Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Transgabonaise : les premiers coups de pelleteuse

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Les travaux de construction de la Transgabonaise ont été lancés officiellement vendredi par la première ministre. Longue de 81 km, la première phase scindée en trois « grands » tronçons, à livrer sur 18 mois, sera exécutée par l’entreprise AFCON International. 

C’est à une cérémonie grandeur nature à laquelle ont eu droit les populations du PK24 de Libreville vendredi à l’occasion du lancement officiel des travaux de construction de la Transgabonaise. Le tronçon routier long de 780 km  reliera Libreville et Franceville. Un véritable challenge pour les autorités qui y voient un puissant vecteur d’intégration nationale qui traversera six des neuf provinces du pays. Elle reliera  plusieurs contrées.

Le ministre des Infrastructures, Léon Armel Bounda Balondzi, a rappelé que le lancement des travaux a été précédé de plusieurs études d’impact et de séances de travail entre le gouvernement et l’entreprise adjudicataire, la Société Autoroutière du Gabon (SAG). « À l’issue d’un long processus, au bout de plusieurs mois d’intenses travaux, et également au bout d’efforts acharnés qu’aujourd’hui, les engagements et le vœu commun du président de la République et de la Société Autoroutière du Gabon, se réalisent », a-t-il dit.  

Le circuit défini s’étend du PK0 de l’actuelle Route Nationale 1, à l’Estuaire jusqu’à Franceville dans le Haut-Ogooué, en passant par plusieurs villes de quatre autres provinces du pays, notamment Bifoun, Ndjolé, Alembé ; carrefour Lalara ; le chemin de fer « Transgabonais », à Booué pour un mariage entre le transport routier et le transport ferroviaire, avant de traverser l’Ogooué-Lolo. 

Emplois

La première phase, longue de 81 km sera effectuée par l’entreprise AFCON International sur 18 mois. Les premiers coups de pelleteuse ont été exécutés par la première ministre Rose Christiane Ossouka Raponda. « Aujourd’hui, nous avons assisté au lancement de la première phase de la construction de la Transgabonaise. La concrétisation de ce projet a été justement prononcée par  l’entreprise adjudicataire, ce qui veut dire que le gouvernement va suivre pas à pas tout ce qui sera fait autour de cette construction », a déclaré  la cheffe du gouvernement.

Facteur de croissance économique déterminant, la Transgabonaise aura un impact sur les emplois directs et indirects, la réduction des coûts d’exploitation des véhicules ; le développement et la production agricole ; la valorisation des artisanats locaux ; l’industrialisation du tourisme, entre autres.

Grands travaux : 180 milliards de francs CFA mobilisés lors d’un eurobond

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Environ 180 milliards de francs CFA ont été mobilisés par le Gabon dans le cadre d’un eurobond. Ils serviront au financement des grands projets de développement.

Au total, ce sont 542 milliards de francs CFA qui ont été mobilisés avec succès par le Gabon, à l’issu de l’eurobond validé par l’Assemblée nationale il ya quelques mois. Les démarches ont commencé en novembre dernier à New York, à Dublin et à Londres. Elles ont abouti à la réussite de la souscription du Gabon.

Environ 2/3 de la somme globale mobilisée, soit, 362 milliards de francs CFA a servi au Gabon à rembourser une dette contractée en 2015 et dont le paiement a été échelonné pour la période de 2024. Le reste, soit 180 milliards de francs CFA, a été orienté pour le financement des grands projets de développement, notamment la construction de la Transgabonaise, projet de construction d’une route bitumée reliant la province de l’Estuaire à celle du Haut-Ogooué longue de 700 km.

Selon l’annonce faite par le directeur général de la dette, Emmanuel Berre, le remboursement de cet eurobond a été échelonné sur dix ans. La réussite de l’opération conforte la crédibilité du Gabon sur les marchés des capitaux internationaux, alors que des craintes étaient perceptibles au regard de l’augmentation exponentielle du taux d’endettement du pays.

Ali Bongo attendu au sommet Afrique-France

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

En visite à Libreville, le secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères a adressé à Ali Bongo Ondimba, l’invitation d’Emmanuel Macron au prochain sommet Afrique-France. Il se déroulera à Bordeaux.

Petit à petit, le président de la République, Ali Bongo Ondimba renoue avec la scène internationale. Après avoir présidé en décembre dernier, à Libreville, les travaux du IX sommet extraordinaire de la CEEAC qui ont consacré son grand retour sur la scène internationale, il prendra part en juin prochain à Bordeaux, au sommet Afrique-France.

C’est ce qu’il ressort de la rencontre entre ce dernier et Jean-Baptiste Lemoyne, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, émissaire d’Emmanuel Macron.

Vieille de plusieurs décennies, les relations entre la France et le Gabon sont au beau fixe. Jean-Baptiste Lemoyne est le premier représentant du gouvernement français a foulé le sol gabonais au cours depuis le nouveau mandat d’Ali Bongo Ondimba.

« C’était avec cette première visite ministérielle, l’occasion de poser les bases, les fondations je crois d’un nouvel élan dans cette relation entre le Gabon et la France qui est déjà une relation si dense, si intense avec aussi beaucoup de liens humains entre nos deux pays », a déclaré le secrétaire d’Etat français

Piraterie

Les deux personnalités ont également saisi l’occasion pour faire le point de la coopération entre le Gabon et la France et des différents projets de développement en cours, comme ‘’Comilog 2020’’, la construction de la transgabonaise et les centrales hydroélectriques de Ngoulmendjim et de Dibwangui développées avec Eranove.

Sur le plan diplomatique, ils ont examiné les défis de l’heure en matière de biodiversité et les dossiers sécuritaires dans la sous-région et sur le continent, à l’instar du terrorisme et de la piraterie maritime.

Ike Ngouoni: « le président retrouve son aisance oratoire. »

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le porte-parole de la présidence de la République a tenu lundi sa traditionnelle conférence de presse. Elle était axée sur le discours à la Nation du chef de l’Etat, prononcé la veille de la commémoration de l’Indépendance du Gabon.

Plusieurs points ont ponctué le propos liminaire du porte-parole de la présidence de la République, au cours de son traditionnel échange avec la presse, ce 19 août. Il s’est agi particulièrement des actions qui ont marqué la commémoration du 59ème anniversaire de l’indépendance du Gabon, à savoir l’hommage rendu au père de la Nation, Léon Mba ; le décryptage du discours du Président de la République. Mais aussi le bilan des réformes un an après leur mise en œuvre et la lutte contre la corruption.

S’agissant du discours d’Ali Bongo Ondimba. Celui-ci était très attendu par les populations, non du fait de l’engouement que devrait en principe susciter une sortie médiatique du chef de l’exécutif mais il s’agissait plutôt pour un grand nombre de jouer les spécialistes sur les capacités d’élocution d’Ali Bongo Ondimba.

Constat fait, c’est un Ali Bongo Ondimba visiblement requinqué qui s’est adressé aux Gabonais le 16 août dernier. Une amélioration que le porte-parole de la présidence la République, Ike Ngouoni Aila Oyoumi n’a pas manqué de souligner. « Ce discours, vous l’aurez remarqué est nettement plus long que le précédent. 9 minutes de plus que celui du 31 décembre, un peu plus de 4minutes que celui du 8 juin. En effet, celui du 16 août approche les 12 minutes », a-t-il souligné avant de poursuivre. « Comme chacun a pu le constater, le Président retrouve son aisance oratoire ».

C’est donc un Ali Bongo à la tâche qui s’est exprimé le 16 août dernier. Ike Ngouoni en veut pour preuve, l’agenda chargé du chef de l’exécutif marqué entre autres par des audiences accordées à une quinzaine de chefs d’Etat. Mais le plus important reste les actions à mener et qui ont été clairement définies par le président de la République.

Assurance

Celles-ci sont relatives à l’accélération de la décentralisation basée sur ‘’l’égalité des chances’’ entre toutes les localités du pays ; le début en septembre prochain de la construction de la route économique reliant Libreville et Franceville, longue de 780 km et dénommée la Transgabonaise. A cela s’ajoutent, la création de 20 000 emplois dans le secteur privé, avec un accent mis sur l’adéquation entre les formations offertes et les emplois disponibles.

Dans cette lancée, un point d’honneur sera mis sur le social à travers le financement des routes, des écoles, des hôpitaux, centrales électriques, énergétiques et des logements. Mais aussi l’augmentation des retraites, des bourses des étudiants et des prestations d’assurance maladie.