Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Pas d’état de grâce pour Ossouka Raponda

Attendue depuis sa nomination, la première ministre Rose Christiane Ossouka Raponda s’est prêtée à l’exercice de présentation de sa feuille de route à l’Assemblée nationale, le 04 septembre. Sans grande surprise, elle a obtenu, à la grande majorité, la confiance des élus. Dans l’exercice du pouvoir, aura-t-elle les coudées franches pour concrétiser ses prévisions ? Plus que des questions, les Gabonais veulent des réponses concrètes. Il y a urgence. 

Connues de tous, les principales attentes des populations ont été passées en revue par la première ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda,  vendredi 04 septembre face aux députés de la 13ème législature. Dans sa feuille de route, elle veut donner un élan particulier à plusieurs secteurs prioritaires, notamment l’éducation, la route, la santé,  la diversification de l’économie…

Pour cela, elle entend orienter l’action de son gouvernement autour de quatre axes majeurs : « la maitrise du risque sanitaire lié à la covid-19 ; – la relance de notre économie ; – la bonne gouvernance de l’action publique ; – la préservation de notre modèle social de redistribution pour améliorer la qualité de vie des Gabonaises et des Gabonais, et consolider notre vivre ensemble. »

Des moyens

Il ne fait donc aucun doute que la cheffe du gouvernement souhaite apporter sa touche par des actions concrètes susceptibles d’impacter positivement le quotidien des Gabonais. Et dans la grande majorité, les députés de la 13ème législature n’en doutent pas puisqu’ils lui ont accordé leur confiance à plus de 90%, soit 124 pour et 13 contre.

Seulement, Rose Christiane Ossouka Raponda n’est pas la première à se prêter à un tel exercice. Aussi à l’instar des observateurs de la vie politique nationale, certains élus de la 13ème législature n’ont pas hésité à lui rappeler les ‘’échecs’’ de ses prédécesseurs. « Il y a eu des promesses et des engagements pris par vos prédécesseurs mais souvent cela n’a pas été suivis de concrétisation sur le terrain. Les promesses qui ont été faites pas vos prédécesseurs ne se sont pas réalisés », a indiqué  le député Albertine Maganga Moussavou, du Parti social démocrate, dans l’opposition.

Les populations d’Akébé-poteau en quête d’eau potable.

Pis, pour l’ancienne ministre Estelle Ondo, députée indépendante du 2e arrondissement de la commune d’Oyem, et plusieurs autres élus, le déficit de budget peut représenter un blocage dans la réalisation de certains projets. « Avez-vous les moyens de vos ambitions ? C’est une question importante parce qu’un programme politique s’appuie également sur des moyens, hors aujourd’hui, la conjoncture internationale donc forcément nationale devient de plus en plus difficile et rendra votre travail encore plus difficile », a fait remarquer Davain Akuré du parti Les Démocrates,.

Prison

D’autres, estiment que la réalisation d’un seul élément peut tout changer. C’est le cas du bitumage de la route, notamment l’axe Libreville-Kango, longue de 12 km,  et plusieurs axes routiers du pays, véritable frein non seulement, à l’équilibre quotidien des usagers mais aussi à la diversification de l’économie tant prônée par les gouvernants. Le challenge de Rose Christiane Ossouka est d’autant plus  grand du fait que les femmes se disent prêtes à ‘’ scruter’’ son action. « Ne nous faites pas honte. Aidez-nous à vous faire confiance », a lancé Albertine Maganga Moussavou.

Le maintien des mesures de riposte de covid-19, alors qu’au même moment dans plusieurs pays, la vie reprend son cours, est perçu comme une volonté de maintenir une partie de la population dans le dénuement. « Comment peut-on espérer parvenir à une relance de l’économie lorsqu’on a l’impression d’être dans une prison qui ne dit pas son nom » ? s’interroge un observateur.