

Sur la liste des officiers sanctionnés, il y a les commissaires du 6e arrondissement  de Libreville et de Bitam, des chefs d’antennes de l’Office central de lutte antidrogue (Oclad) à Bitam, Ntoum , du chef de service constats d’accidents et délits routiers, du chef de brigade de rechercges et d’interventions (antenne Oclad Aéroport de Libreville), l’enquêteur antenne Oclad à Ntoum, du responsable du bureau d’amendes forfaitaires au commissariat du 6e arrondissement de Libreville. En attendant l’issue de l’enquête,  des intérimaires seront nommés pour assurer la continuité sur service public.

 

Contrôles de la police : le racket persiste

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le racket des policiers ne faiblit pas. La diffusion il y a quelques jours, d’une vidéo amateur sur les réseaux sociaux de policiers se partageant leur butin après une journée de contrôle met en évidence la corruption de certains agents.


Dans les rues de Libreville, le fait pour des policiers d’extorquer de l’argent s’est presque installée comme une norme. La multitude de contrôles dit de « routine » de la police et de la gendarmerie n’épargne pas les automobilistes, notamment les chauffeurs de taxis et autres conducteurs commerciaux.

Ils offrent des pots-de-vin pour se défaire de ces contrôles. « C’est devenu une habitude ! Tu ne peux pas travailler toute la journée sans que tu ne tombes sur un contrôle de police et ne donne rien au chef » fustige un chauffeur de taxi interrogé dans la zone du Camp-De-Gaulle. Pour un autre transporteur rencontré à l’échangeur du PK5, « même si tu es à jour en ayant tous tes papiers, ils vont te créer un motif, afin de te faire payer. Si tu refuses, ils confisquent les papiers de ton véhicule. Et, sans papiers on ne peut plus travailler. C’est pénible ! ».


Récemment trois agents de la police ont été filmé, à leur insu, en train de se partager la « recette » après une longue et fructueuse journée de contrôle. La vidéo qui est très vite devenue virale sur la toile a contraint le commandement en chef de la police à prendre des sanctions contre les trois éléments. Dans un communiqué, le Haut commandement des forces de police nationale a appelé ses éléments à « adopter des attitudes sans équivoque mais aussi incarner, à chaque instant, l’autorité de l’Etat, en vue de promouvoir l’image qui fait de la police un service public responsable et proche du citoyen ».

Exemplarité

L’interpellation des trois agents n’a pas vraiment servi d’exemple. Les contrôles et leurs dérives persistent. Une nouvelle vidéo est accablante circule dans les réseaux. Elle montre un autre policier recevant directement des mains d’un automobiliste des billets.

Pour endiguer ce phénomène qui a pris des proportions inquiétantes, l’Etat doit prendre des mesures sévères, surtout que les agents publics ont été invités à « l’exemplarité » par le président Ali Bongo Ondimba.