Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Makokou : forestiers et villageois signent les cahiers de charges

Les forestiers et les représentants des communautés villageoises impactées par l’exploitation forestière ont signé le weekend dernier, les cahiers de charges contractuelles conformément à la loi.

 C’est en application de   la loi 10/01 du 31 décembre 2001 portant code forestier en République Gabonaise que s’est tenue une rencontre le weekend dernier, au gouvernorat de Makokou, entre les délégués de 27 villages de l’Ivindo et 7 exploitants forestiers. Ils ont procédé à la signature de 17 cahiers de charges contractuelles fixant les obligations des uns et des autres.

Les cahiers de charges contractuelles concernent  l’exploitation de l’assiette annuelle de coupe 2017-2018.  L’article 251 du code forestier prévoit que « les villages impactés par l’exploitation forestière bénéficient d’une ristourne de 800 frs par m3. Cette somme est versée dans un compte bancaire ouvert par les villageois réunis en association à la fin de chaque année d’exercice ».  Sur le plan administratif, pour un meilleur suivi, un comité  de gestion présidé par le préfet de l’Ivindo, le directeur provincial des Eaux et Forêts, le président du conseil départemental comme maître d’ouvrage et les associations des villages et les opérateurs forestiers comme membres.

La somme tirée de l’exploitation du bois devra permettre le développement local, avec le financement de  projets d’intérêt communautaire proposés par les communautés sous le contrôle du conseil départemental. Les projets doivent s’inscrire dans les domaines de la santé, l’éducation, le social, l’agriculture, l’hygiène et l’assainissement.

Réaliser des projets au profit des communautés.

Dans son discours, Sylvain Mayene, le préfet de l’Ivindo a rappelé que <<  le chef de l’État, en mettant en place cette mesure, voulait que l’exploitation forestière profite aussi aux populations vivant dans les zones d’exploitation >>. << En conséquence, l’ensemble des parties prenantes doivent jouer franc jeu pour que les résultats soient palpables et profitables pour les populations>>, a-t-il conclu.

 Boutique

Pour le directeur provincial des Eaux et Forêts de l’Ogooué-Ivindo, << il est bon de savoir que de nouvelles dispositions prévoient des mesures de répression contre les opérateurs qui s’aviseraient à ne pas respecter les engagements consignés dans les cahiers de charges contractuelles>>.

Pour plusieurs représentants des communautés villageoises, depuis 2014, date de la signature des premiers cahiers de charges, plusieurs forestiers ne respectent pas leurs promesses. << La première fois, nous avons sollicité l’électrification du village. Les Chinois (les exploitants forestiers, NDLR) nous ont apporté un grand groupe qui n’a jamais fonctionné>>, fera observer Pierre Pomboue du village Ntsieté.

Plusieurs autres forestiers ont  exploité les forêts pendant des années et ont fermé boutique sans jamais rien reverser aux villageois.  Cette fois, l’espoir semble permis.