Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Primes, salaires, emplois : Ce qui vous attend après la crise sanitaire

La crise de coronavirus induit une pression sur l’économie gabonaise et relève les tensions sociales. Pour stabiliser l’économie, de nouveaux arbitrages s’imposent au  gouvernement.

Après un rebond annoncé à 3,8 % en 2020, la croissance économique du Gabon va repartir à la baisse cette année. Selon les prévisions du Fonds monétaire international (FMI), celle-ci sera négative de l’ordre de -1,28 %. La crise du coronavirus et la chute drastique des cours du pétrole sont les deux facteurs explicatifs. A moyen et long terme, la croissance devrait se stabiliser et enregistrer une trajectoire ascendante à 2% en 2021, contre un peu plus de 3,2% en 2022.

Sur le court terme, ces prévisions augurent des lendemains particulièrement difficiles pour l’économie gabonaise. « L’onde de choc de cette crise sanitaire mondiale affecte (ra) durement notre économie et fragilise (ra) le tissu social », prévenait le premier ministre, Julien Nkoghe Bekale au cours d’une allocution. Selon ce dernier, tous les efforts consentis par le Gabon au cours de la période 2014-2019 seront anéantis.

Le ralentissement de l’économie nationale aura un impact certain sur la stabilité des entreprises et compromettra par la même occasion les emplois, l’un des piliers du reflet de la dynamique économique dans un pays. Ce que conforte l’ancien Premier ministre, Raymond Ndong Sima et l’ancien ministre de l’Economie et des Finances, Régis Immongault. Ils soutiennent l’idée d’une « détérioration des termes de l’échange des matières premières et de la production manufacturière» et « la destruction des emplois » du fait de la fermeture de certaines activités.

Période tranquille

Concrètement, de nombreuses entreprises devraient être amenées à revoir leurs dépenses de fonctionnement, rétrograder certaines primes dues aux employés, revoir les salaires et compresser lorsque cela sera possible, une partie de leur personnel. Après la crise sanitaire, le Gabon devrait enregistrer une crise sociale poussée par des licenciements plus ou moins massifs notamment au privé. « Le Covid-19 va entraîner la destruction des emplois, fragiliser la situation de bon nombre de concitoyens sur le plan social du fait de la fermeture de certaines activités », confirme Régis Immongault. Aucun secteur ne devrait être épargné.

La baisse drastique de recettes publiques sera le moteur de la détérioration économique. Face à l’inconvenance situationnelle de la crise, « le gouvernement sera amené à revoir ses priorités et effectuer des arbitrages pour répondre à l’urgence sanitaire et assurer l’accompagnement économique et social des entreprises et des populations », prévient le premier ministre.

L’après coronavirus ne sera pas une période tranquille.