Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Franceville : Il écope de 15 ans de réclusion pour coups mortels sur sa concubine

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Ngavoula Ignace alias Eric, 53 ans a été reconnu coupable du crime de sa concubine, Ndjila Marie Norberte, le 16 avril, dernier jour de la session criminelle de la Cour d’Appel judiciaire de Franceville. Il a été condamné à 15 ans de réclusion criminelle dont deux avec sursis.

Le vendredi 16 avril 2021, la Cour d’Appel de Franceville, dans le Haut-Ogooué a achevé sa première session criminelle avec une condamnation de 15 ans de prison. La Cour s’est penchée durant près de 8 heures de temps sur le dossier de Ngavoula Ignace alias Eric, 53 ans, accusé de coups mortels portés sur sa compagne. Reconnu coupable, il a été condamné à 15 ans de réclusion criminelle dont 2 avec sursis.

Les faits se sont déroulés le 05 octobre 2019 à Moanda. Ce jour, dame Ndjila Marie Norberte s’est rendue chez sa cadette pour faire des tresses, accompagnée de son concubin, le nommé Ngavoula Ignace alias Eric. Sur place,  Marie Norberte a aperçu son ex belle-sœur, Amélie de passage. Elle l’invita à prendre une bière et prit les nouvelles de la famille y compris celle de son ex concubin. Ce qui a dérangé fortement le nommé Ngavoula Ignace.

Une dispute a alors éclaté entre les amants et contre toute attente, Ngavoula s’est saisi d’une bouteille à moitié pleine qu’il a flanquée à Marie Norberte sur le visage. Touchée à la tête, la concubine a perdu connaissance peu de temps après. Elle a été transportée à l’hôpital Marcel Abeke de Comilog à Moanda, et aussitôt évacuée à l’hôpital régional Amissa Bongo,  de Franceville, où elle décéda malgré les moyens mis en place pour la sauver.

Interpellé et entendu en enquête préliminaire, Ngavoula Ignace alias Eric reconnaissait les faits reprochés.

Circonstances atténuantes

Au cours de l’audience, le ministère public, représenté par le procureur Général, Eddy Minang, a requis que l’accusé soit déclaré coupable et qu’aucune circonstance atténuante ne lui soit accordée, au regard de son caractère violent et de sa mauvaise foi, qui tendait à nier ses actes de violences répétées sur la victime. Aussi, du fait qu’après avoir porté un coup violent à sa concubine, il soit parti dans un débit de boisson laissant sa victime sans la secourir. A cet effet, le procureur Général a requis la condamnation de Ngavoula Ignace alias Eric à 15 ans de réclusion criminelle après l’avoir déclaré coupable.

Maître Guey Charles-Henrie, avocat au Barreau du Gabon, pour la défense des intérêts de l’accusé, a quant à lui plaidé l’absence d’un lien de causalité entre les coups reçus et la mort de la victime. Et qu’à l’absence d’une expertise médicale, le doute s’installe et doit profiter à l’accusé. A cet effet, il a sollicité la clémence et l’approbation de la Cour et des circonstances atténuantes à son client.

L’accusé Ngavoula Ignace alias Eric a, pour sa part, demandé pardon à sa belle-famille et à la Cour.

 

Franceville : première session criminelle de la cour d’appel judiciaire

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

La première session criminelle de la cour d’appel judiciaire de Franceville se déroule pendant un mois. Le premier jour est marqué par une condamnation de 21 ans de prison pour meurtre.

Ouverte en présence du 1e adjoint au maire de Franceville, Norbert Mouyabi, la première session criminelle de la cour d’appel de l’année judiciaire 2020-2021, a été marquée par la condamnation de Yelesse Murphy Eld à 21 ans de prison pour le meurtre de Mbah Biyamba Holsen Steven.

Un signal fort donné pour cette session criminelle qui se tient du 22 mars au 16 avril  et table sur 45 dossiers divers.

Pour Eddy Minang, procureur général à la cour d’appel judiciaire de Franceville, cette première session criminelle est marquée par deux particularités, premièrement, elle s’étalera sur un mois. Deuxièmement, elle traitera un dossier par jour afin de respecter les mesures gouvernementales liées à la pandémie de la covid-19, notamment l’arrêt des audiences avant 18 h 00, au moment du couvre-feu.

‘’ Nous allons gérer 31 dossiers normaux et 14 dossiers qui seront jugés par contumace, c’est-à-dire, juger des accusés en liberté et qui n’ont pas pu être retrouvés. Durant un mois nous allons tabler sur des affaires tels que, des coups mortels, des viols sur mineures de moins de 15 ans, vols qualifiés, de crime de sang, de braquages, des associations de malfaiteurs, importation de chanvre indien, et bien d’autres’’, explique le procureur général.

Pour cette première affaire les faits remontent au 18 juin 2018 à Moanda où à la suite de la vente d’un téléphone portable entre Yelesse Murphy Eld, l’accusé, et Mbah Biyama Holsen Steven, la victime, ce dernier remettait une commission de 10 000 mal repartie entre les deux occasionnant une dispute suivie d’une rixe.

Interrogé sur les faits aussi bien lors de l’enquête préliminaire que devant le juge d’instruction, le prévenu a reconnu les faits.

Aussi, après examen des pièces, la cour a requalifié le crime de coup mortel en celui de meurtre, et déclaré Yelesse Murphy Eld, coupable de crime de meurtre. Il a été condamné à 21 ans de réclusion criminelle, et à payer la somme de trois millions de francs en titre de dommage et intérêts.

L’accusé dispose de trois jours de délais pour se prévaloir en cour de cassation.