Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Créol la Diva versus Airtel Gabon

Sur la base d’un contrat entre l’artiste Créol la Diva et la plate-forme de promotion GStore music, la maison de téléphonie mobile Airtel Gabon a mis en avant l’image de la chanteuse gabonaise pour la promotion d’un évènement. Une initiative abusive selon l’artiste, qui réclame 100 millions Fcfa à titre de dédommagement.

« Airtel n’a pas le droit de diffuser mon image sans mon autorisation ». C’est le principal argumentaire de Créol la Diva, face à la mise en avant de son image sur un visuel de la maison de téléphonie mobile Airtel Gabon, pour la promotion d’un évènement. 

L’artiste reconnaît avoir signé un contrat avec la plate-forme de promotion G-Store music, mais affirme que cela ne donnait pas le droit à Airtel de faire usage de son image. « Si G-Store avait fait cette publication et Airtel Gabon avait partagé la publication, il n’y aurait pas eu de problème parce que mon manager a signé pour moi pour un évènement avec G-Store music. Hors ce que nous avons constaté c’est que c’est Airtel qui s’est déclaré comme étant l’organisateur de cet évènement et G-Store est apparu après plusieurs modifications comme partenaire », a-t-elle expliqué au cours d’une conférence de presse le 29 décembre.

Dans une communication récente, le manager général de G-Store music, Abderl Bokoum a affirmé que les clauses du contrat donnait droit au promoteur d’utiliser l’image de Créol la Diva pour la communication de l’évènement pour lequel l’artiste avait déjà presté, et en contrepartie a déjà été rémunéré.

Viol

Créol affirme que l’opérateur de téléphonie mobile aurait outrepassé  les limites du contrat en intégrant sa base de données pour s’approprier de photos sans son autorisation.  « J’ai trouvé l’exemple de mon manager gentil quand il parle de bar, moi j’aurais pris l’exemple d’une jeune femme qui voit des individus rentrer dans sa chambre et qui est victime de viol, parce qu’il ne faut pas se permettre de faire des choses parce que vous savez que la personne qui est en face de vous n’aura pas la force de réagir », a-t-elle lancé.

Au Gabon, les artistes ne bénéficient pas de droits d’auteurs. Ils vivent de quelques ventes de leurs albums et  de quelques prestations. La collaboration avec des grandes entreprises telles qu’Airtel est donc une opportunité. Sur la base de la règlementation relative au droit à l’image, pour le préjudice, Créol réclamle100 millions de F CFA à titre de dédommagement.