Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download
vendredi 3 décembre 2021

Des signatures contre la modification de la Constitution

Dans une déclaration commune, des partis politiques de l’opposition, des personnalités politiques et la société civile, dénommés les signataires, ont condamné le processus de révision de la constitution. Ils appellent à la mobilisation nationale « pour barrer la route au plan machiavélique qui transparait de ce tripatouillage de la Constitution. »

 

C’est en front uni que plusieurs partis, des personnalités politiques et la société civile ont décidé de dénoncer le projet de révision de la constitutiont. Parmi la vingtaine de signataires, Alexandre Barro Chambrier (RPM) ; Guy Nzouba Mdama (Les democrates) ; Laurent Angue Mezui (RPG/PG41) ; Jacques Adiahénot ; Makita Niembo Théophile ; Albert Ondo Ossa ; Georges Mpaga ; Raphael Bandega Lendoye ; Moise Meye M’Obiang, entre autres.

Ils fustigent « la banalisation de la Constitution », en tant que  « le socle de notre société et de sa structure institutionnelle ». « La Constitution doit être la plus stable et la plus durable que possible à l’instar des plus grandes et anciennes démocraties du monde », a déclaré Laurent Angue Mezui, porte-parole des signataires.

A l’instar de plusieurs acteurs de la société, ils condamnent le non-respect de la Déclaration de Bamako du 03 novembre 2000 ; la Charte africaine sur la Démocratie ; les Elections ; la Gouvernance du 30 janvier 2007, et  la jurisprudence de la Cour africaine des Droits de l’homme et des peuples. « les signataires condamnent la malignité d’un processus de révision décidé en interne pour un temps très court, à la fin de la session parlementaire, pour limiter et appauvrir le débat au sein des assemblée et surtout éviter l’ouverture  d’un débat national aboutissant à un tête consensuel », a poursuivi le porte-parole.

Instabilité

Si le projet de révision concerne 26 articles de la loi fondamentale, le collectif dit vouloir attirer l’attention de l’opinion sur quatre point fondamentaux du projet de révision constitutionnelle : la vacance du pouvoir ; la nomination des sénateurs par le président de la République ; le renforcement de l’immunité des parlementaires et du président de la République ; et l’extension de la haute trahison.

A l’endroit des parlementaires, ils appellent à un sursaut national afin de faire « barrage à la réforme inique  et rétrograde ». Ils attirent par ailleurs l’attention de la communauté internationale, particulièrement les partenaires du Gabon, les institutions sous-régionales et l’Union Africaine, l’Union Européenne et l’Organisation des Nations-Unies, sur les risques d’instabilité et de troubles sociopolitiques que peut engendrer la révision.