Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Le RPM en tournée dans le Woleu-Ntem

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Une délégation du Rassemblement pour la patrie et la modernité, conduite par son président sillonne depuis le 31 janvier la province du Woleu-Ntem. La tournée provinciale s’inscrit dans la redynamisation du parti dans l’arrière-pays.

 

Depuis le 31 janvier dernier, une délégation du  Rassemblement pour la patrie et la modernité conduite par son président Alexandre Barro Chambrier est allée à la rencontre des populations du septentrion. Un peu plus d’une semaine après le début de la tournée de redynamisation de la base du parti, les cadres du RPM ont sillonné plusieurs villages de Minvoul, Bitam, Oyem et Mitzic.

Entre prises de contact, causeries, échanges, le message du président du RPM a été pratiquement le même, notamment rassurer les Woleu-Ntemois de l’ancrage de son parti dans l’opposition dite radicale. Mais surtout de la détermination de parvenir à l’alternance politique à la tête de l’exécutif.   « Je suis venu vous dire que c’est ensemble dans un élan de foi à l’égard du très haut que nous parviendrons à prendre le pouvoir, parce qu’il y a deux aspects à considérer : les élections et l’accessibilité véritable au pouvoir », a déclaré Alexandre Barro Chambrier, avant de poursuivre. « Nous devons autant réfléchir sur le premier aspect, car rien n’est acquis, mais il faut surtout mettre un accent particulier sur la détermination de l’accès au pouvoir.»

Gerbes

La tournée a également été l’occasion pour les cadres du RPM de s’enquérir du quotidien des populations de cette patrie du pays. Une réalité qui ne s’éloigne pas de celle d’autres localités, notamment l’absence des infrastructures de base, des dispensaires, des écoles, sans oublier le chômage endémique et autres.

Hommage aux morts du Woleu-Ntem

En marge des causeries politiques, le président du RPM est allé s’incliner devant la mémoire d’illustres disparus originaires du septentrion, en déposant des gerbes de fleurs. Le geste symbolique  a été accompli sur les tombes de Bonjean François Ondo, Pierre-Claver Zeng Ebome, Fidèle Mengue M’Egounag ; Ossa Ondo (père du Pr Ondo Ossa), Mboulou Beka, et Raphael Ndong Obiang, un militant du RPM, décédé deux ans plus tôt.

Les députés du RPM font bloc autour de Chambrier

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le Rassemblement pour la patrie et la modernité  d’Alexandre Barro Chambrier réagit aux décisions issues du congrès de clarification du Rassemblement héritage et modernité, organisé par Michel Menga M’Essono le 3 janvier. Le parti de l’opposition estime qu’elles n’ont aucune incidence juridique. Il annonce des actions appropriées pour mettre fin à ce qu’il qualifie de forfaiture.

Le Rassemblement héritage et modernité  était tombé en désuétude au sein de l’opinion depuis le 1er congrès extraordinaire d’avril 2019, au cours duquel des modifications majeures avaient été apportées à sa structure opérationnelle (logo, devise, statuts, règlements intérieur, organes dirigeants, nom), laissant place au Rassemblement pour la patrie et la modernité (RHM).

Le parti a refait surface le 3 janvier au cours d’un congrès de clarification du RHM organisé par Michel Menga, député de Cocobeach et ministre de la Culture. Esseulé par ses anciens compagnons après son entrée au gouvernement, l’acteur politique qui n’a cessé de revendiquer la paternité du parti né des cendres d’un courant du PDG à l’Assemblée nationale en 2015, a été porté à sa tête, avec à sa suite le député de Mouila, Serge Maurice Mabiala, au poste de secrétaire exécutif.

Réaction

En réaction, le 3e vice-président du RPM, député du canton Ellelem, dans le Woleu-Ntem, Edgard Owono Ndong, a affirmé ce mercredi que « le RHM n’a plus d’existence juridique. Il s’est muté en RPM avec ses structures et son patrimoine ».

Edgard Owono Ndong, 3e vice-président du RPM

Il s‘agit, selon lui d’une stratégie pour affaiblir le camp de l’opposition en le divisant. « En réalité Michel Menga M’Essone et son acolyte Serge Maurice Mabiala qui vient officiellement de le rejoindre, sont des éléments en service commandé, qui ont platement capitulé devant le régime d’Ali Bongo et se sont compromis avec lui ». Pour le 3e vice-président du RPM « Serge Maurice Mabiala avait du reste, été déjà identifié, depuis son élection comme un élément fragile aux ambitions démesurées et égoïstes ayant perdu humilié et sagesse. »

Il ne fait aucun doute que le revirement de Serge Maurice Mabiala a vite faite de créer la confusion au sein du camp dirigé par Alexandre Barro Chambrier. Mais pour la dizaine d’élus réunis  au siège du parti, il n’en est rien. Ils ont réaffirmé leur détermination à poursuivre la lutte pour les idéaux de justice, de liberté et de progrès. Ils appellent leurs collègues à ne pas se laisser berner par les pressions et menaces d’où qu’elles viennent.

RHM : le choix de Serge Maurice Mabiala

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le député  de Mouila, dans la Ngounié, Serge Maurice Mabiala rejoint  le camp de Michel Menga. A l’occasion du Congrès de clarification du Rassemblement héritage et modernité, il devient le secrétaire exécutif du parti. Son ralliement relance les tensions entre les dissidents du parti au pouvoir désormais opposants. 

La scission entre Michel Menga et ses anciens frères d’armes du Rassemblement héritage et modernité (RHM), n’a pas encore fini de faire couler encre et salive.  Alors que tout ou presque mettait en avant un homme esseulé après la création du Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM) dirigé par Alexandre Barro Chambrier,  le congrès de clarification organisé dimanche 3 décembre par le ministre de la Culture, par ailleurs député RHM de Cocobeach, démontre le contraire.

En effet, à l’instar de centaines de militants de base, plusieurs cadres du RPM ont également pris part à la rencontre organisée par Michel Menga.  L’une des plus grandes surprises de la rencontre restera non seulement la présence de Maurice Mabiala, député de la commune de Mouila pour le compte du RPM, mais surtout sa nomination en tant que secrétaire exécutif du RHM, alors que Michel Menga va en assurer la présidence pour les quatre prochaines années.  

Avec ce revirement, l’élu de Mouila devient le premier à répondre favorablement à l’appel de Michel Menga. « Nous confirmons notre appel solennel à l’endroit des militants et des élus du RHM, pour suivre la nouvelle ligne de conduite que nous dessinons aux côtés des institutions de la République pour faire de notre parti un acteur important du développement »,a-t-il déclaré.

Questions

Si jusqu’alors, les voix officielles du RPM d’Alexandre Barro Chambrier ne se sont pas prononcées sur cette actualité, il reste que l’adhésion de Maurice Mabiala aux idéaux du ministre de la Culture fait naitre un doute sur les véritables fondements du changement intervenu lors du congrès extraordinaire du RHM de 2019.

Avec ce fait majeur, plusieurs questions restent sans réponses, notamment qu’en est-il réellement des fondements du RPM ? Qu’en est-il réellement de l’existence juridique du RHM après la naissance du RPM ? 

Mouila : Maurice Mabiala fait son compte-rendu parlementaire à sa base

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

En séjour dans sa circonscription électorale dans le cadre de la période d’intercession parlementaire, le député du 1er siège du conseil municipal de la commune de Mouila dans la Ngounié pour le compte du Rassemblement pour la Patrie et la Modernité (RPM), Serge Maurice Mabiala multiplie les échanges avec sa base afin de leur faire le point de l’activité parlementaire qui vient de s’achever.

 

Dans le cadre du compte-rendu parlementaire que lui exige son statut d’élu, le député du 1er siège du conseil municipal de Mouila, pour le compte du  Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM), la Serge Maurice Mabiala effectue actuellement une tournée dans sa circonscription électorale. Après plusieurs mois de crispation du fait de la crise sanitaire de covid-19, l’échange avec son électorat est convivial. Seule exigence, le respect des mesures de riposte contre la pandémie.  

La rencontre avec les chefs de quartiers et les notables du 1er siège a constitué la première étape de ce périple. Les auxiliaires de commandement en ont profité pour lui réaffirmer leur attachement. Le doyen des chefs de quartiers lui a, à cet effet, revêtu  symboliquement la tenue des signes distinctifs de son statut de parlementaire, « lui conférant ainsi solennellement, avec l’écharpe tricolore, la légitimité populaire et l’investissant des prérogatives de puissances politiques sur le siège. »

Controverses

Le député est revenu sur les missions dévolues, notamment  siéger en conseil à l’assemblée nationale, délibérer et voter des textes en lieu et place du peuple qui l’a mandaté. Sur la crise sanitaire de covid-19, il a salué certaines mesures gouvernementales dans la gestion de la pandémie et encouragé les notables et les chefs de quartiers à appuyer les efforts des autorités en poursuivant la sensibilisation des populations pour le strict respect des gestes barrières et la règle de distanciation sociale.  Il en a profité pour leur remettre des équipements sanitaires de lutte contre la covid-19.

Selon Maurice Mabiala, l’activité parlementaire de la première session à l’assemblée nationale a été  marquée par l’adoption de plusieurs textes de lois, notamment le projet de loi de finances rectificative 2020. Il indique le niveau des autorisations budgétaires arrêté par le parlement, la loi très controversée sur la dépénalisation de l’homosexualité et la suppression des services publics personnalisés.

Climat socio-politique : les inquiétudes du RPM

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le parti d’Alexandre Barro Chambrier s’inquiète particulièrement des conséquences relatives au manque de transparence sur l’état de santé du Chef de l’exécutif.

Deux sujets ont particulièrement ponctué la réunion du conseil exécutif du Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM), ce 5 septembre : la situation actuelle du Gabon et  les résultats des élections législatives partielles des 10 et 31 août.

Jugeant la situation politique actuelle du Gabon ‘’surréaliste’’  du fait du mystère entretenu sur l’état de santé du président de la République, Alexandre Barro Chambrier et ses compagnons ont dressé un tableau sombre des conséquences sur l’image du Gabon.

« L’image du pays s’en trouve abîmée, ici et là, à travers le monde, au vu de l’exploitation pathétique, et intolérable d’un point de vue humain qui est faite de l’état d’Ali Bongo Ondimba, donné en spectacle de façon éhontée et machiavélique par la volonté diabolique d’un clan qui entend coûte que coûte conserver le pouvoir ; comme s’il pouvait se substituer à la voix du peuple, la voix de Dieu », déclare le RPM.

Unité

Le parti de l’opposition dite radicale estime d’ailleurs que « le Gabon n’a plus à sa tête un dirigeant capable d’imprimer une direction au pays, de jouer le rôle de  Chef de l’Exécutif, ce qui ouvre la voie à tous les abus et errements constatés», avant de présenter de façon alarmante des résultats peu probants de la gouvernance actuelle. Et d’interpeller et inviter, «  une fois de plus, le peuple gabonais à conjurer les plans sordides actuellement en préparation par le système Bongo-PDG- AJEV et tutti quanti, et de poursuivre sans relâche la lutte pour sa libération totale. »

Pour ce qui est des élections partielles des 10 et 31 août, le conseil exécutif du RPM s’est réjoui de la victoire de Maurice Mabiala dans le 1er arrondissement de la commune de Mouila. Une victoire qui, selon eux, confirme l’aspiration du pays profond à l’alternance et au changement, la preuve de la vitalité de leur parti. Mais surtout les vertus de l’unité et la force d’une opposition unie, mettant cette victoire à l’actif de la CNR, l’UN, l’ADERE, l’UPG et le MORENA.