Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

L’opposant Aba’a Minko encourt la prison à vie

Pour avoir porté atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat par l’entremise de ce qu’il qualifie aujourd’hui de ‘’canular’’, l’ancien candidat à la présidentielle de 2016, Roland Désiré Aba’a encourt la peine de réclusion criminelle à perpétuité. 

Trois ans après son arrestation, Roland Désiré Aba’a Minko devrait très bientôt être situé sur son avenir carcéral. L’acteur politique et ses complices ont été présentés mercredi devant la cour criminelle spéciale. Ils sont poursuivis pour ‘’ association de malfaiteurs, atteinte à la sureté intérieure de l’Etat, diffusion de nouvelles fausses ayant troublé la paix publique, incitation à la révolte contre les autorités de l’Etat, trouble contre la paix publique’’.

Des infractions sévèrement punies par la loi, tel que rappelé par le président de la cour criminelle, lors de l’audience. « M. Aba’a Minko, vous êtes poursuivi pour le crime d’atteinte à la sureté de l’Etat ; ce crime est décrit dans l’article 68 de l’ancien code.  Vous encourrez la peine la plus forte, la réclusion criminelle à perpétuité », a signifié le juge.

L’article 68 du code pénal stipule à cet effet  que « L’attentat dont le but aura été soit de détruire ou de changer le régime constitutionnel ou le gouvernement, soit d’exciter les citoyens ou habitants à s’armer contre l’autorité de l’Etat sera puni de la réclusion criminelle à perpétuité. Le complot ayant pour but l’un des crimes visés à l’alinéa précédent sera puni de la réclusion criminelle à perpétuité ».

Dans le cas Aba’a Minko, il doit son séjour à sans famille  à l’organisation, le 16 juin 2017 d’une opération commando visant à déstabiliser le pouvoir d’Ali Bongo Ondimda, parce qu’il s’opposait au verdict de l’élection présidentielle du 27 août 2016. Pour se faire entendre, l’opposant avait mobilisé plusieurs commandos dans plusieurs chaines de radio et télévisions locales pour la diffusion d’un message exigeant « dans un délai de 72 heures le départ d’Ali Bongo Ondimda du pouvoir et du Gabon », au risque de « transformer Libreville en une tache noire ».

La réalité

Face aux juges, le prévenu a pour la première fois expliquer les motivations de son acte qui, selon lui, n’avait pour seule objectif que ‘’ de concentrer toute l’attention du pays et de l’opinion internationale sur la situation politique du Gabon.’’

« C’était juste un canular politique que j’ai monté seul, et qui n’avait rien à voir avec la réalité », a-t-il affirmé, avant de se réjouir d’avoir atteint son objectif.

Le verdict de la cour criminelle spéciale est attendu dans les prochains jours.