CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le génie militaire s’engagement à poursuivre les travaux des logements sociaux  de la SNI. Le site de Bikélé marque la première étape d’un chantier qui concerne tous les sites de la société immobilière.

Le chantier des logements sociaux engagés depuis plusieurs années par le gouvernement touche l’ensemble du pays. Mais, ces centaines de bâtisses dont les travaux sont quasiment au niveau des finitions sont  à l’abandon, principalement pour des raisons financières. Et le processus d’acquisition a été  interrompu.

Pour pallier à cette situation qui concerne des milliers de foyers gabonais, le ministère de la Défense nationale et celui des Aménagements fonciers ont décidé d’optimiser les synergies. C’est dans ce cadre que le directeur général de la Société nationale immobilière (SNI), Hermann Kamonomono et le lieutenant-colonel Gabin Oyoughou Lehiunda ont paraphé le 20 août un partenariat.

« Le président de la République a eu l’ingénieuse idée de doter notre armée d’un corps qui est spécialisé dans la réalisation des travaux de génie-civile. Donc, c’est cet atout que nous voulons mettre au profit des populations », confie le directeur général de la SNI.

L’accompagnement du génie militaire consistera, entre autres, à achever les travaux de  construction des logements et à aménager les voiries sur les sites concernés. Une bouffée d’oxygène pour la SNI, mais également pour les acquéreurs qui verront probablement les coûts des logements revus à la baisse.

« Il est évident que notre collaboration avec le génie militaire va avoir un impact avec les coûts liés à l’acquisition de ces ouvrages. Il faut dire que avec les entreprises traditionnelles, souvent, nous avons des difficultés en terme de facturation, avec le génie-militaire, nous avons ici un partenaire sûr et fiable, qui n’est pas préoccupé par le bizness », explique Hermann Kamonomono.

D’une superficie de 148h, le site de Bikélé est prévu pour la construction de 2500 logements. Actuellement, le site compte près de 900 logements sortis de terre et 650 parcelles viabilisées.